Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2021

Atelier collage & écriture du 24 juin 2021

 

Odile.jpg

O.

 

Les sourires et les larmes côtoient les masques. 

Est-ce cela être vivant ?  

Traverser telle une marionnette le théâtre d’ombres et de lumières et mordre dans un monde sans queue, ni tête ?

 

L.

 

*

 

Dans la tête, un monde vivant à croquer. Théâtre psychédélique, envers et endroit, visages et masques, esprits libres et corps marionnettes. Lotus et cavalcade dans la tête, un océan dans un bocal, des crocs prédateurs. Silhouettes et mots tempêtes, grands sages et grands fous. Jongler vivement avec des mots bâtisseurs, des mots voyageurs, des mots doux comme des tétons qui pointent. Dans la tête, une chaise et d'innombrables fenêtres. Des écritures tatouées tracent des lignes de fuite pour échapper à ce qui voudrait nous arraisonner, nous avaler, nous pétrifier. Dans la tête, tout un monde à mordre goulûment avant de le dissoudre.

 

C.

 

*

 

 

Le monde est fou.

Ronde des sorcières, pantins et arlequins.

Prisonnière de châteaux imaginaires, je brode des marionnettes qu’engloutissent et dévorent les crocodiles.

J’ai perdu la tête à mordre la vie. 

J’ai chevauché à travers les steppes et les mémoires, survolé les mers sur le dos des grands oiseaux.

La voix des masques est la plus forte.

S’entêtent les mots-poignards pour mater l’illusion et rester vivante.

 

O.

 

 

collage Liliane_20210628_0002.jpg

L.

 

 

Je veux croire aux possibles sur ta drôle de planète.

Frotte ton animalité à ma peau, serre-moi, trinquons à l’envie, à en faire crier les étoiles ! Mélangeons nos sucs !

Je rêvais de voyages, d’immensités pâles. Regarde ces étendues moussues, ces lacs, ces rivières, toute cette eau que je sens couler dans nos veines.

Oasis improbable. Havre de fraîcheur.

Les ombres nomades ne sont plus ; la tendresse a jailli d’un fourré où murmurent les écureuils.

Embrasse-moi ! 

 

O.

 

*

 

Dans le trouble de l’eau, surgissent des mémoires très anciennes, imprégnées du suc d’une animalité pleine de tendresse. Voyage intra-imaginaire vers la source originelle. Planète douceur et nectar chlorophylle, l’envie d’être en vie. Au fil du courant, l’amour se faufile, ombre et lumière, anamnèse des espèces. Se retrouver inlassablement depuis l’aube première jusqu’à l’ultime baiser des météorites dans le doux berceau de l’incréé.

 

C.

 

*

 

J’ai juste envie d’être là avec toi et de partager encore une fois nos mondes au creux des reins. Envie de retrouver notre planète d’eau et de sucs malgré les cratères. Et blottis dans notre écrin vert, de rire toujours des visites impromptues et malicieuses.

Mais tu n’es pas là et je voyage seule. Le manque de tendresse réveille mon animalité et mon désir brûle comme un mirage.

 

L.

 

 

001.jpg

C.

 

 

Du livre magique surgit la lumière. Tu as pu encore une fois disparaître dans les fleurs du sofa. 

L’échappée chaude comme l’or d’un baiser te fait voyager si loin que ton cœur flambeau chevauche des nébuleuses.

 

L.

 

*

 

Tu m’as déposée là, dans ta lumière.

Un seul baiser et j’ai pris goût à la douceur. 

Touchée en plein cœur, je m’enfonce dans le sofa, au mépris du désir d’échappées.

Je survis au milieu des cactus.

Prison d’or et d’argent d’un Barbe-Bleue d’un printemps. 

Où sont les clefs ?...

Séduisant papillon, aide-moi !

Joue-moi la petite cantate oubliée qui respirait la liberté et, sûr, je m’envole avec toi ! 

 

O.

 

*

 

Ardence d’un baiser, son or, sa douceur, son piquant. Le cœur cavale, flamboie, le cœur s’ouvre et s’enflamme et ô joli papillon, ô fragile fleur sur sa tige penchée. Idéogramme des sens, marque de l’Éros qui cherche la trouée. Forgé comme une épée mystique, le cœur pourtant lassé des épines, se laisse jouer la partition des frissons. Évadé d’un sofa gorgé de fleurs, il chevauche la ligne de crête, cherche à bondir hors des cycles du déjà vécu. L’horizon pèse trop lourd sans la verticalité, sa part vive d’inconnu.

 

C.

 

*

 

Commentaires

Une bien belle série d'images et des textes parfois surprenants. Bravo à toutes & tous !!!

Écrit par : jl | 30/06/2021

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire