Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2021

De la vie et de l'amour

J'avais 19 ans quand j'ai écrit ça et je me débattais dans la dépression, j'étais différente, depuis longtemps je le savais et je cachais cette différence comme une maladie honteuse, je la cachais avec un crayon ou une machine à écrire (haaaa, la machine à écrire !) sur des feuilles, des cahiers, je la cachais dans mes fumées de joints aussi, dans mes fugues diverses et variées et tout ce que je pouvais trouver pour faire écran, entre moi et moi, entre moi et le monde. Un jour, vers mes 30 ans, j'ai retourné ma peau et j'ai commencé à montrer à ce monde, tout ce qu'il y avait d'écrit dessus, partout, couches sur couches, sur mes organes, mes muscles, mes nerfs, toute l'encre qui se baladait dans mon sang. Grâce à internet, je pouvais le faire cachée derrière un écran encore, à l'abri, et ce que je suis aujourd'hui découle de ces premiers pas dans le monde, ma naissance en tant que poète, artiste (singulière, c'est à dire hors du groupe, la compagnie de spectacles de rue avec laquelle j'ai travaillé tant d'années) tous ces trucs un peu perchés, nullement rentables, qui prêtent à sourire quand ce n'est pas plus méchant, cela a coïncidé avec pas très longtemps après, ma naissance au monde en tant que maman, c'est là que j'ai pris conscience de mon courage, de ma force, de mon endurance, de ma résilience et surtout de l'infinie capacité d'amour qui était la mienne. J'ignorais tout ça, j'étais en colère, profondément blessée depuis l'enfance, j'étais désespérée, souvent auto-suicidaire, je ne trouvais de place nulle part, j'avais tendance à aller la chercher au plus bas, je me suis tue trop souvent (tue-tuée) et actuellement je réalise tellement de choses, mais j'ai toujours écrit, avant même de savoir former des lettres, j'étais pressée ! Donc, j'avais 19 ans quand j'ai écrit le texte que je poste ci-dessous, 19 ans c'est l'âge de mon enfant, un texte tapé à la machine, qui est toujours resté planqué, comme une tare. J'ai envie de l'offrir aujourd'hui et à celles et ceux qui auront l'envie, la patience, la curiosité peut-être de le lire, tout était déjà là finalement, je n'ai pas beaucoup changé, j'ai mûri et je m'incarne beaucoup mieux, je suis toujours aussi perplexe face à ce monde qui me fait toujours aussi mal, face à l'amour qui me questionne trop profondément et m'interdit tout mensonge, mais je suis une guerrière maintenant, une vraie, celle qui a déposé les armes qu'elle usait contre elle-même, qui s'accepte entièrement et qui n'a pas encore écrit son dernier mot  ! :-)
 
 
DE LA VIE ET DE L'AMOUR
 
 
J'ai beau vouloir me donner tout entier, ouvrir toutes les portes de mon âme, je ne parviens point à me livrer. Je garde tout au fond, ce lieu secret du "Moi" où personne ne pénètre. Personne ne peut le découvrir, y entrer, parce que personne ne comprend personne.
Maupassant
 
 
Depuis le jour où je suis devenue membre de cette grande mascarade, intitulée la vie, je n'ai eu cesse de rechercher le bonheur, ce précieux trésor enfoui quelque part sous les décombres et d’exiger la liberté comme un droit ! Le droit d'être moi-même ! Oui, mais à quel prix ?
 
Je t'aime... Combien de fois l'ai-je dit, combien de fois l'ai-je entendu ? Je suis toujours prête à y croire mais si le bonheur n'est qu'une illusion alors quel est le sens de cette vie de souffrance ? Il y a toujours quelqu'un, quelque part pour nous faire du mal à l'instant où nous pouvions tout espérer ! Combien de mondes se sont-ils écroulés autour de moi ?
 
Toujours reconstruire car il est impossible de vivre sur des ruines ! Ramasser les morceaux éparpillés et refaire le puzzle...
 
C'est sûr, la vie vaut d'être vécue et pourtant je doute encore. Je me pose peut-être trop de questions. Il y a un tel décalage entre nos espoirs et la réalité ! Sommes-nous condamnés à l'éternelle insatisfaction ?
 
Chacun tire sur un bout de la corde, chacun tente désespérément de creuser sa place, tout en nous piétinant les uns les autres. Face à la mort, ces luttes deviennent absurdes ! Alors j'aime, pour donner un sens à ma vie, tout en sachant que l'amour ici bas n'est qu'un doux leurre... Nous ne sommes jamais vraiment aimés comme nous le désirons.
 
*
 
L'homme pourra t-il un jour lever les yeux vers le ciel ?
Comme une taupe, aveugle, il creuse des galeries vaines à la recherche du temps perdu. Le cœur plein de poussière, il erre sans trêve tel un navire en détresse, une âme en quête d'un corps égaré quelque part entre la vie et la mort...
 
Petit à petit quelque chose tente de prendre forme mais c'est douloureux de renaître, de refaire à chaque fois ce qui peut se défaire à tout moment... Je ne veux être prisonnière de rien, ni de personne ! Je veux pouvoir aimer sans contrainte, être aimée sans être enchaînée !
Il y a tant de choses cachées, insoupçonnées, peut-on passer de l'autre côté du miroir ? Je crains de perdre mon âme dans une quête illusoire...
 
L'amour est un voleur, un vampire ! Il profite de la nuit pour se glisser en silence dans mon cœur, tendre secret au parfum musqué et puis au petit matin, il mord !
 
Les délices du corps abusent l'esprit, nous croyons goûter à l'amour et tombons dans le piège, dépendance ! Quel obscur narcotique qui n'a même pas la décence de nous offrir la mort en partage !
 
L'amour est inaccessible, tel l'horizon qui s'éloigne quand on espère le toucher. Il m'entraîne chaque jour un peu plus loin à travers les méandres de sentiments incontrôlables. Je le désire pur, puissant, hors de toutes limites, délivré des chaînes qui nous lient au quotidien, mais le temps me dit d'oublier mes rêves de petite fille et me dessine l'amour comme une jolie cage dorée.
 
Les liens qui nous attachent les uns aux autres sont tissés par la peur de la solitude qui harcèle l'homme depuis toujours. Je voudrais me donner sans être possédée. Je ne veux pas être simplement l'ombre d'un autre.
 
Comment peut-on jurer amour éternel à une seule et même personne alors que nous sommes des milliards sur cette planète ? Amour légalisé, légitimé. Amour sur papier, fiché, étiqueté comme une vulgaire marchandise ! Mais l'amour n'a de loi que la sienne et elle défie toute raison.
 
Comment connaître véritablement l'autre ? Emballés par les premiers transports, les premiers émois d'une nouvelle rencontre, nous l’idéalisons, nous le voyons sous un jour qui nous convient et déjà nous posons les premières pierres du mur des déceptions...
 
*
 
L'amour est un don total de soi à la vie. La musique est amour ! Il est si bon de laisser son corps se donner à la fièvre, amnésie du temps et de l'espace. Heureux ceux qui savent se laisser é-mouvoir !
 
La musique est ce cordon magique qui nous relie au mystère du rythme et de la sensualité, au mystère de la vie, au premier souffle !
 
Tous les voyages sont possibles, à cheval sur les notes douces, langoureuses, brutales, obsédantes. Je jouis de la musique bien mieux que d'un homme. Elle réveille chaque cellule de mon être et fait retentir en moi l’écho de tous les désirs inaccessibles, l’infinité des possibles.
Folles sérénades, cordes endiablées, cuivres déchirants, percussions entêtantes, blanches mélodies envoûtantes, vibrations de gorges... La musique prolonge mon âme, m'expulse hors de moi-même. Elle caresse mon essence et m'ouvre à d'autres niveaux de conscience.
Je n'ai pas connu quelqu'un d'assez fort, avec suffisamment d'idéal, pour m'ouvrir toutes les portes au lieu de les fermer une à une !
 
Où puis-je étancher ma soif de perfection ? À trop me nourrir de rêves, je cours le risque d'une indigestion ! Ce que je cherche est introuvable, celui que je cherche et que je crois trouver pour le reperdre aussitôt, doit me parler d'un autre monde, d'une autre vie, d'un autre temps. Il est trop parfait pour être humain.
 
La vie est étrange. Tout à tour, elle nous concède des instants magnifiques et intenses puis nous plonge dans l’absurde et la douleur. Cette insoutenable solitude intérieure dont rien, ni personne ne peut nous sortir !
 
*
 
L’ennemi juré de l'amour, c'est l'ennui ! Comme je hais cette bête aux yeux glauques quand elle surgit de la matrice dépressive, avec son lot de grisaille et d'hébétude. Elle me traque sans répit, impossible de lui échapper ! Ma tête inoccupée s'alourdit de pensées vagues et confuses, la vie se retire derrière un voile opaque et alors rien, pas même la musique, ne peut rompre cet obscur maléfice.
 
Je cours après le vent, brassant désespérément l'air de mes ailes inutiles ! Tout ce que je construis s'écroule, châteaux de sable éphémères et fragiles…
 
Confronté au temps, usé par l'habitude, l'amour s'étiole peu à peu, se métamorphose en dépit, en rancune et les désirs refoulés distillent en secret des poisons lents et sans retour qui coulent en moi pour me dissoudre.
 
Les huis clos me terrorisent ! Je ne suis pas faite pour observer le lent écoulement des jours au travers d'un encadrement de fenêtre... Tout se fond dans l'informe, uniforme. Je me lasse de ce petit bout de ciel, aussi changeant puisse t-il être ! J'ai un besoin vital d'horizons nouveaux, d'espaces inconnus surtout quand l'hiver approche, traînant ses heures froides, sombres, interminables, de puits sans fond. Je crains la petite mort de cette morne saison, celle qui jette sur les rêves des pelletées de mélancolie.
 
*
 
Si jeune et tant de vie mais dans quel but ? Tant de creux se bousculent en moi... Sculpture du vide, je me nourris de vent ! Comment peut-on continuer à croire à l'amour sur une terre submergée de douleur ? L'humanité recouvre le monde comme un vaste suaire...
Pourtant, je sais bien qu'il existe au cœur de nous-mêmes ce pont multicolore qui relie les ténèbres à la verte prairie de l'éveil. Pourquoi avons-nous oublié ce pont ? De l'autre côté, se trouvent des anges brûlants, portant des colliers de santal, des gouttes de rosée au creux de leurs paumes. Elles scintillent d’un pur éclat, elles ravissent et elles charment ces tendres larmes et je voudrais boire ces petits diamants rares avant qu’ils ne disparaissent en fumée.
 
*
 
Je suis si bien, si loin dans mes rêves ! Réincarnée dans cet univers de chaleur et de lumière, je m'y fonds à jamais. Si la vie était bateau alors comme un Rimbaud la mienne serait ivre ! L'amour serait l’ancre pour échapper à la tentation de la dérive, mais piège également car bateau immobile devient vulnérable...
 
J'ai une telle soif de liberté, de poésie, de vérité ! Je suis trahie d'avance car tout a été faussé dès le départ.
 
Au fond, je suis une solitaire effrayée par la solitude. Je rêve d'escapades loin des jungles urbaines, assourdissantes de puanteur… Il n'y a que les terres presque vierges et les horizons illimités qui m'exaltent. Je ne me sens jamais plus entière que lorsque je fusionne avec le ciel, avec la terre, avec les arbres, les fleurs, la roche, le torrent, l’herbe, le sable, le minuscule insecte et l’oiseau, car alors seulement l’intérieur et l’extérieur ne font qu’un ! Je ne connais pas de sensation plus forte ! Jamais l'amour d'un homme ne m'a offert cette intensité-là.
 
*
 
Étrangère au monde dit civilisé, j'ai parfois le sentiment de n'être qu'alluvions isolées sur une berge fantôme. À trop caresser l'idée de la mort je me suis égarée dans le dédale infernal de la vie. Certains jours, toute recroquevillée sur moi-même, je sens planer l’ombre d’une malédiction. Face à l'inéluctable, mon âme pour sa paix aspire parfois à la mort, au silence de l'exil sans remord… Que mon cœur soit délivré du devoir de battre, délivré de ses faiblesses, ses manques, ses rages et ses lâchetés ! Mais c'est oublier que la mort fait trembler l’esprit qui se refuse à l'imaginer.
 
*
 
L'écume sombre des jours qui passent lèche mes pieds... Ma haine m'apparaît, floue, sordide, irrégulière tandis que ma joie se dissimule au fond d'une lagune perdue.
Au marais de mes désirs, les nénuphars se sont fanés. Du regard, je parcours les plaines existentielles, à la recherche d’oasis non-artificielles et de cristaux enfouis.
Parfois, la vague immortelle de l'espoir m'enivre d'illusions nouvelles, alors je flotte sur des temps sans rivage. Des remous m'entraînent vers des heures déjà vécues jusqu'à ce qu'une main impitoyable m'empoigne pour me projeter à nouveau du côté plombé de la réalité.
Je m'accroche au miroir avec toute la force du désespoir. Je m'y vois telle que je suis : petite et fragile, le cœur entre les mains.
 
Je sais ! Le bonheur vient du partage, il éclot entre les mains de celui qui donne !
 
 
Cathy Garcia Canalès -1989 -

Commentaires

Ouille ouille ouille !!!
"Mets ton habit scaphandrier, descends dans le coeur de ma blonde..." chantaient Jacques Douai ou Léo Ferré il y a bien longtemps... un poème de René Baer...

Écrit par : jl | 14/09/2021

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire