Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2021

Grisélidis Real - De Profundis



I

Au fond
Tout au fond du souvenir
Pourrit ta carcasse
Amour déchiqueté
Par les chiens de l'ombre
On ne triche pas
Avec le désespoir
Il ronge le cœur
Plus lentement
Qu'un cancer
Tout au fond de l'enfer
De solitude
Nue
Sous le fer des regards


II

Je me jette à la nuit
Comme on jette un cadavre
Au fond d'un puits
Défigurée
Par tant de cris
Qu'on ne me reconnaîtra plus
Ma chair sera ombre
Parmi les pierres
La terre une caresse
Immense
Sur mon sexe ouvert
Aux lèvres de la nuit


III

Tant de morsures
M'ont torturée
Tant de bouches
Ont craché sur moi
Je ne sais plus
Qui je suis
Moi
Ou vous
Bêtes affamées
Repues
Vautrées
Je suis nue
Sans peau et sans os
Enveloppée de vos désirs
Accrochés à mon corps
Vous buvez tout mon sang
Jusqu'à l'aube


IV

Homme de mon amour
Toi qui m'a transpercée
De tes paroles
Acérées
Et violée de tes yeux de silex
Toi aussi un jour
Tu seras dépecé
Par le vautour de l'ombre
Ta gorge sera trouée
Ta poitrine écrasée
Chacune de tes viscères
Te sera arrachée
Ta dernière heure
S'abattra sur ta bouche
T'étouffant de ses plumes
La MORT
Ce vieil oiseau de proie
Fondra sur toi
Pour se repaître de ton souffle
Et crever tes yeux verts


V

J'ai tant aimé ton corps
Qu'il sera comme un fleuve
Bruissant dans mes artères
J'ai tant aimé la source
Envoûtée de caresses
Brûlée de mes baisers
Faisant jaillir l'eau vive
De ton sexe
Dans ma bouche amoureuse
Que je n'aurai plus soif
D'un autre océan
Que ton sang
Et faim d'une autre chair
Que la tienne
Je ne serai consumée
Par d'autre feu que tes mains
Qui m'ont laissée en cendre
Dans le désert
Des nuits inhabitées

 

 

 

Les commentaires sont fermés.