Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2021

Pat Ryckewaert

 
Ce qui se répète
ne renonce à parler
que si l'on l'entend
jusqu'à ce que ça s'essouffle
jusqu'à ce que ça s'énonce
se remette à respirer
à faire de l'air et du sens.
Ce qui se réconcilie
est dans la flaque et le regard
l'eau et le ciel
avec un peu de boue et de sel
ou à la lisière de la peau
là où ça démange et ça désire
une parole qui défait sa robe
en tirant sur les fils.
Ce qui vient dire et se dresse
hors de la bouche trop rouge
est toujours la langue
du commencement
celle qui nous révèle
nous relie et nous engage
dans notre humanité balbutiante.
 
 
 
 

14:16 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

16/04/2021

José Tolentino Mendonça

 

J'ignorais que tout poème

est une émeute

maintenant je sais

qu'il peut ébranler

l'ordre de l'univers

 

 

 

16:35 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Tristan Tzara

 

les cloches sonnent sans raison et nous aussi

nous marchons pour échapper au fourmillement des routes

avec un flacon de paysage une maladie une seule

une seule maladie que nous cultivons la mort

je sais que j’en porte la mélodie en moi et n‘en ai pas peur

 

 

 

 

09:38 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

15/04/2021

Xavier Combres

 

J'ai travaillé dur à ajourer la chambre, creusant dans les murs de larges ouvertures,

pour décrocher le soir venu les étoiles des branches nues.

 

 

 

 

 

 

17:35 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

14/04/2021

Nicolas Kurtovitch

Des grosses pierres blanches et lisses

Quelques arbres plus loin

Un peintre vide son encrier

À grandes ailes passe un aigle

Nul ne le voit ni l’entend

Seul le pinceau sait où il se trouve

Le soir plus personne sinon l’eau toujours

 

in Homme Montagne

 

 

 

 

18:37 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

13/04/2021

Anouk Grinberg

 

Mais dans nos sociétés riches et prétentieuses, ce trop-plein d’antennes est sévèrement puni. Les sans-fard inspirent la honte et le mépris, alors ils fanent ou enragent, et c’est le début de l’enfer. On les met dans des hôpitaux, on les force à manger des médicaments pour les remettre droit, on leur enlève la parole puisqu’ils parlent mal la langue de papa et maman, on leur enlève leurs droits, parfois leurs noms.

 

in Prologue de Et pourquoi moi je dois parler comme toi ?

 

 

 

20:46 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Pascal Perrot

 

nous tenons debout par erreur entre nos mains tout s’effiloche nos pas mènent à des soleils mous seuls les sucs digestifs du Rien assurent notre rédemption puisque nulle horloge ne vient confirmer notre perception des miracles

 

in Une brèche dans la tapisserie des ombres

 

 

 

 

20:29 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Oscar Wilde

 

Aujourd’hui les gens connaissent le prix de tout et la valeur de rien.

 

 

 

19:05 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Ada Mondès

Là où les Hommes oublient d’aller
les montagnes sont criblées de fleurs et de trous de serrures
orbites creuses des géants
bouche de la fée pétrifiée dans le sel
des enfants d’argile
des galeries pour l’âme

Si je marche là-bas
ma clé imaginaire ouvre toutes les portes
les sanctuaires dans la roche

La poésie toujours a sa demeure dans le ventre des montagnes
là où toutes les pierres ont un visage

 

 

09:59 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

12/04/2021

Stalker dans le film de Tarkovski

 

À sa naissance, l’homme est faible et malléable. Quand il meurt, il est dur de chair et de cœur. Le bois de l’arbre qui pousse est tendre et souple. Quand il sèche et perd sa souplesse, l’arbre meurt. Cœur sec et force sont les compagnons de la mort. Malléabilité et faiblesse expriment la fraîcheur de l’existant. C’est pourquoi ce qui a durci ne peut vaincre.

 

 

11:25 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

07/04/2021

Stephan Schillinger

 

De la souffrance vient la sensibilité dont naît l’intelligence..

Tout le monde parle de savoir-vivre, mais personne du savoir-souffrir..

Ce qui importe ce n’est pas le poids qui t'accable, c’est comment tu te courbes pour ne pas casser..

Ce n’est pas le bruit qui t’abasourdit, c’est comment tu écoutes les murmures du monde..

Ce n’est pas la force du vent qui t'emporte, c’est comment tu hisses tes voiles..

Ce n’est pas la hauteur des vagues qui te frappent, c’est comment tu t’y laves..

Ce n’est pas l’absence de lumière qui t'entoure,

c’est comment tu chantes dans le noir..

Ce n’est pas ce que tu perds, c’est comment tu ouvres ton cœur pour la suite..

Ce n’est pas la quantité de larmes que tu verses, c’est comment tu souris en pleurant..

Ce qui importe, ce n’est pas l’intensité du feu que tu traverses..

C’est comment tu danses dans les flammes.

 

 

 

09:11 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

01/04/2021

Viktor Pelevine

 

Au-dessus de moi, par delà le treillis noir des fils électriques,

le ciel pendait tout près de la terre.

 

in La mitrailleuse d’argile

 

 

 

22:31 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

27/03/2021

Folco Terzani

 
Mon père a laissé les choses quotidiennes - le journalisme - pour se consacrer à ce qu'il appelait le pérennialisme, c'est-à-dire s'occuper de choses pérennes. (...)
Il voulait communiquer quelque chose d'éternel dont on ne parle peut-être plus. Comme faire confiance au cœur, à la tête, à ce que l'on ressent à l'intérieur sans s'encaisser nécessairement dans ces possibilités que la société offre. Comment dire... Fais ce que tu veux et ça marchera. Avoir bref le courage de faire sa vie, celle où finalement on peut se reconnaître.
 
 
 

12:11 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

26/03/2021

Djâlal-od-Dîn Rûmî

Tout l'univers est contenu dans un seul être humain : toi.
Tout ce que tu vois autour de toi, y compris les choses que tu n'aimes guère, y compris les gens que tu méprises ou détestes, est présent en toi à divers degrés. Ne cherche donc pas non plus Sheitan hors de toi. Le diable n'est pas une force extraordinaire qui t'attaque du dehors. C'est une voix ordinaire en toi.
Si tu parviens à te connaître totalement, si tu peux affronter honnêtement et durement à la fois tes côtés sombres et tes côtés lumineux, tu arriveras à une forme suprême de conscience. Quand une personne se connaît, elle connaît Dieu.


in Le livre de Chams de Tabriz

 

 

 

 

22:18 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Pascal Perrot

 

à pleines mains plonger dans la poussière les excrétions la boue de soi

ce que nous avons rejeté pour être conforme au modèle.

 

 in Une brèche dans la tapisserie des ombres

 

 

12:26 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)