Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2022

Valentina Fadeeva

Valentina Fadeeva -Russie- Céramiquen.jpg

 

Un thé tiédi avec une pincée de poivre, une feuille de basilic, à boire les pieds sur la barrière, au soleil, lentement. Puis passer un quart d’heure, couchée dans le salon avec musique et coussin sous les pieds.

 

in à la loupe, tout est rituel

 

 

 

 

12/01/2022

Warwick Goble

Warwick Goble .jpg

 

- Dis-moi bel enfant des glaces, que vois-tu ?

- Ô Grande mère des glaciers, je vois un avenir tranquille et lumineux...

- Tu sais pourtant que je vais disparaître ?

- Disparaître, ô non, tu vas seulement te transformer, ô sage mère et tes millénaires de mémoire vont alimenter les océans, chaque cellule de chaque être vivant en sera imprégnée.

- Tu es bien optimiste mon enfant, ne crains-tu pas la montée des eaux ?

- Je ne crains rien, ô vieille et douce mère, vois comme je suis nu et pourtant je n'ai pas froid.

- N'as-tu pas donc peur de mourir ?

- Mourir ? Mais tu le sais, ô mère sublime, rien ne meurt, tout se transforme, glace, eau, vapeur, pluie, larmes, rivières, océans, peu importe la forme, je suis ton origine aussi bien que tu es la mienne, ne sois pas triste, c'est juste une fatigue passagère, elle va s'envoler comme nuée d'oiseaux.

- Dis-moi bel enfant des glaces, que vois-tu ?

- Je me vois et m'entends dans ta voix, je suis toi et tu es moi, c'est toi-même qui me l'a enseigné, tu perds la mémoire c'est normal, tu commence à perdre tes eaux et je vais naître bientôt.

 

12/01/22

 

 

 

 

 

 

10/01/2022

Sidney Herbert Sime

Sidney Herbert Sime.jpg

 

Mystérieux territoires de résonances. Franchir les frontières par inadvertance.

L’exode des certitudes maintient en éveil.

 

Nécessité vertigineuse de la métamorphose.

 

Loin devant marche le primitif éclaireur. Visionnaire, il conserve quelques braises sous ses paupières. Il ne les rendra aux hommes que lorsqu’ils cesseront de souffler sur les cendres.

 

La connaissance est périlleuse.

 

in Les mots allumettes

 

 

 

Alison Saar - The Pythoness - 1987

Alison Saar The Pythoness 1987_n.jpg

 

 

prophétesse

 

l'écriture est une pythie

j'en ai eu cent fois et plus la preuve

en relisant mes journaux

 

in Petit livre des illuminations simples

 

 

 

 

09/01/2022

Georges Saulterre

Georges Saulterre_n.jpg

 

Coup de bec de l’oiseau-mère.

Cosmos brisé, voici le ciel, voici la terre

Et voici le temps.

Rêve, désir, méditation ?

Volonté ?

 

in Oniromancie

 

 

06/01/2022

Pascal Desjardins - St Germain

Pascal Desjardins St Germain_n.jpg

La pluie comme une encre sombre

dans la veine des arbres

lustre le cuir du macadam

miroir sans tain de la ville

sous l'aiguille d'un talon invisible

la poésie revêt

son long manteau noir

 

 

21/12/2021

Saskia Boelsums

Saskia Boelsums bos.jpg

 

Le désespoir nous rend ridicules

 

Ma cuisinière à gaz aura bientôt 20 ans…

la porte du four ferme mal

les boutons sont cramés

et une crasse graisseuse a comblé le moindre interstice

 

Il pleut de l’eau grise et des feuilles

la nature se prépare pour le solstice

elle n’a aucun mal à se dépouiller

ni à se rouler dans la boue

 

Elle se fout de Noël qui ne la concerne pas

elle sait que la lumière revient

et que dans quelques mois

ce sera l’orgie et l’extase

 

in À la loupe

 

 

16/12/2021

Léon Spilliaert - Paysage de neige, lierre et arbres - 1915

Léon Spilliaert Paysage de neige, lierre et arbres 1915o.jpg

 

nous irons célébrer l’élan

avant le vermoulu de la neige

et du vieux bois d’hiver

quand les sarments seront noirs

et qu’il nous faudra être chaste

à cause des filets tendus

pour les papillons perdus

à l’envers des fleurs

 

in Aujourd'hui est habitable

 

 

 

14/12/2021

Lily Seika Jones

Lily Seika Jones 1000.jpg

 

TERRE DU QUERCY

 

Que m’as-tu fait terre, terre de chênes, m’aurais-tu enchainée ? Envoûtée à tes sources secrètes, ton sol osseux, tes bras de genièvre ? Tu m’offres ta couche de pelouse sèche où se pressent pelures d’univers, mondes miniatures enchanteurs et cruels. Que m’as-tu fait terre du Quercy ? Des racines me poussent, je me noie dans ton ciel. Les oiseaux me parlent et je capte la langue nomade des nuages sans même plus avoir le désir de les suivre. Que m’as-tu fait ? Agenouillée dans ton hiver, je guette avide tes premières érections printanières, tes orchis clitoris. Qu’as-tu fait terre pour que je me sente si ancienne entre la rose chienne et les sortilèges du chèvrefeuille ? J’arpente tes courbes et tu me découvre les secrets de ton causse. Me rendras-tu fertile et profonde comme l’échancrure de tes combes et vallées ? Te joues-tu de moi pour que je me sente reine avec des bois sur la tête ? M’enverras-tu tes chasseurs ? La bête se cache et je deviens ta bête, ô terre du Quercy.

J’entends rire les arbres et pleurer aussi. Et tout leur travail d’arbre. Les écorces me dévoilent le trésor de leur art, ma chevelure s’emmêle de lichen et de mousse.

Plus de sept ans que tu me tiens sous tes charmes, pays d’Avalon d’Occitanie. Tes pierres, tes eaux, parlent plus que les hommes. Tu m’apprends ça aussi, à me taire, terre du Quercy.

Tes galets remplissent mes poches, tes branches, tes racines rampent jusqu’à ma porte.

Que veux-tu ? Que je sois chêne parmi les chênes, que j’y perde ainsi mes chaînes d’humanité ? Ou bien m’acceptes-tu jardinière, poète, contemplatrice.

Terre du Quercy, je sais qu’autrefois tu as connu bien plus de vie. Aujourd’hui sur ta peau broussailleuse ce sont les pèlerins et autres amoureux des chemins qui te caressent.

Certains peut être te font même l’amour.

Terre de beauté, prends-moi encore contre ton sein, que j’y sente couler la sève des rêves.

 

2009

 

 

 

 

13/12/2021

Vincent Munier - La nuit du cerf

vincent munier   Lanuitducerf-.jpg

 

tu es mon cerf odorant

je serai reine de tes clairières

conte-moi la tempête des artères

la divine émotion foudroyée

ta sève au seuil de l’obscurité

la fulgurante sensation

qui te met à nu précipité

traverse-moi

galope-moi

 

in Des volcans sur la lune

 

 

 

 

 

11/12/2021

Théodule Augustin Ribot - Nature morte au crâne de mouton

Théodule Augustin Ribot Nature morte au crâne de mouton.jpg

et vas-y que se lamentent les moutons en ces temps foutuistes.

 

in Bonzaïs hallucinogènes

 

 

10/12/2021

Warren Keelan

warren keelan_5.jpg

 

tsunami

 

la vague arrive, m'emporte

me réduit à néant

colère, rancune

je n'en veux pas

la vague repart

emportant des morceaux

de moi

 

in Petit livre des illuminations simples

 

 

29/11/2021

Henry Bursill, Hand Shadows To Be Thrown Upon The Wall - 1859

Henry Bursill, Hand Shadows To Be Thrown Upon The Wall.jpg

 

et moi la ravie du ravi

je broute

au petit malheur
je cueille glane
plume effeuille
dans les champs utopiques

du sursis volé
à ceux qui croient


maîtriser

 

in Ombromanie, Encres Vives 2007

 

 

 

24/11/2021

Philippe Naudet - L'ermitage flottant - mars 2021

Philippe Naudet L'ermitage flottant mars 2021.jpg

 

songe

 

un ermitage perdu

dans les nuages

entre les herbes

inondées de lumière

menthe et cristal

le vent ruisselle

 

in Petit livre des illuminations simples

 

 

 

 

05/11/2021

Cara Barer - Found Reference - 2004

Cara Barer - Found Reference - 2004.jpg

 

VIEILLIR

 

au fil du temps

qui s’émousse

l’âme se patine

le corps se débine

les dents fondent

dans la bouche

le cheveu blanchit

la peau se fripe

chaque cicatrice

réapparaît

veut conter

son histoire

les invisibles parfois

pleurent encore

en silence

le corps comme

un vieux livre

dont les pages

jaunissent

combien encore

à tourner ?

l’horloge bloquée

sur l’heure de

la décrépitude

un demi-siècle

a sonné

le cœur pourtant

semble solide

dessinées sur les pages

des cartes de territoires

s’en retournent en jachère

la terre appelle la chair

quelques poèmes peut-être

dont l’encre s’efface

des partitions de frissons

d’exultations

 

 

et puis des pages sales

des pages piquées

de chagrins

quelques grandes auréoles

noires sur des pages

muettes

des pages trouées

des pages envolées

aussi

qu’on ne retrouvera

plus jamais

des pages qui tremblent

sous le vent qui les tourne

et voudrait les arracher

des pages et des pages

du déjà vieux et lourd

livre du corps

de plus en plus transparentes

pourtant

et à travers lesquelles

il est bon de voir l’âme

phosphorescente

radiante à la proue

du vaisseau du cœur

âme capitaine

âme mousse

âme sirène

l’âme étoile

immortelle

le poème qui passe

de livre en livre

de bouche en bouche

de vie en vie

de brin à brin

le poème

que la peau aime

sentir au-dedans

 

in Histoires d'amour, histoire d'aimer