Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/07/2022

Art Hansen

Art Hansen.jpg

 

Solitude. Ne pas me rendre compte du manque de solitude.

 

Véritable repos et précieux rendez-vous avec soi. Pourtant, c’est un temps où je n’ai pas le temps, tant et tant de choses à faire. Tant de domaines à explorer, à dépouiller du trop, à remettre en harmonie. Se faire un emploi du temps ? Y a-t-il une agence pour l’emploi du temps ? Le temps se donne à qui veut bien le prendre.

 

Découper le temps en fraction, tenter d’y trouver un équilibre, une efficacité et peut-être aussi une musique. Marcher. Il manque ce temps de la marche, du rythme des pas. Ce temps en marche, nomade. Je n’aurai pas assez d’une vie, alors pour gagner du temps, allons droit à l’essentiel. Une drôle de droite, bien sinueuse…

 

En ce moment, l’instant est difficile à saisir, l’instant n’a pas le temps de l’éternité et pourtant il le faudrait pour que tout prenne sens. Prendre le temps, prendre sens, prendre l’air. La simultanéité n’est pas de l’ordre du temps. Il faut pour la saisir quitter le temps et pénétrer cette transréalité où l’arbre est simultanément graine, tige, tronc, feuilles, fleurs, fruits.

 

Ne sachant basculer d’une réalité à une autre, je peux passer d’un temps à un autre. Passer du temps de l’homme au temps de l’arbre, au temps de la fleur, de la pierre, du papillon de nuit. Tous les temps sont à ma portée quand le temps devient un état d’esprit.

 

in Calepins paisibles d'une pâtresse de poules

 

 

 

 

Écrire un commentaire