Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2017

Alexo Xenidis - Heure grise

 

Laisser aussi, grande ouverte, la porte
Pour la Voix du soir, celle des dos courbés, de la poussière
Poisseuse sur la peau, qui se racle la gorge,...
Et cherche longuement ses idées dans les lointains
S’accoude au bar, découvre les solitudes assises
Parle de la vie humble, la vie à petits bruits
De pas traînés à terre, et la journée pesante
Sur les reins les épaules, les cris bleus des métros
Le soupir des portières pneumatiques où se dégonfle
Un poumon mécanique avant l’arrachement du quai
L’odeur d’encre, les masques de papier journal,
Le piétinement des foules lentes vers les abris
Puis tandis que s’allument les fenêtres jaunes
Et que la Ville croit être un champ d’étoiles
Se taire
La Voix du soir s’éraille à te chercher
Engloutie dans le ventre d’un monstre bétonné
Dont tu têtes les sucs pour t’enivrer

 

 

Écrire un commentaire