Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2016

Pablo Neruda

 

  

Immensité des pins, rumeur brisée des vagues,
contre le crépuscule et ses vieilles hélices
crépuscule tombant sur tes yeux de poupée,
coquillage terrestre, en toi la terre chante!

En toi chantent les fleuves et sur eux fuit mon âme
comme tu le désires et vers où tu le veux.
Trace-moi le chemin sur ton arc d’espérance
que je lâche en délire une volée de flèches.

Je vois autour de moi ta ceinture de brume,
mes heures poursuivies traquées par ton silence,
c’est en toi, en tes bras de pierre transparente
que mes baisers se sont ancrés, au nid de mon désir humide.

Ah! ta voix de mystère que teinte et plie l’amour
au soir retentissant et qui tombe en mourant!
Ainsi à l’heure sombre ai-je vu dans les champs
se plier les épis sous la bouche du vent.

 

 

Commentaires

Superbe texte qui perd de sa force traité en prose...

Immensité des pins, rumeur brisée des vagues,
contre le crépuscule et ses vieilles hélices
crépuscule tombant sur tes yeux de poupée,
...
Ça donne mieux comme ça. Enfin je trouve !

Écrit par : jl | 16/11/2016

Répondre à ce commentaire

oh merci, justement je m'étais posé la question ! si tu as la bonne version, je pourrais corriger ça

Écrit par : Cathy | 16/11/2016

Écrire un commentaire