Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2020

Jean Vasca

 

Et le cœur grésille
Châtaigne éclatée
Sur le brasier roux du monde
Qui tremble et meurt

Chemins à vif
Demain
Dans la chair mauve des collines

La lumière rassemble ses derniers troupeaux
L'écrou du jour se resserre
Les villages là-bas sont des îles en sang
Des échos qui fument

En moi descend
Déjà déployé
Vers les eaux profondes
Le lent filet
Du silence

 

 

 

 

 

14:04 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Charles Baudelaire

 

Une fois, une seule, aimable et douce femme,
À mon bras votre bras poli
S'appuya (sur le fond ténébreux de mon âme
Ce souvenir n'est point pâli) ;
 
Il était tard ; ainsi qu'une médaille neuve
La pleine lune s'étalait,
Et la solennité de la nuit, comme un fleuve,
Sur Paris dormant ruisselait.

Et le long des maisons, sous les portes cochères,
Des chats passaient furtivement,
L'oreille au guet, ou bien, comme des ombres chères,
Nous accompagnaient lentement.

Tout à coup, au milieu de l'intimité libre
Éclose à la pâle clarté,
De vous, riche et sonore instrument où ne vibre
Que la radieuse gaieté,

De vous, claire et joyeuse ainsi qu'une fanfare
Dans le matin étincelant,
Une note plaintive, une note bizarre
S'échappa, tout en chancelant

Comme une enfant chétive, horrible, sombre, immonde,
Dont sa famille rougirait,
Et qu'elle aurait longtemps, pour la cacher au monde,
Dans un caveau mise au secret.

Pauvre ange, elle chantait, votre note criarde :
" Que rien ici-bas n'est certain,
Et que toujours, avec quelque soin qu'il se farde,
Se trahit l'égoïsme humain ;

Que c'est un dur métier que d'être belle femme,
Et que c'est le travail banal
De la danseuse folle et froide qui se pâme
Dans un sourire machinal ;

Que bâtir sur les cœurs est une chose sotte ;
Que tout craque, amour et beauté,
Jusqu'à ce que l'Oubli les jette dans sa hotte
Pour les rendre à l'Éternité ! "

J'ai souvent évoqué cette lune enchantée,
Ce silence et cette langueur,
Et cette confidence horrible chuchotée
Au confessionnal du cœur
 
Confession in Les Fleurs du mal

 

 

 

01:48 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

16/01/2020

Edgar Morin

 
Étant donné que nous avons des cellules qui sont les filles des premières cellules de la vie, nous avons en nous de façon singulière toute l'histoire de la vie… Nous avons l'univers en nous.
 
 
 
 

12:24 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (1)

Bakhtiar Ali

 

 

La véritable prison n’est pas tant celle qui sépare l’homme des autres hommes, mais surtout celle qui sépare l’homme des profondeurs de la vie, qui sépare l’homme de l’existence dans son sens profond.

 

in Le dernier grenadier du monde

 

 

 

12:07 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

14/01/2020

André Velter

 

Chaque jour je rends grâce à cet amour qui m’envahit,
Qui d’un même élan m’exile et me sauve. Rien ne lui échappe :
Aucun lieu, aucun être, aucun sentiment, aucun projet, aucune récréation.
Prisonnier sur parole qui ne fait plus la part de la chance ni celle de la malédiction, j’explore une commotion féroce que je n’entends pas apprivoiser. Je garde la rage au corps, et pas seulement aux dents et au cœur. Je vais sans doute l’âme à l’envers.

 

 

 

in L’amour extrême

 

 

 

01:01 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

13/01/2020

Bakhtiar Ali

 

Je n’avais pas la force de parler avec les gens, je ne m’intéressais plus à leurs mots,

à leurs actes et à leurs manières mais à leur âme.

 

in Le dernier grenadier du monde

 

 

 

19:25 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

07/01/2020

Dylan Thomas

 

 

L'obscurité est un lieu, la lumière est une route.

 

 

 

22:00 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

René de Obaldia

 

Le chat est la sentinelle de l'invisible.

 

 

17:52 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

06/01/2020

Charles Bukowski

Bukowsky _n.jpg

 

 

 

19:51 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Thierry Metz

 

Un homme marche dans les feuilles,
non loin du pavillon. Il se déplace si
lentement, avec tant de précautions
qu’il ne s’aperçoit pas qu’un arbre le
suit.

in L'homme qui penche

 

 

19:41 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

03/01/2020

Valentine Penrose

 

 

Au milieu de moi tu bats
ô toi qui me noues au jour. 

 

in Herbes à la lune - 1935

 

 

 

 

 

23:50 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

28/12/2019

Emily Dickinson

 

Il y a une solitude de l’espace
Une solitude de la mer
Une solitude de la Mort, mais toutes
Sont société
Comparées à ce lieu plus profond
Cette intimité polaire
D’une âme se visitant elle-même

 

 

 

00:19 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

26/12/2019

Nicolas Pain

 

Tout en silence les mères pleurent,

Et les pères ont un air taiseux.

 

 

 

13:01 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Bakhtiar Ali

 

je n’avais rien tenu d’autre dans mes mains qu’un fusil. Ce qui était important pour moi, c’était de tirer sur le monde depuis quelque part. Je ne savais pas pourquoi je faisais la guerre, je ne savais pas qui faisait la guerre, je ne savais pas qui je tuais ni qui me tuait… Mais rien de tout cela n’était important. Ce qui était important, c’était que je tire sur le monde depuis quelque part. (…) J’étais aussi sale que les guerres que je faisais.

 

in Le dernier grenadier du monde

 

 

 

12:49 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

24/12/2019

André Velter

 

L’espace nous est donné sans limites. Je ne parle pas de la caverne aux étoiles mais des lointains sur terre où sont nos équipages, de ce désir à perte de vue qui a goût de poussière, de pierre à feu, qui a goût d’autre temps et de sueur mêlés.

L’instant nous est donné sans partage. Je ne parle pas du sablier jeté contre le mur mais du réel soudain plus vaste dans une herbe qui tremble, sous le sabot d’un cheval, au fond d’un puits saturé de sel.

L’inconnu nous est donné sans crainte. Je ne parle pas de vallées invisibles mais de rendez-vous dévoilés, volés à l’insomnie du jour, à la carapace de miroirs rouillés pour éclairer le grand rythme du cœur...

 

 

 

 

 

11:20 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)