Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2021

Jonas Feige - de la série Night on the Sun - 2016

Jonas Fig - de  Night on the Sun, c. 2016.jpg

 

 

D’être comme déjà morte, lui a ouvert une voie spirituelle et le feu caché est si ardent, la source si vive que le plus tenace ennui n’a pas raison d’elle, que le vide loin de l’anéantir la concentre en un noyau toujours plus vif et incorruptible. Ou presque.  Et dans ce presque se cache la fêlure. Dangereuse fêlure.

 

Alors elle creuse un tunnel sous les tombes qui mène au vaste ciel, à la mer tiède du ventre, à la bouche de sève qui fait pousser les arbres, au souffle d’où naissent toutes les musiques. Le ciel aura beau s’obscurcir, le froid pourra l’étreindre, silence et désespoir n’auront pas raison d’elle. Elle crache du sang dans les noirs chaudrons, met le feu aux bûchers de glace, joue du marteau sur les bornes de verre.

 

Elle trouvera toujours la faille par où passe la lumière.

 

Faille, fêlure, ce n’est pas la même chose.

 

 

in Le baume, le pire et la quintessence

 

 

Commentaires

Quel texte !!!

Écrit par : jl | 04/05/2021

Les commentaires sont fermés.