Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2021

Lawrence Ferlinghetti

La poésie est le cri que l’on pousserait en s’éveillant dans une forêt obscure au milieu du chemin de notre vie. 

La poésie est le soleil qui ruisselle à travers les mailles du matin. 

La poésie, ce sont des nuits blanches et des bouches de désir. 

La poésie est l’argot des anges et des démons. 

La poésie est un canapé où s’entassent des chanteurs aveugles qui ont posé leurs cannes blanches. 

La poésie est le dérèglement des sens qui produit du sens. 

La poésie est la voix de la quatrième personne du singulier. 

La poésie ce sont toutes les choses nées avec des ailes et qui chantent. 

La poésie est une voix dissidente qui s’insurge contre le gaspillage des mots et la surabondance insensée de l’imprimé. 

La poésie est ce qui existe entre les lignes. 

La poésie est faite des syllabes des rêves. 

La poésie, ce sont des cris lointains, très lointains, sur une plage au soleil couchant. 

La poésie est un phare qui fait tourner son mégaphone au-dessus de la mer. 

Un poème peut être fait d’ingrédients ménagers courants. Il tient sur une seule page et peut cependant remplir un monde et se loger dans la poche d’un cœur. 

La poésie, ce sont des pensées sur l’oreiller après l’amour. 

La poésie est un chanteur des rues qui sauve les chats de gouttière de l’amour. 

La poésie est le dialogue des statues. 

La poésie est le bruit de l’été sous la pluie et la clameur de gens qui rient derrière des volets clos dans une rue étroite. 

La poésie est une grande maison résonnant de toutes les voix qui ont jamais dit quelque chose de fou ou de merveilleux. 

La poésie est la voix à l’intérieur de la voix de la tortue. 

La poésie est un livre de lumière la nuit. 

La poésie n’est pas que l’héroïne, les chevaux et Rimbaud. Elle est aussi le murmure des éléphants et les prières impuissantes des passagers aériens qui attachent leur ceinture pour la descente finale. 

Tel un bol de roses, un poème n’a pas à être expliqué.

 

 

texte paru dans le supplément « La poésie est partout » de Courrier International ( 18-24 novembre 2004 ; paru initialement dans le San Francisco Chronicle), « Quelques définitions de la poésie à l’usage du XXIe siècle »

 

merci à Jlmi !

 

Écrire un commentaire