Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2016

Jasenko Dordevic

jasenko dordevic.png

 

 

RÉSURGENCE 

 

Je suis la Truie dit-elle

et la Lionne.

Mon jardin fut des plus fertiles,

ma fontaine des plus sacrées.

Je contiens tous les âges,

le temps devant moi

docilement s’inclinait.

 

Ils sont venus

en mon ventre

arracher le soleil.

Ils m’ont liée à la lune,

jetée à la nuit

mais jamais lumière

ne fut plus blanche

qu’entre mes cuisses

 

Toi le frère, le fils, le père

et l’Ancien qui a trahi,

tu te dresses en conquérant

sur des ruines et des cendres.

Tu invoques l’amour

glaive à la main,

des fusils des roquettes,

innombrables phallus

de destruction.

 

Tu n’as jamais été pourtant

aussi impuissant,

homme émasculé du sens,

depuis que les déesses de l’amour

tu as maudites.

 

Innana, Ishtar, Astarté

Brûlés le fruit le jardin

Symboles de ta perdition

 

Tu as réduit les mères nourricières

au rang de putains de l’agro-industrie,

tu leur a mis le joug

de tes folies mécanistes.

 

Cérès Déméter pleurent sans fin,

quelle que soit la saison,

Perséphone ne quitte plus les enfers.

La vulve de Gaïa est sèche,

ses seins sont crevés,

ses veines lourdes et souillées.

 

La vérité n’est plus voilée,

elle est violée sans répit

mais tu as beau pilonner homme

je reste l’Inviolable

et la Vierge éternelle

 

« car je suis la première et la dernière.

Je suis l’honorée et la méprisée.

Je suis la prostituée et la sainte.

(…)

Ayez du respect pour moi.

Je suis la scandaleuse et la Magnifique. » *

 

 cg in Salines, 2007

  

 

* transcrit de papyrus gnostiques traduits en copte au IIIe ou Ive siècle,

découvert vers 1945 à Nag’ Hammâdi, en Haute-Egypte

 

 

 

 

Écrire un commentaire