Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2018

Federico Mastrogiovanni

Mais on ne peut plus ignorer les inégalités sociales, terribles au Mexique. La pauvreté du pays a été délibérément aggravée, la richesse se concentre entre les mains de quelques-uns et il y a des millions de pauvres. En même temps, on renforce l’armée et la police, parce qu’on sait que la réaction populaire peut éclater à tout moment. (…) Les personnes non seulement sont marginalisées, mais elles sont jetables.

 

in Ni vivants, ni morts – La disparition forcée au Mexique comme stratégie de terreur

 

 

 

11:35 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.