Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2013

Laura Burlton

Laura Burlton.jpg

 

Poésie, langue noire  et chatoyante de la gitanerie. Fragilité, espièglerie, obsession de la mort, qu’en est-il du dosage andalou dans mon sang ? « Tu es seul et seul tu vivras », le bel héritage. Si vrai pourtant. Tener ángel ou tener duende ? La grâce céleste ou le noir pouvoir, caché au fond de nos entrailles ? Celui qui brûle les sangs, comme l’écrivait Llorca. L’ange descend sur nous, le duende remonte à la gorge, en connivence avec la mort intruse.

 

cg in A la loupe tout est rituel

 

 

 

 

 

Commentaires

fort texte

Écrit par : jl | 24/11/2013

Les commentaires sont fermés.