Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2018

La simplicité joyeuse et volontaire (suite)

 

La simplicité ce n'est pas seulement faire des choses mais c'est aussi et surtout ÊTRE. Faire autant que possible des choix qui nous permettent d’être plutôt que de paraître et/ou d'avoir (deux redoutables diktats), donc que ce soit sur le plan pratique et matériel ou moral, toujours se poser la question de l'utilité, du sens de ce qu'on l'on fait, de ce que l'on achète, de ce que l'on possède, de ce que l'on pense, de ce que l'on dit. L'utilité d'une façon très vaste et le sens et l'impact des choix que nous faisons, comment nous utilisons nôtre temps et quelle place nous laissons dans notre vie pour l'essentiel. Ce qui veut dire déterminer déjà qu'est-ce qui est réellement essentiel pour nous et là nous trouverons ce qui est essentiel communément à la plupart des êtres humains et puis ce qui nous est essentiel à nous tout personnellement et particulièrement, et pour déterminer cela il faut se connaître, au-delà de ce que nous avons appris, au-delà de ce que nous pensons devoir être ou faire, au-delà de ce que nous pensons devoir prouver et au-delà des attentes que nous pensons être les nôtres ou celles des autres qui nous entourent et de la société elle-même. Pour se connaître en profondeur, il faudrait en quelque sorte d'abord se dévêtir de tout costume, masque, parure, rôle et désapprendre tout ce qu'on croit savoir. La simplicité joyeuse et volontaire s'applique tout aussi bien dans notre quotidien de façon pratique qu'à l'intérieur de nous-mêmes, c'est très important pour justement commencer à faire des choix de plus en plus cohérents et que l'ensemble de notre vie tende vers un réel épanouissement, prenne sens, quel que soit le contexte, les conditions extérieures. C'est une forme de philosophie et c'est même spirituel, ou disons plutôt holistique, le terme "spirituel" pouvant rebuter certains(e)s. Il y a comme une résonance qui se créé entre ce que nous faisons, comment nous vivons et ce que nous sommes en profondeur, une adéquation et alors une paix intérieure s'installe, cela prend du temps mais ce qui est certain, c'est que plus on avance sur cette voie et plus les choses se mettent en place d'elles-mêmes, se simplifient dans le bon sens du terme. Nos existences sont moins polluées tout comme notre corps et notre mental, c'est une forme de lâcher-prise avec une conscience qui s'affûte toujours plus et il est difficile, voire impossible de retourner en arrière, mais il faut faire attention à ce que cela soit une ouverture et non pas une fermeture, que la discipline qui se met en place ne devienne pas un dogme. C'est pourquoi j'insiste sur le terme "joyeuse", ça ne veut pas dire qu'on doit être béat en permanence mais je parle d'une sorte d'état intérieur qui nous relie peu à peu à la source d'une joie inconditionnelle, inconditionnelle c'est important, une sorte d'évidence qui nous met en paix avec nous-mêmes mais aussi avec les autres qui cheminent aussi, chacun à son rythme. Il y a une histoire amérindienne qui parle de maïs, différentes sortes de maïs, certaines poussent très vite, d'autres très lentement, mais toutes sans exception parviennent à maturité, c'est ça qui est important, c'est que toutes et tous, quel que soit le temps que ça prend, nous mûrissons et ceux qui vont plus vite peuvent aider et encourager ceux pour qui il faut plus de temps. Chacun(e) doit faire de toutes façons ses propres expériences et à son rythme.

cathy garcia, le 29 janvier 2018

 

 

 

 

11:57 Publié dans MESSAGES | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire