Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2016

Anneke Balvert

Anneke Balvert_n.jpg

 

Je passe d’une humeur à l’autre avec une rapidité déconcertante. Je regarde mes plantes, le linge qui sèche, les ombres sur le gravier. Un beau papillon noir et blanc avec des taches orangées s’est posé sur une branche du prunier. Un autre plus petit, tout blanc, divague dans les airs. Les pigeons grommellent. Quelques fleurs, fraîchement écloses, se détachent sur la jungle verte du petit jardin. Des tomates cerises y ont fait leur apparition comme l’an dernier et l’an dernier me ramène à cette amertume, cette ombre qui me colle et m’ôte le goût de tout.

 

cg in Journal 1999

 

 

Les commentaires sont fermés.