Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2018

Gilbert Garcin - L'interdiction - 2000

Gilbert Garcin L'interdiction 2000.jpeg

 

Toute ma vie d’errante me remonte, me déborde, me déchire de part en part. Je n’ai jamais trouvé le bout du tunnel. La joie ne peut venir de l’extérieur et ce travail sur moi-même que j’effectue depuis si longtemps déjà est harassant. Incompréhensible. Mais je m’interdis la plainte car je sais que je ne peux qu’avancer, quitte à tourner en rond, dans cette profonde solitude qui est la mienne depuis toujours.

 

cg in Journal 2010

 

 

26/03/2018

Patricia Oblack - Prelude to solution

Patricia Oblack Prelude to solution.jpg

Chercher l’équilibre, mais pour cela je n’ai pas d’autre solution

que d’être en continuel mouvement.

 

cg in Journal 2002

 

 

06/03/2018

Maxfield Parrish - The Reservoir at Villa Falconieri, Frascati - 1903

Maxfield Parrish The Reservoir at Villa Falconieri, Frascati, 1903_n.jpg

J’explore entre deux avenues de soleil, des catacombes étrangement familières. Je suis au dessus de la ligne de flottaison. Faire confiance. On ne risque jamais rien de plus que sa vie. Naître, c’est risquer sa vie.

cg in Journal 2005

 

 

 

 

05/02/2018

Philomena Famulok

Philomena Famulok.jpg

 

Je ne suis pas toujours sourire, toujours douceur, je peux aussi être extrêmement sombre, me sentir très seule, très sauvage et très vénéneuse.

in Journal 1996

 

 

 

31/12/2017

Jacques Truphémus - Fenêtre en Cévennes - 2003

Jacques Truphémus. Fenêtre en Cévennes, 2003.jpg

Il me faut toujours des portes, des fenêtres, des issues, n’importe quoi pour avoir de l’air, du soleil.

 

cg in Journal 1995

 

 

 

 

 

 

30/09/2017

J’ai fait un rêve… Journal 1992

 

Tout va bien merci ! Je n’agresse personne. Je fais ce que l’homme fait depuis les débuts de l’humanité et fera encore et encore : tenter d’élargir sa perception, d’ôter ses œillères. Œillères qui nous sont collées d’office à la naissance dans notre société moderne occidentale soi-disant évoluée. C’est pourtant malgré les apparences, une société fondamentalement régressive en ce qui concerne l’épanouissement de l’humain. Nous entrons à la naissance dans une machine totalement automatisée qui s’appelle éducation mais qui est en fait une uniformisation, un dressage qui vise à faire de nous vingt à vingt-cinq ans plus tard des produits conformes et rentables. Afin d’éviter les débordements ou un excès de réflexion, les médias se chargent de nous faire croire à la liberté et au paradis sur terre, qui est celui de la consommation. Les employés du marketing se creusent la tête pour trouver toujours plus, toujours mieux, toujours nouveau, toujours plus aveuglant. Nous aimons ce qui brille.

Ainsi à quatorze ans, je le savais déjà mais je n’avais pas les mots pour l’exprimer. De le savoir ne m’a pas empêché de me faire avaler comme les autres et moi-même j’ai avalé tout et n’importe quoi. C’est dégueulasse !

Il faut écouter les cris de toutes ces jeunesses qui passent, se lassent ou se cassent. Il faut écouter ceux qui revenus de tout ont cherché pourtant des espaces encore purs. Il faut écouter ce que l’on ne nous dit pas, ce qui est caché entre les lignes et derrière. Nous ne sommes pas des produits manufacturés, nous sommes des êtres humains. Nous sommes vivants ! Pour combien de temps ? Qui en a encore conscience ?

Le jour où les masques tomberont, où cesserons d’être appliquées des lois qui n’ont plus de sens… Le jour où la justice ne sera plus une utopie, où l’Homme ne se glorifiera plus de son ignorance, le jour où l’amour fera enfin la loi…

J’ai fait un rêve…

 

23 décembre 1992, j'avais 22 ans

 

 

 

18/09/2017

Sabine Weiss - Marchand de balais - 1961

Sabine Weiss - Marchand de balais, 1961.png

Mon esprit se sent parfois à l'étroit et là j'ai besoin d'un bon coup de rock'n'roll, comme un coup de balai dans la cage à neurones !

cg in Journal 1997

 

 

27/08/2017

Andries Botha - Elephants you can buy my heart and my soul

Andries Botha Elephants you can buy my heart and my soul.jpg

J’ai rêvé de plantation de plantes à fleurs dont les pétales avaient l’odeur de la mandarine. Puis j’ai vu, comme si j’étais en hauteur, des éléphants, des tigres, des gazelles au bord de la mer. Hallucinant ! Et puis l’Afrique était déplacée vers l’Ouest et à la place de l’Egypte, il y a avait la Tanzanie.

 

cg in Journal 1993

 

 

 

23/08/2017

Pierre Amédée Marcel-Béronneau - Orphée dans I'Hadés.

Pierre Amédée Marcel-Béronneau, Orpheus in Hades, Orphée dans I'Hadés..jpg

 

Responsable, seule responsable de mon existence. Aussi fascinant que terrifiant.

Je veux garder la tête froide, ne pas laisser mes émotions me manipuler et je dois prendre garde à cette tendance à la fuite qui est mienne. Il est temps d’être grande, de tenter la vraie, la seule aventure : aller au-devant de mes rêves, fussent-ils en enfer ! Au moins, il y fera chaud !

cg in Journal 1999

 

 

17/08/2017

Aspartamee - Celestial

Aspartamee Celestial.png

 

Depuis hier soir, je lis un bouquin sur la vie et l’œuvre de Charles Duits et l’exploration du peyotl dans la littérature. J’y retrouve le bouddhisme, Gurdjieff, Michaux et les tourments de l’écriture.

J’y retrouve certains des questionnements et torsions de mon esprit occidental.

Si j’étais une visionnaire, en quoi cela répondrait-il à mon trop plein de questions ?

La réponse est là, toute proche. Suffit de tendre le bras, d’ouvrir les yeux, oui mais lesquels ?

in Journal 1999

 

 

 

 

 

05/08/2017

A.R. Penck - 1982

A.R. Penck, Dis 1982.._n.jpg

Juste envie de danser. Je ne me résoudrai pas à être civilisée !

Je laisse mûrir en moi l’intuition, tout s’aiguise mais reste intact.

 

cg in Journal 1995

 

 

 

 

 

01/08/2017

Nikita Veprikov

Nikita Veprikov .jpg

 

Tout se résume à la souffrance. Dieu est amnésique, Dieu égaré dans ses milliards de reflets ne se souvient plus de lui-même mais une étincelle en chacun de nous se souvient de ses origines. Celle antérieure à la séparation, à la temporalité, à la mort car nous y sommes, c’est maintenant que nous vivons notre mort.

Nous mourrons depuis le premier jour de notre conception, c’est inscrit dans nos cellules.

 

cg in Journal 1999

 

 

27/06/2017

Joseph T. Keiley - Spring, 1909

Joseph T. Keiley Spring, 1909.jpg

La vie est beauté, l’amour désordre, la mort souvenir d’enfance.

 

cg in Journal 1988-91

 

 

 

 

12/06/2017

Tiffinie Greer

tiffinie greer80.jpg

J’aime la vie, la vraie, celle qui brûle, qui ressemble peut-être à la mort… Extrême… Je m’en fous des faux-semblants, des fausses paroles, faux serments. Tout est faux alors autant jouer.

cg in Journal 1990

 

 

 

 

22/05/2017

Ota Janeček

ota janeček krajina-plná-zárodků-života.jpg

Ma vie est ma voie et ma quête est solitaire. Je puise à toutes les corbeilles, j’apprends et me désespère mais mon seul maître c’est la vie. Longue et ardue cette voie mais tant mieux. Il ne s’agit pas d’arriver quelque part. Facile en théorie mais extrêmement difficile à intégrer au quotidien. Alors nous faisons des efforts, des efforts que nous croyons justes jusqu’à ce qu’une marée furieuse détruise nos belles constructions de justice. Alors par colère ou par sagesse, on renonce à l’effort. Ne reste que la vie. La vie point. Il n’y a rien à espérer, rien à regretter, rien à changer, simplement célébrer !

cg in Journal 1999