Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2017

Lionel Mazari

 

Je fais miroir à qui me voit ; et c’est pourquoi

une main aveugle, à tâtons, m’a relégué

dans ce grenier, où, tel un souvenir perdu,

je bois contre la paroi le sucre de la pluie

 

in Dehors s’enlise dans nos plaies

 

 

 

Écrire un commentaire