Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2018

Lionel Mazari

 

Nous rentrerons trop tard ;
la mer sera fermée.
Nous sécherons peut-être 
et mêlerons notre poussière 
au sable des sirènes 
surprises par la nuit.

Des pas d'oiseaux écorcheront 
la fine peau de ciel 
qui nous protège des saisons. 

 

in L'impossible séjour

 

 

 

22:06 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire