Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/12/2020

Gabriel et la montagne par Fellipe Barbosa (2017)

 

 

 

24/11/2020

The bookshop d'Isabel Coixet (2018)

 

 

 

19/11/2020

JE M'APPELLE HUMAIN de Kim O'Bomsawin (2020)

 

 

 

Yvette, bon dieu ! un documentaire de Sylvestre Chatenay (2007)

 

 

18/11/2020

Somers town de Shane Meadows (2008)

 

 

 

16/11/2020

Jeu de société de Guillaume Desjardins & Jérémy Bernard (2016)

 

 

 

12/11/2020

Une femme fantastique (Una mujer fantástica) de Sebastián Lelio (2017)

 

 

 

01/11/2020

After the Wedding de Susanne Bier (2006)

 

 

 

 

31/10/2020

Les Ogres de Léa Fehner (2014)

Superbe, je ne l'avais pas encore vu, avec le Cabaret Tchekhov de la Cie Agit, des souvenirs d'une ancienne vie pour moi et un film fou et splendide, par la fille de François Fehner et sa femme, Marion Bouvarel, les fondateurs de l'Agit. Risqué de faire jouer entre autre à sa famille, le père, la mère, sa sœur et les enfants de cette dernière, quasiment leurs propre rôles, en oscillant entre fiction et souvenirs d'enfance, un pari risqué et réussi, avec cette énergie (un vrai shot !) qui me rappelle tant de choses !

 

 

 

"(...) là je suis quatre fois plus stressée que d’habitude, je suis stressée pour mes parents et pour ma sœur, car j’ai à cœur qu’ils soient tous heureux. C’est un peu absurde et non maîtrisable. Et puis la prise de risque est aussi artistique, car il y avait le risque d’être amenée à choisir entre mettre en péril nos relations et la beauté du film. En même temps, avec cette foi chevillée au corps qu’on allait arriver à naviguer entre ces deux pôles et que la vie n’allait pas se sacrifier sur l’autel du cinéma. La prise de risque, c’était aussi de dire qu’on allait parler des hommes et des femmes sans en cacher les faiblesses et les vulnérabilités."

Léa Fehner

 

 

 

 

 

25/10/2020

Laus Dau Gaug (Éloge du pissenlit) par Jean-Louis Maury (2017)

 

Portrait de Bernat Combi, artiste-poète-chanteur-musicien d'un monde oublié. Ses spectacles sont une incandescence ou musique et mots sont projetés dans une poésie rurale et sauvage. L'homme chante en occitan Marcella Delpastre, Paul Louis Grenier, mais loin des ayatol'Oc traduit Desproges, Nazim Hikmet, Confucius ou Woody Allen. Son local c'est le global moins les murs. Un chaman au blues occitan.

 

 

20/10/2020

Chemin de travers par Sebastien Majonchi (2019)

 

 

 

 

15/10/2020

Kill Dim Production - Stop Azerbaijani Aggression/Recognize Artsakh

 

 

 

John-John de Brillante Mendoza (2007)

 
 
 
 

14/10/2020

Plaine du Nord, un documentaire de Jean-François Chalut (1984)

 

 

 

05/10/2020

Djam de Tony Gatlif (2017)