Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2019

Guénane - DUENDE

Philomena Famulok Holes ©.jpg

Philomena Famulok Holes ©

 

 

Un bourg blanc andalou  enroulé sur sa colline  replié sur son intimité

sous un abri de bus  un fil de femme 

elle a perdu sa chair  son âge  son nord

en elle s’entrechoquent les cailloux de la misère

de sa voix s’échappent des flots de caillasse

elle veut nous écorcher

elle ne sait plus se taire

 

«... N’attendez  pas que je mendie

n’attendez pas que j’implore

ni Dieu ni Allah ni personne

je refuse de m’agenouiller

je suis née pour chanter pas pour supplier… »

 

De cette râpe  brusque  un chant monte

gestes innés   de sa maigre jupe noire

s’envolent d’invisibles volants rouges

elle se cambre  relève une traîne mystérieuse

son talon carré vire  cogne le carrelage

elle ramène un châle insaisissable

le feu de son âme s’anime

 

« Tant pis si mes mots vous dérangent

je n’ai pas appris à sourire

je n’ai que ma voix sur terre

tant pis si je meurs dans l’heure

jusqu’au bout je chanterai

tant que je chante je respire

critiquez ma manière de vivre

toutes mes manières

ma manière à moi c’est chanter

et mon chant hurlera tant que me restera une goutte de sang... »

 

Droite devant moi elle s’arrête  sonde mon regard noyé

les derniers graviers de sa voix déboulent

« Plus je suis près de toi et moins tu me vois ! »

 

Derrière elle le mur crache « Turismo es Miseria »

 

Federico García Lorca n’aurait pas renié l’instant

ce duende moribond s’évadant encore

pour me river à mon banc

 

Flamenco fusion  que tes paumes éclatent !

Inconnue de la rue plantée dans cette page

chante  danse tes nœuds  élève-toi  émerveille-moi

que monte et s’impose l’instant de grâce !

Le duende sort de ta voix sort de ton corps

 

Ressentir

laisser voler le duende

l’intraduisible a trop à dire

il hurle  gémit  son frisson pique

Flamenco

entrer dans une âme n’entre pas dans les mots.

 

  

                                                                 Guénane

 

 

                                      pour toi MC García Canalès

                                      toi qui hurleras  toi qui rêveras

                                      tant que te restera une goutte de sang.

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Emotion vive à l'état brut

Écrit par : jl | 07/11/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire