Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2017

"J'ai marché jusqu'à vous" HK (Kaddour Hadadi) - Clip de Rachid Oujdi

Clip d'après les images du film documentaire de Rachid Oujdi : "J'ai marché jusqu'à vous, récits d'une jeunesse exilée" (2016 /52mn) dont Kaddour Hadadi signe la musique avec Meddhy Ziouche et Saïd Zarouri.

 

 

05/06/2017

A cure for life de Gore Verbinski (2017)

 

 

28/05/2017

Timbuktu d'Abderrahmane Sissako (2014)

 

 

Iitaté – Chronique d’un village contaminé II, documentaire de Toshikuni Doï (2013)

 

arton5495-12698.jpgUn mois après le tsunami qui déclencha la catastrophe nucléaire du site de Fukushima Dai-ichi le 11 mars 2011, le gouvernement japonais annonce que l’accident nucléaire a atteint le niveau 7, le plus haut niveau de l’échelle Ines (International nuclear event scale). Seule la catastrophe de Tchernobyl, le 26 avril 1986, avait atteint un tel niveau de gravité.
Dès les premiers jours de cette catastrophe, le ministère de la Santé et du Travail relève les maximales d’exposition pour les travailleurs de la centrale à 250 millisieverts (mSv) par an – au lieu de 20 à 50 mSv auparavant.
Car la catastrophe de Fukushima, en dépit des efforts du lobby nucléaire international et notamment français pour minimiser les risques pour la population, est effectivement une catastrophe durable. Sur le site de la centrale, six ans après l’accident, 6 000 liquidateurs continuent de travailler jour et nuit ; le réacteur continue de fuir ; 90 000 réfugiés se trouvent toujours dans une situation précaire.
Trois zones sont définies autour du site, selon leur niveau de contamination, et évacuées par les autorités en 2011.
Les familles, déplacées pour la majorité dans des villages de réfugiés créés ex-nihilo, dispersées, perçoivent des indemnités de base pour la perte de leur revenu d’existence. La décontamination des terres agricoles commence. Si des sommes faramineuses lui sont consacrées, elle n’a cependant des résultats que de surface : les terres, et les eaux, sont inexploitables. Et quand bien même elles le seraient un jour, qui achèterait du lait ou des légumes provenant de ces zones ?
Pourtant, le gouvernement japonais et les maires des communes fantômes poussent les familles à se réinstaller. Aujourd’hui est annoncée d’ailleurs la suppression prochaine du versement des indemnités, bien insuffisantes cependant au maintien d’une vie digne.

Le documentaire de Toshikuni Doï (2013 - 119’ - VOstf) évoque la vie des membres de deux familles d’éleveurs d’un village situé à 60 km de Fukushima Dai-ichi, dispersées du fait de la catastrophe.
Nous sommes en 2013, deux années ont passé depuis l’évacuation du village. Les anciens retournent de temps en temps chez eux honorer leurs morts ou fêter la fin de l’année. Mais leurs petits-enfants sont absents : ce serait prendre trop de risques. Les fils, eux, travaillent désormais comme salariés.
Ces villageois disent leur colère, leur sentiment d’humiliation et de trahison. Ils disent surtout leur attachement à leurs bêtes, à leur terre, à leur culture paysanne, à leur famille.
Après un premier documentaire sur l’évacuation du village d’Iitaté, qui a obtenu un prix au Japon au festival du documentaire de Yuifuin, Toshikuni Doï a souhaité recueillir le sentiment des familles déplacées. Son regard s’est lui aussi déplacé. « Qu’est-ce que le pays natal pour l’être humain ? », « Qu’est-ce que la famille ? » demande ainsi le réalisateur, qui qualifie l’histoire de ces villages et de leurs habitants de « Palestine japonaise ».

Kolin Koba­yashi, journaliste et militant membre du Collectif pour un monde sans nucléaire, évoquera le projet Ethos mis en œuvre après Tchernobyl, entre 1996 et 2001, par le Centre d’étude sur l’évaluation de la protection dans le domaine nucléaire (CEPN), déployé également à Fukushima. « Aujourd’hui, écrit-il, Fukushima est sous la fé́rule de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et de l’équipe de Jacques Lochard, directeur du CEPN et vice-président de la Commission internationale de protection radiologique (CIPR). »

 

par Jean-Pierre Crémoux

Source :  http://www.amis.monde-diplomatique.fr/article5495.html

 

 

 

23/05/2017

White sun de Deepak Rauniyar (2016)

 

 

 

Worlds apart de Christopher Papakaliatis, Grèce (2017)

 

 

Centaur d'Aktan Abdykalykov (2017)

 

 

 

 

19/05/2017

Nelly d'Anne Émond (2016)

 

Nelly Arcan auteur de Putain (2001) et Folle (2004), romans autobiographiques qui lui ont valu des nominations pour le prix Médicis et Femina, plus des livres posthumes. s'est suicidée en 2009 à l'âge de 36 ans.

 

  

 

 

 

 

 

18/05/2017

Pieles d'Eduardo Casanova (2017)

 

 

13/05/2017

Bande de filles de Céline Sciamma (2014)

 

par la réalisatrice de Tomboy

 

 

 

 

 

10/05/2017

Get out de Jordan Peele (2017)

 

 

05/05/2017

Super trash, documentaire réalité par Martin Esposito (2013)

 

pour se rappeler le goût et l'odeur de notre civilisation...ou quand les morts en fin de concession partent à la décharge, enfants compris, quand les hydrocarbures et les bidons d'arsenic et autre se cachent sous nos ordures, ce doc-film dans lequel le réalisateur se donne corps et âme, au sens littéral du terme, et à voir, à faire voir, à diffuser dans les écoles....le vrai visage de notre surconsommation, de notre gaspillage à vomir, les mensonges d'un système corrompu et pourri, dégueulasse, des collines, des montagnes de honte..... Il est là le grand défi de notre siècle : comprendre et changer ça, radicalement, ou crever étouffés, empoisonnés par notre propre merde, nous sommes les êtres vivants les plus crades de cette planète. Les plus stupides aussi.

 

C'est pourquoi j'ai lancé ce projet l'an dernier, même s'il en est encore au point mort, c'est pour moi une telle évidence que je continuerai à le proposer :

http://conscienceauquotidienaccompagnementpersonnalisepou...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

01/05/2017

Maria Montessori : Une vie au service des enfants de Gianluca Maria Tavarelli (2007)

maria-montessori-une-vie-au-service-des-enfants-maria-montessori-una-vita-per-i-bambini-2007-1.jpg

Un très beau film réalisé pour la télé

en deux parties (3 heures au total)

sur la vie (romancée ?) et le combat de Maria Montessori

 

montessori-eduquer-ce-nest-pas-dresser.jpg

 

fdef32b68334de51ccc0951c0ba76ad7.jpg

 

 

 

28/04/2017

Frederick Wiseman - Titicut folies (1967)

 

le documentaire qui a inspiré Vol au-dessus d'un nid de coucou...

 

 

 

21/04/2017

La terre éphémère de George Ovashvili