Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/11/2017

Luis Mizón

 

Viens comme l’eau la plus profonde
viens quand nul ne le sait
de ton sang d’ombre
lave les épines de lumière
qui me traversent
et le trop d’étincelles
qui me blesse les yeux

 

 
 

Écrire un commentaire