Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/05/2018

Key M.

Journée contre l'homophobie 2018.jpg

 

 

 

09/05/2018

Alejandro Jodorowsky

31933151_10155204937695059_1307671671657725952_n.jpg

 

 

 

 

 

14:00 Publié dans MESSAGES | Lien permanent | Commentaires (0)

30/04/2018

Frank

Frank-instinctive art_n.jpg

 

 

28/04/2018

Justice

3038854417.jpg

 

 

 

10:57 Publié dans MESSAGES | Lien permanent | Commentaires (0)

20/04/2018

Auteur inconnu

30656671_473546533060339_712114004402634752_n.jpg

 

 

08/04/2018

Résilience

2388035428.jpg

 

 

11:42 Publié dans MESSAGES | Lien permanent | Commentaires (0)

30/03/2018

Tarte

rentrer dans le moule.jpg

 

 

19:55 Publié dans MESSAGES | Lien permanent | Commentaires (0)

13/02/2018

Les murs ont la parole

624790030.jpg

merci à Voix Dissonantes

 

 

09/02/2018

La simplicité joyeuse et volontaire (suite)

 

La simplicité ce n'est pas seulement faire des choses mais c'est aussi et surtout ÊTRE. Faire autant que possible des choix qui nous permettent d’être plutôt que de paraître et/ou d'avoir (deux redoutables diktats), donc que ce soit sur le plan pratique et matériel ou moral, toujours se poser la question de l'utilité, du sens de ce qu'on l'on fait, de ce que l'on achète, de ce que l'on possède, de ce que l'on pense, de ce que l'on dit. L'utilité d'une façon très vaste et le sens et l'impact des choix que nous faisons, comment nous utilisons nôtre temps et quelle place nous laissons dans notre vie pour l'essentiel. Ce qui veut dire déterminer déjà qu'est-ce qui est réellement essentiel pour nous et là nous trouverons ce qui est essentiel communément à la plupart des êtres humains et puis ce qui nous est essentiel à nous tout personnellement et particulièrement, et pour déterminer cela il faut se connaître, au-delà de ce que nous avons appris, au-delà de ce que nous pensons devoir être ou faire, au-delà de ce que nous pensons devoir prouver et au-delà des attentes que nous pensons être les nôtres ou celles des autres qui nous entourent et de la société elle-même. Pour se connaître en profondeur, il faudrait en quelque sorte d'abord se dévêtir de tout costume, masque, parure, rôle et désapprendre tout ce qu'on croit savoir. La simplicité joyeuse et volontaire s'applique tout aussi bien dans notre quotidien de façon pratique qu'à l'intérieur de nous-mêmes, c'est très important pour justement commencer à faire des choix de plus en plus cohérents et que l'ensemble de notre vie tende vers un réel épanouissement, prenne sens, quel que soit le contexte, les conditions extérieures. C'est une forme de philosophie et c'est même spirituel, ou disons plutôt holistique, le terme "spirituel" pouvant rebuter certains(e)s. Il y a comme une résonance qui se créé entre ce que nous faisons, comment nous vivons et ce que nous sommes en profondeur, une adéquation et alors une paix intérieure s'installe, cela prend du temps mais ce qui est certain, c'est que plus on avance sur cette voie et plus les choses se mettent en place d'elles-mêmes, se simplifient dans le bon sens du terme. Nos existences sont moins polluées tout comme notre corps et notre mental, c'est une forme de lâcher-prise avec une conscience qui s'affûte toujours plus et il est difficile, voire impossible de retourner en arrière, mais il faut faire attention à ce que cela soit une ouverture et non pas une fermeture, que la discipline qui se met en place ne devienne pas un dogme. C'est pourquoi j'insiste sur le terme "joyeuse", ça ne veut pas dire qu'on doit être béat en permanence mais je parle d'une sorte d'état intérieur qui nous relie peu à peu à la source d'une joie inconditionnelle, inconditionnelle c'est important, une sorte d'évidence qui nous met en paix avec nous-mêmes mais aussi avec les autres qui cheminent aussi, chacun à son rythme. Il y a une histoire amérindienne qui parle de maïs, différentes sortes de maïs, certaines poussent très vite, d'autres très lentement, mais toutes sans exception parviennent à maturité, c'est ça qui est important, c'est que toutes et tous, quel que soit le temps que ça prend, nous mûrissons et ceux qui vont plus vite peuvent aider et encourager ceux pour qui il faut plus de temps. Chacun(e) doit faire de toutes façons ses propres expériences et à son rythme.

cathy garcia, le 29 janvier 2018

 

 

 

 

11:57 Publié dans MESSAGES | Lien permanent | Commentaires (0)

06/02/2018

Allégorie grammaticale

408789950.jpg

 

 

19:07 Publié dans MESSAGES | Lien permanent | Commentaires (0)

01/02/2018

Ayons l'élégance d'aider ceux qui n'ont rien

2740883647.jpg

 

 

 

19:10 Publié dans MESSAGES | Lien permanent | Commentaires (0)

Auteur inconnu

26167513_10214554745043757_6799523141754490493_n.jpg

 

 

19:08 Publié dans MESSAGES | Lien permanent | Commentaires (0)

29/12/2017

Ceux là qui.....

4143176705.jpg

 

 

19:01 Publié dans MESSAGES | Lien permanent | Commentaires (0)

18/11/2017

La chatte qui bulle

la chatte qui bulle.jpg

 

 

12:24 Publié dans MESSAGES | Lien permanent | Commentaires (0)

10/11/2017

Réflexion

 

alors voilà, ma réflexion du matin....... peut-être qu'à force de ressasser les injustices innombrables, on ne donne pas assez d'attention et d'énergie à la beauté et à la bonté de chacun, plus discrète, moins triomphante mais qui est là, toutes ces petites graines qu'il faudrait arroser aussi, et je dis ça parce que la première j'ai passé beaucoup de temps de ma vie à pleurer, dénoncer, enrager, déprimer, partir en guerre finalement avec mes mots, mes idées plus qu'avec des actes finalement, sinon des choix radicaux que je ne renie pas bien au contraire....mais petit à petit, j'ai commencé à voir les choses autrement, voir qu'il y a aussi de la facilité à dénoncer, enrager, déprimer, c'est une pente et une pente très glissante et qui dit pente glissante dit "vers le bas" et que peut-être à force de pointer ce qui va mal, on l'alimente, on lui donne de la force, de l'énergie, en nous et hors de nous. Alors ça ne veut pas dire fermer les yeux, oublier, en avoir rien à foutre, non non non, au contraire, on sait, on est lucide et chaque fois qu'on peut, là où on est avec les moyens qu'on a, faire quelque chose pour aider, défendre, soulager, guérir, donner à boire, à manger au sens littéral et moins littéral, si on peut arrêter le bras de celui qui frappe, qui opprime, qui affame, on le fait, mais les mots finalement, les mots ça ne suffit pas. Pourtant, si on essaye de faire un pas de côté, d'arrêter de dénoncer sans arrêt mais plutôt essayer de braquer des projecteurs sur les graines, les belles graines, nourrir le positif de l'être humain et il y en a, il y en a assurément, alors très vite les attaques fusent, on perd ses médailles de va t'en guerre, on est considéré au mieux comme des rêveurs naïfs au pire comme des égoïstes indifférents, pourtant si on regarde bien, des injustices il y en a en permanence tout autour de nous, très proches de nous, parfois et peut-être même souvent nous en sommes les auteurs, nous voudrions sauver tous les migrants, tous les opprimés du monde, mais nous avons parfois du mal à supporter nos voisins, notre famille, le mec qu'on a croisé en bagnole, celui qui nous précède dans la file d'attente, celle ou celui qui a dit ci ou ça, qui a fait ci ou n'a pas fait ça, les amis qui nous déçoivent etc. etc. et même nos compagnons ou compagnes, nos enfants...., nous sommes pleins de compassion pour l'humanité toute entière qui souffre mais ne voyons pas que nous sommes souvent incapables d'être justes, sincères, attentionnés, généreux avec les personnes qui nous entourent ou que nous croisons au jour le jour.... si on y réfléchit bien et en profondeur, on réclame vérité et justice mais ça ne nous pose pas de problèmes de mentir à nos proches....on n'écoute pas le gamin qui nous parle, parle, parle ou la voisine qui se plaint parce qu'on n'a pas le temps, on est fatigué, qu'on a plus important à faire, on trouve très vite les gens cons, ou trop ceci et pas assez cela..... regardons combien de fois on aura jugé quelqu'un sur une seule journée....et chaque personne que l'on voudrait sauver à l'autre bout du pays ou du monde, mais de préférence éloigné de nous, qui sait comment on l'apprécierait si elle était notre voisine, le mec qu'on suit en bagnole qui ne met pas son cligno ou la vendeuse du magasin qu'on trouve désagréable etc. etc. etc. Voilà, ma réflexion du matin, enfin pas seulement du matin, c'est une réflexion pas mal nourrie par facebouc en fait. Je me dis que ce que nous voyons dans le monde c'est nous, c'est un reflet de nous-mêmes, et que si ce reflet ne nous plait pas, dénoncer ne suffit pas.... Agir c'est bien mais tout le monde n'a pas la possibilité d'agir concrètement sur le malheur du monde qui s'affiche en permanence sur nos écrans, alors oui moi j'ai ma façon de voir ça et d'agir à ma façon, mais je dis bien à ma façon, elle n'est ni bonne, ni mauvaise, ni meilleure, ni pire qu'une autre, chaque vie est unique et chaque parcours a du sens et si vous pensez que le vôtre en a alors dites-vous que c'est le cas pour chaque personne, et accordez à chacun ce statut de personne unique, qui apprend de son vécu, qui a la capacité d'en faire quelque chose, même et peut-être surtout dans les pires conditions, faisons tout ce que nous pouvons et mieux encore pour être de bonnes personnes pour les autres et pour nous-mêmes, y compris pour les animaux, les plantes.... mais ça ne nous donne pas le droit de juger des autres, seulement de choisir vers qui et de quoi on se rapproche ou pas, accordons à ceux qui souffrent la dignité d'un statut de personne à part entière, et pas uniquement de victimes à sauver...parfois cet élan permanent n'est pas plus qu'un leurre, un pansement douillet sur nos consciences malmenées et douloureuses, sur notre sentiment d'impuissance, qui est réel et peut être même nécessaire, pensons-y..... et observons-nous le plus possible au quotidien, dans nos propres vies - la compassion c'est essentiel mais c'est tous les jours, seconde après seconde, et si ceci ressemble à une leçon alors sachez que l'élève c'est moi.

 

Cathy Garcia, 10 novembre 2017

 

 

12:13 Publié dans MESSAGES | Lien permanent | Commentaires (2)