Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2014

Gabriel Lalonde - Nocturne Chopin

Gabriel lalonde Nocturne Chopin.JPG

 

 

Light in Babylon - Geut

 

 

 

 

Guy Goffette

 

Mais la mémoire n’est qu’une feuille d’automne qui murmure un instant dans le vent et puis se tait.

 

in Epilepsie force douze

 

 

Man Ray - Ady Fidelin et Nusch Eluard - 1937

Man Ray 1937 Ady Fidelin et Nusch Eluard.jpg

 

 

Patricia Cottron-Daubigné

 

Vous cousez sur ma peau

Des mots

Rauques et blêmes

Ça fait des entailles partout

Je les lèche

  

 in Lettres bohémiennes

 

 

Nannetti Oreste Fernando

fernando nanetti_z.jpg

 

fernando nanetti Senzatitolo2.jpg

 

fernando oreste nannetti mur-700.jpg

(c)Pier Nello Manoni, Volterra

 

fernando oreste annett 02.jpg

 

Nannetti Oreste Fernando - N.O.F.4 (1927-1994)
Inscriptions gravées (1959-1961/1968-1973)
Façade de l’hôpital psychiatrique de Volterra (Italie)

 

Fernando Oreste Nannetti est né à Rome, en Italie, de père inconnu. Après avoir suivi l’école primaire, le jeune garçon est accueilli dans une institution de charité, avant d’être placé, à l’âge de dix ans, dans un établissement psychiatrique pour mineurs. Suite à une maladie touchant la colonne vertébrale, il est transféré dans un hôpital où il est soigné durant deux ans. Plus tard, il semble qu’il ait travaillé comme électricien. En 1956, Nannetti est arrêté pour outrage à agent de la fonction publique, puis interné la même année à l’hôpital psychiatrique Santa Maria della Pièta, à Rome. Il est alors diagnostiqué, à l’âge de vingt-neuf ans, schizophrène. Deux ans plus tard, en 1958, il est transféré dans l’hôpital psychiatrique de Volterra, en Toscane. Alors qu’il est très loquace et parle jour et nuit durant sa période d’internement à Rome, à Volterra, il est taciturne et solitaire, et n’a de contact avec personne, sauf avec Aldo Trafeli, un infirmier. Nannetti s’exprime en revanche sur les murs extérieurs de l’établissement – Le pavillon Ferri – qu’il emploie comme support à ses écrits. En 1973, il est accueilli à l’Institut Bianchi, toujours à Volterra, puis quelques années plus tard, dans une autre structure hospitalière de la ville où il réside jusqu’à son décès.

Fernando Oreste Nannetti est l’auteur d’une œuvre scripturale gravée sur les façades de l’hôpital psychiatrique de Volterra, en Italie, où il est interné. Il se dit en relation avec des ondes électriques et magnétiques et rapporte, au fil des jours, les nouvelles qu’il reçoit par télépathie.
Ses textes, dont la graphie rappelle l’écriture étrusque, révèlent un monde stupéfiant, entre rêve et réalité, science et imaginaire. Fruit d’un travail s’étendant sur neuf ans, de 1959 à 1961, puis de 1968 à 1973, cette création monumentale mesure soixante-dix mètres de long et se déploie sur plusieurs murs de la cour intérieure de l’établissement.
Lors de la promenade quotidienne autorisée aux patients, Nannetti grave des écrits dans la pierre, à l’aide de la boucle métallique de son gilet, pièce de l’uniforme que revêt chaque patient. L’auteur commence toujours par tracer un grand rectangle sur les façades, comme une page vide de son « livre de pierre », avant d’y inscrire des extraits de journal intime, des énoncés biographiques, des inscriptions faisant allusion à la guerre et des évocations de lieux et de personnages imaginaires.

 

Source du texte : http://www.artbrut.ch/fr/21004/1018-2/auteurs/nannetti--f...

 

 

 

 

Kahil Gibran

 

Défaite, ma défaite, ma compagne audacieuse, Tu entendras mon chant, mes cris et mes silences, Et nul, à part toi, ne me parleras du battement d'ailes, Et de l'agitation des mers Et des montagnes qui brûlent dans la nuit. Et toi, seule, grimperas les chemins escarpés et rocheux de mon âme.

 

Défaite, ma défaite, mon courage immortel, Toi et moi rirons ensemble avec la tempête. Et ensemble nous creuserons des tombes pour tout ce qui meurt en nous. Et nous nous tiendrons face au soleil avec obstination Et nous serons dangereux.

 

 in Le fou

 

 

 

Light in Babylon - The Women of Teheran

 

 

Laurent Fadanni

 

et aucune peur

 aucun désir

 être simplement là

 recevoir

 donner

 participer du tout et du rien

 être harmonie et chaos

 plénitude et néant

 

 

 

Henri Matisse - La joie de vivre - 1906

henri matisse - le bonheur-de-vivre.jpg

 

 

Light in Babylon - Hinech Yafa

 

 

 

 

 

Kahil Gibran

 

Défaite, ma défaite, mon épée brillante et mon bouclier,
Dans tes yeux j'ai lu
Que celui qui cherche le trône se rend lui-même esclave,
Et celui qui veut être compris se ravale
Et pour scruter le fond d'un être il nous faut atteindre sa plénitude
Et tel un fruit mûr tomber et être consommé.

 

in Le Fou

 

 

Victor Simon - Bouddha - 1974

Victor Simon _Bouddha_2_(1974).jpg

 

Victor Simon (1903-1976), peintre-médium, guérisseur

 http://victorsimon.nexgate.ch/index.html

 

 

 

 

30/07/2014

Light in Babylon - Baderech El Hayam

 

 

Hilma af Klintt

Hilma af Klintt.jpg

 

Hilma af Klint16f.jpg

 

hilma_af_klint_the swan 1915.jpg

 

Hilma af Klintt8.jpg

 

Hilma af Klint, The Mohammedan Standpoint.jpg

 

Hilma af Klint (1862-1944) est une artiste suédoise, anthroposophe et pionnière dans l'art abstrait (1906 !). Elle aurait aussi travaillé sous influence d'un esprit nommé Amaliel, et compte donc parmi les artistes qualifiés de médium ou spirites.

 

Pour en savoir plus : http://fr.wikipedia.org/wiki/Hilma_af_Klint