Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2022

Atelier Collage & écriture du 28 avril 2022

Un oubli, l'atelier du 28 avril dernier n'avait pas été mis en ligne et ça aurait été dommage de ne pas le faire ! Voyez plutôt !

 

 

Collage avril 2022 josiane.jpg

viande_trompette_parole

 

 

Bariolé comme la vie rêvée, rouge comme mon sang, mon corps de viande écartelé. Tu joues trop fort de la trompette, j'ai beau mettre les mains sur les oreilles, je t'entends. Tu prends, imposes ta force, piétines les lendemains. Regarde-moi, ne serait-ce qu’une fois ! J'ai mal à l'âme, mon ventre éclaté crie en silence. Je l’écris, tu n'auras plus la parole.

 

O.

 

 

 

Paroles, paroles, les mots d’amour se trompettent à tue-tête mais sur le marché des rencontres, il est surtout question de viande. Tu me manges, je te mange, ils se mangent, nous nous mangeons, orifices et dévoration. Nous avons beau y mettre de la couleur, tout se baudruche, se silicone dernier cri et les corps sans âme restent sur leur faim. Tout devient factice, pleins feux sur les artifices, l’amour est mort tranché en deux comme un porc. La beauté se retire comme une fleur se fane et s’endort, seule.

 

C.

 

 
Le corps parle, il doute, il tressaille et s’impose. Alanguie elle cherche la paix, la douceur, la vie. Pourtant un cri de trompette s’impose, sonne clair, malheureusement il n’y a pas de paroles,
l’animal malgré tout se défend, mais il ne reste que du rouge sanguinolent, dans une lumière d’été.
J.
 
 
 

collage du 28 avril 2022 odile.jpg

 

fort_élancé_oracle

 

 

Le corbeau annonce l’arrivée de la fureur, et l’ange purificateur doute de la vie. Pourtant les signes de la main élancés vers le ciel, annoncent une deuxième chance, l’oracle le confirme. Les animaux restent forts, ils pourraient rester seuls sur cette terre … mais ce ne sera pas. 
J.
 
 
 
 

« Imagine all the people », chantait fort Lennon à Tintin terrifié par l’oracle du Grand Kangourou.  

Imagine rien du tout, siffle le merle, c’est le jardin ou le tombeau, un point c’est tout. Toutes ces prières, ces chansonnettes, ces mains tendues vers le ciel font grincer des dents l’esprit du Grand Foufou ! L’alliance de l’ange et du kangourou est un signe de la fin des temps, vous voilà prévenu », siffle encore le merle avant de s’élancer vers un ciel couleur de terre.

« John, attention, chuchote Tintin, il n’est plus temps d’imaginer, il faut se réveiller et déguerpir au plus vite ! Le jardin ou le tombeau, le jardin ou le tombeau… Réveille-toi John ! ». Et Jean-Michel se réveille : merde, panne de réveil et la tête engluée dans un rêve complètement foufou, merde, merde ! Il va louper son avion pour Sydney !!

C.

 

 

 

Terre sauvage, tu étais mon jardin d’ Eden, les kangourous y dansaient sans vouloir en comprendre la fin. Le monde semblait fort et éternel. Tout fusait vers demain, ma plume élancée et mes rêves d'enfant étoffés d'aventures, de lectures et de chansons. Les vents d’été. L’ oiseau noir est venu se poser, il a rendu l’oracle de La Pythie, le tombeau ouvert. Peu importe la trace et l'avenir que tu portais dans tes entrailles, l'heure n'est plus aux masques ni aux représentations. Le tombeau est dans le jardin.

O.

 

 

 

Catharsis.jpg

 

ange_rubis_catharsis

 

 

 

 

Les visages gris n’ont pas d’yeux, aujourd’hui l’ange ne viendra pas, le résultat de sa catharsis n’est pas à la hauteur de nos attentes. Néanmoins, haut dans le ciel noir étoilé, nous voyons des rubis qui transparaissent, et voici que le grand Ibis est revenu.

J.

 

 

 

 

Un enfant aux multiples visages que les bons et mauvais jours ont façonné, exhorte la cigogne au renouveau. Les enfants sont déposés par ces grands oiseaux, c'est bien connu. Ils ont tous pouvoirs sur la naissance et la fertilité. 

Auprès de l'échassier légendaire, veille le dragon millénaire, gardien de l'équilibre de la terre. Maillon de la catharsis qu’annoncent les dieux et des anges, le Phoenix d’airain invite les divinités à déployer leurs ailes d'or ; éclats de pierres et de rubis. Il faut délivrer l’enfant de ses ombres et l’ouvrir à demain. Le tunnel à franchir s'annonce lumineux. Au-delà, l'homme sans tête usera de ses pouvoirs magiques s’il faut ouvrir d'autres portes. Les cieux, en osmose avec les énergies révélées, accompagnent les voies constellées du cœur.

O.

 

 

 

Voici venue l’heure de la catharsis. Il nous faut émerger de la confusion grise et amère des émotions négatives et renaître tel un phénix à la pleine et puissante conscience d’être. Printemps de l’âme nouvelle-née, rayonnement de l’être, il est temps de chevaucher le dragon vers le cosmos initiatique afin que l’ange antique puisse trancher le mental d’une aile et attiser le rubis du cœur de l’autre. C’est un cap à passer encore pour libérer tous ces trésors enfouis au plus profond de nous.

C.

 

 

 

Écrire un commentaire