Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2021

In memoriam... Werner Lambersy lu par lui-même, Cathy Garcia & Jean-Louis Millet

 Werner 85x780.jpgLe poème
 est un rapport inconnu
 à la vérité
 
 la mort aussi
 
 le poème n'est pas la mort
 mais il passe
 par là
 
 la mort
 comme le poème
 passe par là où l'on ne peut
 qu'être seul
 
 la mort est poétique
 en ce qu'elle est sans retour
 
 le poème
est la mort de la mort
 
 
Werner Lambersy, un poète de passion, généreux, génial et immensément profond vient de nous quitter, j'avais publié quelques-unes de ses songeries inédites dans le n°22 de ma petite revue en 2007 et avec beaucoup d'émotion aussi des extraits de "La toilette du mort", dans le n°31. Il avait aussi écrit une présentation pour la quatrième de couv. de mon recueil "Mystica perdita", très modestement comme il a toujours su faire.
 
Werner Lambersy est né le 16 novembre 1941 à Anvers (Belgique), d’un milieu néerlandophone, a choisi d’écrire en français. Il a parcouru les États-Unis, le Canada, les Indes, la Chine et s'est fixé à Paris en 1982 où il est chargé de la promotion des Lettres au Centre Wallonie-Bruxelles. Son succès ne lui a jamais fait perdre sa liberté de parole, sa sensibilité libertaire et résolument anti-fasciste. Un combat qui touche directement son histoire personnelle, en témoigne le très long poème LA TOILETTE DU MORT paru d'abord dans la revue flamande Septentrion n°XXXIII/2004. Traduit dans de nombreuses langues, notamment en japonais, son univers poétique touche un public de plus en plus large et cosmopolite. Bien qu'il soit issu d'un milieu néerlandophone, il a choisi d’écrire en français : acte de résistance et d'antifascisme, dit-il, dont l'emblème inconscient guide toute son écriture. Il est l’auteur depuis 1967, d’une centaine au moins de recueils traduits partout à travers le monde. Fils de Juliette Rosillon, issue d’une famille aisée de la diaspora juive et d’Adolf Lambersy, intellectuel et homme de lettres autodidacte, partisan convaincu des idées du parti extrémiste flamingant VNV, engagé volontairement dans la SS en 1942. Un père et un fils aux idées totalement opposées, sans aucune possibilité de rapprochement. Le fils renié, ignorera jusqu’au lieu de la sépulture du père mort en 2002. C’est parce que j’avais été profondément touchée par la lecture de "La Toilette du mort" (Ed. L'Age d'Homme, 2006) qui évoque puissamment ce terrible fardeau héréditaire que j’ai eu envie d'en proposer un extrait dans le n°31 de ma revue avec l'accord de l'auteur. Je vous encourage à lire ce recueil dans son intégralité, y figure aussi un autre texte, à propos d’un autre homme de lettres, Ezra Pound, poète américain émigré en Italie en 1924, égaré lui aussi dans les théories fascistes et mussoliniennes, mais qui reconnaitra publiquement sa terrible erreur.
 
Et si vous n'avez jamais lu Werner Lambersy, c'est le moment, l'homme est parti poursuivre sa route d'âme mais sa poésie est éternelle parce qu'intemporelle. Vous trouverez de nombreuses citations et références à son œuvre sur ce blog et ici : http://wernerlambersy.eklablog.com/

 

Werner est aussi le très proche ami d'un très très proche ami et complice de création, Jean-Louis Millet, qui tenait pour lui le blog mentionné ci-dessus et c'est donc l'hommage de Jean-Louis pour son ami que je souhaite partager ici (et suis très honorée d'en être, le texte de Werner que je lis dans la vidéo, "La déclaration", est une perle d'amour dédiée à sa compagne et épouse que j'ai eu le plaisir de publier aussi plus récemment dans la revue).
 
Mes pensées vont à elle et à tout leurs proches.

 

merci à Recours au poème

 

 

 

Commentaires

Très bel hommage à ce grand ami

Écrit par : jl | 22/10/2021

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire