Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2020

Winslow Homer - An Afternoon Fog

Winslow Homer An Afternoon Fog.jpg

 

Voyages à l'intérieur du voyage,

aussi précieux que la lumière du matin,

ce baume qui dissipe les brumes

et nous tire hors du sommeil.

 

cg in Calepins voyageurs

 

 

 

 

28/02/2020

Paulo Nozolino - The black dog runs at night

PAULI NOZOLINO-BONE-LONELY_02.jpg

Moments précieux où la peur est démystifiée, réduite à rien. Pour un temps au moins, car elle finit toujours par revenir, sous un autre déguisement, au moment et au lieu où on ne l'attendait pas.

cg in Calepins voyageurs et après ?

 

 

 

 

18/02/2020

Joichi Hoshi - Blue Tree, 1972

Joichi Hoshi, Blue Tree, 1972_n.jpg

 

J’entends rire les arbres et pleurer aussi.

Et tout leur travail d’arbre.

 

cg in Calepins voyageurs et après ?

 

 

 

 

15/02/2020

Sammy Slabbinck

Sammy Slabbinck .jpg

 

La musique frappe à mes oreilles, m’entraîne à bord d’un souffle qui galope, qui galope sur les naseaux de la nuit. Devant nous la route, interminable. Le bus comme un film surréaliste et moi, mosaïque éclatée.

cg in Calepins voyageurs

 

 

28/12/2019

Justyna Kopania

justyna Kopania--26.jpg

 

Je voudrais suivre la route tracée par la lune pleine sur la peau de la mer,

là où les sirènes nacrées se prennent dans des filets de pure lumière.

 

cg in Calepins voyageurs et après ?

 

 

 

 

28/11/2019

Maurice Sapiro

Maurice Sapiro 0 (2).jpg

 

Heureusement, il existe des livres qui sauvent, qui réchauffent l'âme. Voyages à l'intérieur du voyage, aussi précieux que la lumière du matin, ce baume qui dissipe les brumes et nous tire hors du sommeil.

 

cg, in Calepins voyageurs et après ?

 

 

 

 

 

20/11/2019

Adene

Adenecartoon_n.jpg

 

Pluie, vent, mauvais frissons. Violence et suffisance se partagent les troupeaux mécanisés en mutation vers le pire. Ces villes démesurées où l'individu est englouti dans la masse et le béton, sont de véritables bombes ! Le jour où elles exploseront, ce sera un véritable carnage. Pour l'instant, elles sont livrées à l'usure, le poison ronge de l'intérieur...

 

Créteil, juin 1997

cg in Calepins voyageurs et après ?

 

 

 

 

 

26/10/2019

Abel George Warshawsky

ABEL GEORGE WARSHAWSKY .jpg

 

Je n'oublie pas la mer qui m'a vu naître.

 

cg in Calepins voyageurs et après ?

 

 

 

 

04/08/2019

Ron Hicks - Kisses and coffee - 2014

Ron Hicks kisses_and_coffee_1_30x40_12-2014+.jpg

 

L'amour est l'amant des joies comme des peines.

Sous ses multiples visages, il n'est que pure lumière, ardente.

Innocente ?

 

cg in Calepins voyageurs et après ?

 

 

 

03/08/2019

André Derain - La Danse, 1906

André Derain La Danse, 1906.jpg

 

Une flûte insolente marque le début d'une danse. La nuit grouillante de cauchemars est refoulée à l’angle de l’oubli. Les fleurs ont remplacé la boue, c'est la naissance de l'amour !

cg in Calepins voyageurs et après ?

 

 

 

15/06/2019

Abel George Warshawsky - Collioure

ABEL GEORGE WARSHAWSKY Collioure .jpg

 

A Collioure le Can Plan n’est plus bon plan

Partis les Tahitiens et leur gay folie

Le lieu est sobre au goût de bouilli

 

 

cg, février 2008

in Calepins voyageurs et après ?

 

 

 

 

 

 

24/05/2019

l'oeil & la plume... calepins voyageurs et après ? fragment juillet 1998

JLMI.jpg

 

texte cathy garcia                                                                     ill. jlmi 2014

 

Des larmes se déchirent sur l'archet d'un violon discordant mais voici que du brouillard, montent des accords de fête. Vieux trombone et percussions tanguent sur les pas d'un accordéon. Cortège fragile, si vite dissipé par les accords graves et lourds du piano. Des lumières flottent dans le néant, c'est la noria des atomes. Des créatures de boue et de nuit se redressent, dégoulinantes. Lentement les unes après les autres, elles se lèvent et commencent à marcher. 

L’aube originelle se fraye un chemin au travers les ténèbres contractées, elle en émerge enfin, écorchée, écarlate. La pluie se mêle à la lumière. Noces sanguines pour baigner la nouvelle-née. Une flûte insolente marque le début d'une danse. La nuit grouillante de cauchemars est refoulée à l’angle de l’oubli. Les fleurs ont remplacé la boue, c'est la naissance de l'amour ! Une guitare romantique glisse des lueurs de bonheur dans les regards tout juste éclos. Les doigts se frôlent en tremblant, tout à la joie de l'éveil. Les hanches se balancent au rythme d'une houle langoureuse qui monte à la gorge pour jaillir, champagne, en rires empourprés. Instant magique, unions des cœurs sous les eaux caressantes d'une seule et même chanson, celle du temps qui nous reste à vivre, berçant nos tendres illusions et portant sur nos lèvres l’étrange sourire de ces enfants, qui disparaissent avant même d'avoir vécu. Le vertige des années qui glissent sur une partition ponctuée de silences. Le vieux musicien sait que sa musique tient à un fil. Au fil ténu d'une respiration, le premier chant du monde, mais les vieux musiciens au fond des bars sont fatigués. Leur regard fiévreux brille. Au fond des verres gisent des larmes d'alcool. Tout se trouble. Il est tard et la musique s'estompe. 

 

 

 

Merci à "Au Hasard des connivences"

http://auhasarddeconnivences.eklablog.com/l-oeil-la-plume...

 

 

 

 

 

 

 

15/02/2019

Lee Kai Cong

Lee Kai Cong.jpg

J’ai vu les buffles couleur parchemin et les paysans avec leurs grands chapeaux de paille, qui lentement à travers les siècles s’acharnent à pousser la charrue. Juste de quoi assurer la subsistance d’une famille mais jamais plus et trop souvent pas assez.

 

cg in Calepins voyageurs et après ?

 

 

09/05/2018

Daniel Marenco - Favela Rocinha - Rio de Janeiro - 2015

Daniel MARENCO favela Rocinha Rio de J 2015.jpg

 

La vie est à ce point tordue qu’on va jusqu’à donner aux bidons-villes un nom de fleur sauvage. La favela est une fleur qui poussait sur les mornes… Y fleurit-elle encore entre les entassements d’ordures, de tôles et les coulées de boue ? Favela da Rocinha, Morro da Babilônia... Multitude d'enfants aux corps têtus et fragiles. Leurs peaux crasseuses gorgées de soleil. Leur regard fier et farouche, brûlant de hardiesse, de curiosité. Ces enfants me fascinent et la violence de leur enfer encore une fois me révolte.

cg, janvier 1999

in Calepins voyageurs et après ?

 

 

25/02/2018

Kibong Rhee

Kibong Rhee-02.jpg

 

Des fantasmagories d’arbres solitaires émergent des champs recouverts de brume légère.

 

cg in Calepins voyageurs et après ?