Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2021

Avis de parution : Paraît que d'Heptanes Fraxion, cinquième délit buissonnier

Patrick Bories .jpg

photo : Patrick Bories

 

Toutes les infos ici :  http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/archive/2021/...

 

 

 

07/04/2021

Hommage à Pierre Urban

Les abonné-e-s à ma petite revue, quand cela fait des années et des années qu'ils renouvèlent cette complicité souvent aussi généreuse que discrète, c'est plus que des abonné-e-s, certain-e-s deviennent de vrai-e-s ami-es, c'est le cas de Pierre Urban, abonné depuis le numéro 15 et avec qui j'ai partagé pas mal de choses, notamment autour de son travail de musicien et cinéaste et plus encore avec les Shipibo du Pérou. Il avait l'habitude de s'abonner pour des dizaines de numéros d'avance et ça faisait un moment que nous n'avions pas échangé et là tout d'un coup, j'ai eu comme un pressentiment.... Et c'est par une triste rubrique nécrologique sur le net que je découvre qu'il est déjà parti depuis février 2019 !! Les revues arrivaient bien quelque part mais je n'ai reçu aucun avis à ce sujet et j'en suis bien triste. Il vivait à La Rochelle, avait 88 ans et une vie bien remplie, on en trouve juste des traces sur wikipedia, mais je garde précieusement les cd et dvd de son travail et de précieux cadeaux. Et la joie d'une brève rencontre en 2009 lors d'un festival lotois. Nul doute que son voyage continue dans une autre forêt, bien plus vaste et plus cosmique encore que l'Amazonie...
 
 
la bande-annonce de son dernier film :
 
 
 
Ce film ainsi que les précédents fait partie des objectifs de son association http://shanefrance.org (disparue avec lui semble t-il) : sauvegarder et valoriser le patrimoine immatériel de ce peuple de la forêt. Ce film a déjà été projeté en 2015 aux : Festival du Film Chamanique, Festival de la Paix et La Maison d’Amérique Latine à Paris. James Arévalo, peintre shipibo et chaman est l’un un des principaux acteurs du film.
 
Et la magnifique vieille femme Shipibo, une maestra (guérisseuse) qui y chante des icaros, Olivia Arévalo Lomas a été assassinée en avril 2018.... elle avait 80 ans et était une militante pour les droits de son peuple....
 
Un hommage par Pierre Urban ici :
 
 
Deux belles âmes qui poursuivent leur voyage !
 
 
 
 

Revue Nouveaux Délits numéro 69

 

COUV 69.jpg

Avril 2021

 

 

Numéro 69, numéro chaotique, comme me l’a soufflé un certain Martin ? Fort possible, et en retard comme un lapin d’Alice ! Lapin de Pâques sans aucun doute à la recherche d’un mystérieux œuf noir très cosmico-alchimique, dont j’ai rêvé tout récemment, ce qui n’a pas empêché mon ordinateur de faire un séjour chez son docteur, entre autres contretemps et bifurcations d’agenda sanitaire… Bref, difficile de trouver l’inspiration et plus encore la concentration pour un édito, entre les vagues virales, les tsunamis de fatigue et les clapotis du sens. Quelque chose me murmure à l’oreille qu’il faut se calmer, respirer et faire ce qu’on peut, juste le faire au mieux, sincèrement. En ces temps plus que confus, la poésie me semble plus désirable que jamais et concevoir cette revue continue à faire sens, donc voilà — plus chaotique qu’érotique — un numéro 69 très éclectique ! Puissiez-vous y trouver de quoi nourrir votre jardin intérieur. C’est la saison des semis, alors semons, mettons les mains dans la terre et la langue dans les mots, restons à l’écoute de ces petites voix qui murmurent à nos oreilles et ne trichons pas avec l’essentiel.

cgc

 

  

L’impossible est un univers clos. Néanmoins, nous en possédons la clé et, comme nous le soupçonnons depuis des millénaires, la porte s’ouvre sur un champ d’infinies possibilités. Ce champ, il nous appartient plus que jamais de l’explorer et de le cultiver. La clé n’est ni magique ni symbolique. Les Grecs anciens la nommaient « poésie », du verbe « poiein », construire, façonner, créer.

Raoul Vaneigem

 

ND69-2a.jpg

illustrations de JL Millet

 

 

Sommaire et plus ici : 

http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/archive/2021/...

 

 

et aussi l'édito du n°68 de janvier dernier que je n'avais pas posté :

 

Eh bien 2020 est passé comme un éclair, et on se demande bien après ça, qu’est-ce que cette nouvelle année va bien pouvoir nous concocter dans le grand chaudron fou de la vie ? Virus, guerres, comète, suicides collectifs, extra-terrestres, zombies, miracles ? Qu’est-ce qui va encore nous secouer, nous bousculer, nous jeter à terre ? On n’a aucune prise sur les événements extérieurs mais on peut cependant choisir le meilleur en toutes circonstances, aussi infime soit-il. Il n’y a pas que des mauvaises et sombres nouvelles, il y a des jaillissements surprenants, des résurgences de joie, des illuminations bienfaisantes, une créativité fière et indomptée qui se fout des autorisations et s’il y a bien une énergie qui a le pouvoir de transformer le plomb en or, les larmes en sourires, la colère en création, c’est celle de l’amour. L’amour quand on ne lui met aucune barrière, condition, précaution. Lui aussi fait des vagues, des vagues puissantes et douces, qui inondent le cœur, nettoient l’âme et tout se met à briller ! C’est tellement bon, on oublie à quel point c’est bon. Et gratuit ! Aimer ! Rien ne peut nous empêcher d’aimer, ni confinement, ni distanciation sanitaire, ni crise économique, lois liberticides, rien ni personne ne peut nous interdire d’aimer et de nous aimer nous-mêmes aussi. Pas plus que de danser d’ailleurs ou chanter, jouer, rire ! Il ne s’agit pas de faire n’importe quoi et d’emmerder les autres, mais de rester suffisamment souples pour inventer toujours de nouvelles formes d’expression de cette vie qui bat en nous son rythme vivace. Et si les circonstances s’acharnent à souffler sur les flammes, ne jamais oublier que notre flamme intérieure à chacune, à chacun, possède son propre point d'allumage spontané. Alors résister, oui, mais pas comme des bestiaux acculés qui encornent les murs, mais juste comme une évidence – en vie danse ! – parce que nous sommes des êtres fondamentalement libres, potentiellement capables d’aimer avec une force qui pulvérise toute peur, toute sclérose ; la force de l’eau que rien n’arrête, et qui même retenue par de monumentaux barrages, fomente en secret son évasion par le ciel.

Alors, que l’an 2021 nous guérisse de toutes nos peurs, de tous nos maux et protège la Terre de toutes nos sinistres folies, et soyons souples, forts et porteurs de vie, partout où nous sommes, partout où nous passons, comme une eau aimante !

 

CGC

 

 

 

 

 

 

24/09/2020

Georges Cathalo a lu "Printemps captif", délit buissonnier n°4

COUV small.jpgIl y aura, c’est certain, dans les mois à venir, toute une profusion d’écrits sur la crise sanitaire. Il semble urgent de chercher des résiliences pour faire face aux turpitudes de l’époque, comme lire « quelques poèmes de Nuno Judice ». On peut aussi lire les poèmes de Lionel Mazari, poèmes qui slaloment entre les écueils du temps présent. Quelques jongleries verbales arrivent comme des respirations entre des bouffées d’ultra-réalisme. Mazari n’hésite pas à affirmer : toute ma sagesse est viatique / et la folie me désaltère. C’est sûrement ainsi qu’il va falloir aborder les temps à venir en se ménageant des espaces où assis sur un banc dans le noir , on découvre ce qui se passe comme « ces ombres calmes aux fenêtres » avec ces  brancardiers venus sauver de pauvres gens blessés par la réalité . Pour finir, signalons la belle illustration de couverture de Morgane Plumelle où deux oiseaux en liberté semblent défier notre printemps captif.

 

 

note à lire en ligne ici :

https://www.dechargelarevue.com/No10-Passer-de-friches-en...

 

en savoir plus sur ce livre :

http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/archive/2020/...

 

 

 

 

 

23/09/2020

Revue Nouveaux Délits numéro 67

 

 

COUV.jpg

Octobre 2020

 

Ensauvagement, en voilà un terme galvaudé encore, quand il sert à définir une spirale ultra-médiatisée de violence. Pourquoi ne pas dire simplement enviolencement ? Si la société s’ensauvageait littéralement, on verrait le béton disparaître sous la verdure. On devrait plutôt parler au contraire de dénaturation, d’artificialisation, d’abrutissement, de dégénérescence… Et souvent même, on devrait se taire ! Il y a en effet tant et trop à dire, et le bruit ambiant est déjà tellement fort, tellement cacophonique, que je préfère m’ensauvager justement et me taire, ou siffloter, ou miauler ou braire ou turlutter… Turlutter oui, comme les alouettes ! Chanter comme les baleines, feuler, grincer, barrir, ricaner comme les hyènes, sûr que ce n’est pas l’envie de mordre qui manque parfois… Mugir, hennir, rugir, glapir, tout plutôt qu’user des mots en dégradant et souillant leur sens. Aussi me voilà affamée de poésie, de celle qui justement ensauvage le langage, le croque et le recrache baigné de sucs, illuminé de l’intérieur par des processus qui échappent à toute explication, tout contrôle, tout dogme, toute rationalisation. Même la noirceur n’est qu’un des innombrables aspects de la lumière quand on passe sa langue par le trou de la poésie, la noirceur n’a rien à voir avec la cruauté. La cruauté n’est pas sauvage, n’est pas l’apanage des bêtes, ni même des brutes, c’est un désir vicié, une froide volonté de faire souffrir, d’humilier, de détruire l’autre. C’est de la cruellisation dont on devrait s’inquiéter, de celle qui s’attaque aux enfants, aux animaux, aux femmes, aux plus fragiles, et qui n’a rien à voir avec la violence de celui qui se défend comme il peut et souvent très mal et à tort d’une autre violence, moins visible, mais toute aussi agressive dans ses effets.

Et si une des clés pour rééquilibrer, soigner et pacifier nos sociétés était un ré-ensauvagement justement de la Terre ? Renouer, hommes, femmes et toutes nuances intermédiaires, avec la puissance femelle qui sacralise, protège et nourrit ? Sacraliser, du latin sancio : « rendre inviolable ».

CG

 

Sommaire et plus ici :

http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/

 

 

14/09/2020

Avis de parution : Preuves incertaines de Jean-Louis Millet

 

001.jpg

 

avec 15 illustrations originales de l’auteur

 

 

"Titubant dans l'escalier liquide
des rails luisants du tram T3,
un bel ivrogne nommé Désir
voyage aux portes de la nuit.
Oiseau nocturne à bec de bois
il brûle de la grande soif amère
et mord la pluie,
une pluie lasse de pleuvoir.
Sa solitude hirsute transpire
en mille éclats de visages fatigués
dans le miroir de l’incognito."

 

txt02b2.jpg

Édité et imprimé par l’Association Nouveaux Délits

Sur papier calcaire 100 g

Couverture 250 g

 100 % recyclé

Dépôt légal : septembre 2020

 

12 € + 2,50 € de port

 

à commander à l'Association Nouveaux Délits

http://associationeditionsnouveauxdelits.hautetfort.com/

 

 

 

 

 

 

01/07/2020

Regina José Galindo

Cent poèmes

 

Pour chaque champ que tu brûleras

nous sèmerons cent graines

 

Pour chaque fœtus que tu tueras

nous accoucherons cent fois

 

Pour chaque femme que tu violeras

nous aurons cent orgasmes

 

Pour chaque homme que tu tortureras

nous embrasserons cent joies

 

Pour chaque crime que tu nieras

nous tisserons cent vérités

 

Pour chaque arme que tu brandiras

nous ferons cent dessins

 

Pour chaque balle perdue

cent poèmes

 

Pour chaque balle trouvée

mille chansons.

 

in Revue Nouveaux Délits n°58 - octobre 2017

 

 

 

26/06/2020

Délit buissonnier n° 4 : Printemps captif de Lionel Mazari, sort le 1er juillet !

 

 

Me voilà ravie de présenter

le quatrième Délit buissonnier de la revue Nouveaux Délits !

 

 

COUV.jpg

 

 

 

alors...
plutôt que d'écouter couiner les ambitieux,
que la crise épidéconomique,
— hélas vécue comme une épreuve
par nous, véritables mortels —
stimule et extasie,
j'ai ce jour d'huis préféré
profiter de l'arrêt cardiaque du monde
et de la suspension de son souffle,
pour lire, bercé anesthésié
par cette nouvelle musique de danse macabre,
quelques poèmes de Nuno Judice ;
puis tout en sirotant un citron chaud
édulcoré au miel de sapin,
ce jour d'huis préféré,
tandis que tournoyaient dans le ciel gris doux
dépourvu d'effets dramatiques
quelques corbeaux émoustillés,
voir merles et pies, brindilles au bec,
préparer leur nid,
sans se soucier de notre mort,
parmi des explosions de pâquerettes
et l'éclosion de trois tulipes.

 

 

Morgane Plumelle_1.jpg

*

 

Poèmes de Lionel Mazari

écrits sous confinement

entre le 17 Mars et le 19 avril 2020

 

Illustrations en couverture : Morgane Plumelle

 

*

 

tirage numéroté

40 pages agrafées

imprimées sur papier calcaire 100 g

couverture calcaire 250 g

100 % recyclé

 

 

Morgane Plumelle_2.jpg

 

Dépôt légal : juillet 2020   -   ISSN : 2556-0026

 

 

10 €

+2 € de port

 

à commander à :

Association Nouveaux Délits

nouveauxdelits@orange.fr

 

 

 

11/06/2020

Revue Nouveaux Délits n°66 - Nicolas Kurtovitch

 

Des extraits du poème fleuve inédit "Les invisibles,"de Nicolas Kurtovitch, publié en intégralité dans ce numéro d'avril 2020. Lus par moi-même.

 

 

 

Revue Nouveaux Délits n°66 - Mix ô ma prose

 

 

Quelques-uns des aphorismes de Mix ô ma prose - alias Olivier Boyron - publiés dans de numéro d'avril 2020. Lus par moi-même.

 

 

 

09/06/2020

Revue Nouveaux Délits n°66 - Jean-Louis Millet

 

Mais ça c'était avant qu'Simone..., un des deux textes de Jean-Louis Millet tirés de Preuves incertaines (à paraître aux éd. Nouveaux Délits) publiés dans ce numéro d'avril 2020. Lu par Cathy Garcia Canalès.

 

 

 

07/06/2020

Revue Nouveaux Délits n°66 - Christophe Salus

 

 

"Pollution", un des poèmes de Christophe Salus publiés dans ce numéro d'avril 2020. Lu par moi-même.

 

 

 

 

25/05/2020

Georges Cathalo à propos de Nouveaux Délits n°66

Georges Cathalo parle du n°66 sur le site de la revue Décharge, merci à lui !

 

"À lire chaque nouvelle livraison de Nouveaux Délits, on se demande toujours comment Cathy Garcia s’y prend pour trouver des auteurs originaux et peu lus qui changent du ronron de bien des revues. Fidèle au découpage habituel de sa publication, elle fait se succéder des univers poétiques très différents au fil d’une dizaine de pages afin que le lecteur se fasse une idée précise de chaque auteur. Placé sous un édito de choc intitulé « Le miroir du virus », ces pages d’une brûlante actualité se gravent dans la mémoire. Sinon, que des découvertes, à commencer par Christophe Salus, poète autodidacte marginal dont le parcours rappelle fortement celui du sublime Thierry Metz. On rencontre ensuite Philippe Labaune avec de longs poèmes élégiaques. Les proses poétiques de Jean-Louis Millet permettent de belles rencontres comme celles de Nicolas Kutovitch dans une déambulation édifiante. L’invitation à cette entreprise de décontamination mentale se place sous le sceau de l’humour puisque le bulletin d’abonnement en fin d’ouvrage se livre « masqué et ganté comme il se doit »…"

 

https://www.dechargelarevue.com/No6-Reves-cairns-et-noirs...

 

 

 

 

14/02/2020

Revue Nouveaux Délits n°65 - Key Mignot

 

Trois des poèmes de Key Mignot publiés dans ce numéro de janvier 2020, lus par moi-même.

 

 

 

12/02/2020

Revue Nouveaux Délits n°65 - Cindy Lajournade

 

Résilience, un des poèmes de Cindy Lajournade publiés dans ce numéro de janvier 2020, lu par moi-même.