Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2017

Atelier collage libre, groupe mixte du CP au CM2

collage Matthias et Soan.jpg

M. et S.

 

 

 

collage Ezéchiel et Sarah.jpg

E. et S.

 

 

collage Kenzo.jpg

K.

 

 

collage Emilien.jpg

E.

 

 

collage nayeli.jpg

N.

 

 

collage yannick.jpg

Y.

 

 

collage Matthias.JPG

M.

 

et en cadeau un joli dessin de L.

 

dessin cado de Lilou.jpg

 

 

 

Léon Cobra - GéNéRIQUE ...

 

 

... JUSTE avant la REVOLUTION

 

 

LéonCobra

 

J'étais assis, seul, sur un banc public dans un parc désert.

 

Je n'attendais personne et personne ne m'attendait.

Les chômeurs chômaient, les dealers dealaient, les travailleurs travaillaient, les profiteurs profitaient, les violeurs violaient, les pollueurs polluaient, les rêveurs rêvaient, les cuisiniers cuisinaient, les buveurs buvaient, les penseurs pensaient, les assassins assassinaient, les plongeurs plongeaient … c'était juste avant la Révolution.

J'avais le regard vide .Mes yeux larmoyaient. Mes membres tremblaient.

Je venais juste de me faire opérer d'un cancer. J'étais meurtri, fatigué, usé, déprimé, recousu, appareillé, timoré, angoissé, brisé, anémié, prostré, désœuvré, léthargique.

La Sécu m'avait accordé un bonus : cinq ans à 100 % !

Je comptais les minutes. Je biffais les jours sur le calendrier.

J'avais mis des lunettes noires … c'était juste avant la Révolution.

 

Le petit chaperon rouge avait peur du loup, le président Donald du président Kim, l'OM du PSG.

L'intérimaire tremblait devant le contremaitre qui tremblait devant le DRH qui tremblait devant le PDG qui tremblait devant les actionnaires.

Il ne pleuvait jamais. La terre était sèche. Les bêtes mouraient de soif. Les paysans abandonnaient leur campagne et rejoignaient les bidonvilles autour du périphérique … c'était juste avant la Révolution.

Les hommes buvaient, se droguaient, forniquaient. Les femmes buvaient, se droguaient, forniquaient . Les adolescents buvaient, se droguaient, forniquaient. Il y avait des pédophiles à la sortie des écoles, des racistes sur les listes électorales, des salons de massage à la place des librairies , des céréales OGM en promotion, des armes en vente libre, des vêtements qui prenaient feu sous les projecteurs des salles de spectacle, des gladiateurs qui se battaient dans les arènes pour un ticket restaurant ; toutes les chaines
de télévision diffusaient la même image à la même heure avec le même commentaire...c'était juste avant la Révolution.

 

Je me suis levé lourdement. Le crépuscule tombait.

Mes mains étaient glacées. C'était le début de l'hiver.

Je remontais la rue contournant les ados en skate qui fonçaient dans le brouillard, les mémés en patinettes qui revenaient de la salle de sport.

J'évitais les merdes de chien qui parsemaient le trottoir.

Je comptais les mégots qui jonchaient les pas de porte .

Je n'ai salué personne et personne ne m'a dit un petit bonsoir.

Les passants se précipitaient vers le métro le plus proche , un smartphone à la main, un casque sur les oreilles.

La nuit électrique envahissait ruelles et boulevards... c'était juste avant la Révolution.

 

Léon Cobra

( 9/11/2017 )

 

118053646.jpg

 

http://leoncobra.canalblog.com/

 

 

14:30 Publié dans RESONNANCE | Lien permanent | Commentaires (2)

Alexo Xenidis - Heure grise

 

Laisser aussi, grande ouverte, la porte
Pour la Voix du soir, celle des dos courbés, de la poussière
Poisseuse sur la peau, qui se racle la gorge,...
Et cherche longuement ses idées dans les lointains
S’accoude au bar, découvre les solitudes assises
Parle de la vie humble, la vie à petits bruits
De pas traînés à terre, et la journée pesante
Sur les reins les épaules, les cris bleus des métros
Le soupir des portières pneumatiques où se dégonfle
Un poumon mécanique avant l’arrachement du quai
L’odeur d’encre, les masques de papier journal,
Le piétinement des foules lentes vers les abris
Puis tandis que s’allument les fenêtres jaunes
Et que la Ville croit être un champ d’étoiles
Se taire
La Voix du soir s’éraille à te chercher
Engloutie dans le ventre d’un monstre bétonné
Dont tu têtes les sucs pour t’enivrer

 

 

16/11/2017

Denis Sarazhin

Denis Sarazhin 7.jpg

 

Alors, on se colle entre deux chaises au soleil. Les oreilles d’abord. On écoute. Les oiseaux, les bruissements, les craquements, le carillon. On regarde les dernières tomates, un cactus qui fleurit, les kakis bons à manger, le ginkgo tout d’or vêtu, les fleurs oranges et les rouges du géranium. On regarde le chaton qui explore les pots, les recoins, les récipients à cailloux.

Le corps est comme battu, douloureux, engourdi. Le soleil est bon, le soleil est baume.

 

cg in A la loupe

 

 

 

 

15/11/2017

Elihu Vedder - Leaning Trees near Viareggio

Elihu Vedder - Leaning Trees near Viareggio .jpeg

 

 

Croquettes de riz au four

 

048.JPG

(photo prise avant cuisson)

 

Un reste de riz thaï demi-complet (trop) cuit, quelques tomates fraîches (les dernières qui mûrissent dedans), un demi poivron "chocolat", un oignon rouge, une bonne tasse de flocons d'azukis, deux œufs,  du comté râpé, un mélange d'herbes aromatiques récoltées et séchées à la fin de l'été (sauge, romarin, sarriette, thym, origan), cumin en poudre, une pincée de gros sel, huile d'olive, chapelure maison.

 

Mélanger tous les ingrédients, tomates et petits morceaux, poivron et oignon émincés, en mélangeant au fur et à mesure, les œufs et le fromage en dernier, bien mélanger encore. Former des croquettes entre deux cuillères à soupe et les déposer dans un plat huilé allant au four. Saupoudrer de chapelure maison (pour cela je conserve toutes les miettes de - bon - pain, bio donc, récupérées sur la planche à pain dans des bocaux au sec). Cuire 15 à 20mn jusqu'à ce qu'elles soient bien dorées.

 

 

 

Carol Leslie

carol leslie ef88.jpg

 

 

Chloé Landriot

 

J’avance encore à tes côtés

En tenant par la main

Cette chance imparfaite et boiteuse

Cette chance.

 

in Vingt-sept degrés d’amour (le Citron gare éd. 2017)

 

 

 

Anne-Lise - Tissage#7

Tissage#7-ok.jpg

 

cliquez sur la photo pour lire

 

 

 

 

 

 

Philip Trager - Eiko and Koma I - 1993

Philip Trager Eiko and Koma I - 1993.jpg

 

 

14/11/2017

Sarah Roubato - Lettre à Zola mais pas que...

 

 

 

 

 

 

12:23 Publié dans RESONNANCE | Lien permanent | Commentaires (0)

Gary B.B. Coleman - The Sky is Crying

 

 

 

 

 

13/11/2017

Saul Leiter

saul leiter_n.jpg

 

 

Cathy Garcia - Salines - Accessoiristes d'un soir aux méninges troublées

 

extrait de "Salines"
de Cathy Garcia Canalès

illustrations de Katy Sannier
autoédité à tire d'ailes en 2007

 

publié en 2010 aux ex-éditions de l'Atlantique sous le
titre "Eskhatiaï", qui réunissait deux recueils :
"Salines" et "Mystica perdita"

 


lu par l'auteur
novembre 2017


*

 

 

Auteur inconnu - Torun - Pologne

Torun Poland.jpg