Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/12/2015

José Galdo

quand au fond des choses il n'y a plus de fond, mais simplement rien

derrière l'ombre, la nuit et la douleur

& être le survivant d'une lumière qui n'est plus de ce monde

qui marche dans le vent meurt dans la tempête

écrasé dehors anéanti dedans et recroquevillement dans la valve de cet écroulement & disparaître dans le miroir noir de l'éclipse de ce monde

& le risible lèche sa plaie

chaque signe n'est qu'une fente d'encre entrée dans le néant de la conscience afin de la maintenir béante comme un trou

& un dernier moignon de conscience va céder

in  Notes et Fragments

 

Les commentaires sont fermés.