Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2016

Georges Bataille

 

Je bois dans ta déchirure

Et j'étale tes jambes nues

Je les ouvre comme un livre

Où je lis ce qui me tue.

 

in L'archangélique

 

 

 

 

Écrire un commentaire