Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2013

Hamid Tibouchi

hamid tibouchi .gif

 

Hamid tibouchi 0.gif

 

 

Hamid Tibouchi 2.gif

 

Hamid tibouchi 2zx2.gif

 

hamid tibouchi 3.gif

 

hamid tibouchi traité de navigation0.gif

 

 

Hamid-TIBOUCHI-5311-4.jpg

 

Hamid-TIBOUCHI-5311-1.jpg


 

Merci à la revue Décharge qui présente cet artiste poète (dans le n°158) pour me l'avoir fait découvrir, j'ai beaucoup apprécié ses réponses aux trois questions d'Yves-Jacques Bouin, e m'y suis totalement retrouvée, de même que la présentation du Traité de Navigation, sa série de peinture intitulée ainsi dont les toiles ci-dessus font partie (sauf la dernière, intitulé « Émiettement périphérique Kuba », qui est de 1995). Il y en a en tout une trentaine qui ont été en exposition, en 2009, à la galerie Europia de Paris.  

 

hamid Tibouchi.jpgNé en 1951 en Algérie. Peintre et poète, il vit et travaille en région parisienne depuis 1981. Après des études au lycée de Bougie, puis à l’École Normale Supérieure d’Alger, il est assistant de français en Angleterre, puis professeur d’anglais près d’Alger. En 1983, il est diplômé en Arts plastiques de l’Université Paris VIII. Depuis 1981, date à laquelle il se consacre essentiellement à la peinture et à l'écriture, il expose régulièrement en France et à travers le monde.

03/07/2013

Fernand Khnopff - Le silence de la Neige, 1916

Fernand Khnopff, le silence de la Neige 1916.jpg

 

TOI MORTE

 

Ton corps repose

D’un sommeil pâle

Je t'écoute rêver

 Sous la fraîcheur

De la dalle

Le vent souffle

Sur ma tristesse

Et toi lisse et douce

Tu cherches

La lumière.

 

Cg, 1993

 

Ferdinand Keller

Ferdinand Keller, the pool 1911.jpg

The pool, 1911

 

 

Ferdinand Keller A_Nymph_Drinking_At_A_Spring 1907.jpg

A Nymph Drinking At A Spring, 1907

 

 

ferdinand-keller Nymphe à la source 1905.jpg

Nymphe at the Spring, 1905

 

 

Peintre allemand, né le 5 août 1842 à Carlsruhe et mort le 8 juillet 1922 à Baden-Baden.

Eric Lacombe

Eric Lacombe_n.jpg

 

 

eric lacombe, Acrylic & paper on canvas, 50 x 65 cm.jpg

 

eric lacombe 0.jpg

 

 

eric-lacombe.jpg

 

 

eric lacombe.jpg

 

http://www.ericlacombe.com/home.php

29/06/2013

Maître Akeji

Maître Akeji.png

 

maître akeji-13-zoom.jpg

 

maitre-akeji.jpg

 

maître akeji 4.jpg

 

maitre akeji 63.jpg

 

maître akeji 1.jpg

 

maitre akeji-1-zoom.jpg

 

maître akeji-7-zoom.jpg

 

 

 

maître akeji 66.jpgPeintre calligraphe contemporain dont il est l'un des plus grands représentants actuels, Maître AKEJI est une personnalité riche et complexe. D'une humilité confondante qui ne fait que rehausser son halo de mystère, quittant rarement son ermitage montagnard au nord de Kyoto, il accueille avec bienveillance toute question mais y répond toujours de manière imagée.

Maître AKEJI est né à Kyoto en 1938, dans un lieu où s'élevait un ancien palais impérial. A l'âge de trois ans, il est recueilli par un de ses grands-pères qui vit dans le massif du Kuramayama au nord de l'ancienne capitale. Là, il s'initie aux arts martiaux et apprend à se servir des pinceaux. Plus tard, Maître AKEJI approfondit le bouddhisme et s'adonne à la discipline zen. Accueilli dans des sanctuaires shintô, il se familiarise avec la pharmacopée traditionnelle et étudie les pratiques chamaniques du Japon ancestral.

Mais Maître AKEJI ne se contente pas de la voie japonaise. Il achève son droit à l'université d'Etat de Kyoto et étudie la chimie et les sciences naturellles à l'université de Shimane.Il aspire à une synthèse  entre les disciplines orientales et les sciences occidentales, réconciliant dans un humanisme interculturel le chaman et l'alchimiste.

Dans les années 60, il agit en tant que conseiller auprès du gouvernement japonais. C'est durant cette période de sa vie qu'il fait un premier voyage en Europe, où il reviendra ensuite plusieurs fois à l'occasion de la présentation de ses oeuvres.

Aujourd'hui, il est établi à Himuro, un hameau accroché aux flancs de Kuramayama où vivait déjà son grand-père. Avec son épouse, il mène la vie discrète d'un ermite dans un ancien refuge forestier.

Les moyens de tout calligraphe sont le support  -  le papier mais aussi l'étoffe, le bois, la pierre -  , l'encre et les pinceaux. Maître AKEJI s'insère dans la tradition de la calligraphie telle que la connaît l'Occident. Mais en plus, il a restauré de très anciennes traditions japonaises. A partir de plantes ou de minéraux, il élabore des pigments qu'il utilise pour travailler son support et créer des fluides qui lui servent à tracer ses idéogrammes.

Dans la calligraphie habituelle, le papier est doté par l'artisan qui le fabrique d'un grain et d'une couleur de base. mais en imprégnant de pigments ce support initial, Maître AKEJI lui donne une consistance qui le transforme en matière élémentaire dont on ressent l'origine tellurique. Ainsi, de façon presque brutale, il introduit la nature dans son oeuvre, après en avoir distillé les composantes végétales ou minérales pour en concentrer la force. Selon la saison, il s'en va donc recueillir dans la montagne graines, fleurs, fruits, écorces, racines, dont il extrait des matières tinctoriales par dessication, broyage, distillation ou fermentation, selon des procédés traditionnels ou originaux tenus secrets. Les couleurs mélangent souvent des bruns, des roux, des violets, mais aussi des gris, des bleus, rappelant les champs, les rizières, les rochers, le bois, l'eau et le ciel. Par une sorte de retournement, le vide du support traditionnel devient une sorte de pâte primordiale qui va appeler et conditionner l'idéogramme. Et pour qui examine les supports de Maître AKEJI en transparence - ce que les contraintes de la cimaise ne permettent guère - , apparaissent en une magie kaléidoscopique des couleurs flottantes, aériennes, où l'idéogramme devient un sceau qui s'imprègne de cette texture primitive.

Le travail d'élaboration des supports se fait lentement, en fonction du temps et des saisons. Et Maître AKEJI s'approche peu à peu du résultat auquel il rêve, c'est-à-dire du moment où l'idéogramme se trouvera en correspondance avec les éléments empruntés à la nature et concentrés dans le support. Ce qui lui sert d'encre est souvent une pâte ocre obtenue à partir de coquillages. mais il élabore aussi des fluides rouges, jaunes, dont la consistance contribue au poids de sens du signe calligraphique. Telle une matière en fusion, les idéogrammes éclatent, mais si le spécialiste peut toujours reconnaître le dessin scolaire de l'idéogramme, celui-ci apparaît entièrement retravaillé à ses sources originelles magiques et divinatoires.

Maître AKEJI est particulièrement sensible au caractère éphémère de ce qui appartient à l'instant. Pourtant toute la nature est habitée, parce que tout y est en tension dans le balancement de cycles perpétuellement recommencés. Maître AKEJI retrouve ainsi les correspondances mystérieuses qui relient les choses. Sa conscience spirituelle soutenue par une maîtrise technique innovatrice lui permet de susciter le monde des mono no ke (l'esprit des choses), des mono no uta (le chant des choses) et des mono no aware (l'impermanence des choses). Cette évocation s'accompagne d'un sentiment à la fois mélancolique et rayonnant de compassion à l'égard de toute créature. L'oeuvre d'art est alors emblème d'enracinements entre l'homme et la nature.

 

(source : http://biennaletinchebr.canalblog.com/archives/2012/01/20...)

Aurore de la Morinerie

Aurore de la Morinerie at Papers..jpg

 

Aurore-DE-LA-MORINERIE_chat.jpg

 

aurore de la morinerie.jpg

 

aurore de la morinerie pie-600x450.jpg

 

aurore de la morinerie siwa 8.jpg

 aurore de la morinerie 500.jpg

 

 
Aurore de La Morinerie a commencé sa carrière en tant que designer de mode après avoir obtenu un diplôme d'Arts Appliqués. Elle a ensuite passé deux ans à étudier la calligraphie chinoise qui lui a enseigné la concentration, la force et la rapidité d'exécution et qui allait avoir le plus d'influence formatrice sur son style. Ont suivi des voyages prolongés au Japon mais aussi en Inde, en Chine et en Égypte. Depuis lors, elle a poursuivi une carrière d'artiste de mode, travaillant pour des noms qui payent sans aucun doute plus que très bien, dommage pour l'art mais tant mieux pour elle...
 
 
 

François Réau - Penumbra

François Réau0.jpg

 

françois réau penumbra_n.jpg

 

françois réau 0_n.jpg

http://www.francoisreau.com/

Diane Meunier expose à Jumilhac-le-Grand (Dordogne)

28/06/2013

Lucian Stanculescu - Cephalopoda

lucian stanculescu cephalopoda_by_negativefeedback-d3i8d67.jpg

 

 

GALIMAFRÉE

 

excentricités du ver

pour échapper au compresseur

éclater la trame des jours

conventionnés

 

aiguille toxine camisole

chimique spectre cataleptique

affaissement confirmé

 

des poulpes noirs

collent des ventouses

sur les bouches

étouffent

brûlent

 

des insectes

à carapaces molles

escaladent les vertèbres

mordent la nuque

mastiquent les yeux

 

ordures

insanités

et ça grouille ça rampe

ça s’amuse d’un rien

 

les pendules dépressives

se pendent

mais le temps impassible

nous fait en souriant

 

un gros doigt

de pourceau

 

 

CG

in Ombromanie (Encres Vives 2007)

Franck Cheyne Papé

Frank C. Pape00.jpg

Franck C Papé.jpg

 

Frank Cheyne Papé.jpg

 

Frank C. Papé (1878-1972) est un illustrateur anglais qui a travaillé jusque dans les années 1930 et s’est fait remarquer pour son travail sur de nombreux livres, notamment une série d’Anatole France. Son dessin a des qualités humoristiques assez surprenantes pour l’époque. Il disparait de la circulation quand le marché du livre illustré s’effondre mais par la magie de l’Internet, certains ont découvert qu’il avait travaillé à partir des années 40 pour une petite revue de Chicago.

27/06/2013

Lucian Stanculescu

Lucian Stanculescu darkness_by_NegativeFeedback.jpg

Darkness

 

 

Lucian Stanculescu Another_rainy_day_____by_NegativeFeedback.jpg

Another rainy day

 

 

Lucian Stanculescu Visionary_by_NegativeFeedback.jpg

Visionnary

 

 

 http://negativefeedback.deviantart.com/

 

26/06/2013

Louise Richardson

louise richardson 1uvvo1_500.jpg

 

Louise Richardson 9.jpg

 

 

louise richardson 500.jpg

 

 

louise richardson book binding for schools r1_500.jpg

 

 

louise richardson m.jpg

 

 

louise richardson o1_500.jpg

 

 

louise richardson.jpg

 

 

louise richardson_500.jpg

 

Artiste anglaise, de Norwich.

Liu Yuanshou

Liu Yuanshou 7.jpg

 

Liu Yuanshou 13.jpg

 

Liu Yuanshou 1967. Born in Beijing, China. .jpg

 

liu yuanshou 2.jpg

 

Artiste peintre, né à Beijing, Chine, en 1967.

Liu Yi, peintre chinois des immolés tibétains

Liu Yi, peintre chinois des immolés tibétains

Le peintre Liy Yi, le 21 février 2013 dans son atelier dans les environs de Pékin, devant les portraits de moines tibétains qui se sont immolés             
 

Dans l'atelier de Liu Yi, de nombreux sujets tabous en Chine, des victimes du mouvement de la place Tiananmen aux immolés tibétains, attirent l'oeil parmi d'épaisses peintures à l'huile en noir et blanc.

Liu, 50 ans, fait partie des rares chinois "Hans", l'ethnie ultra-majoritaire dans le pays, à soutenir la cause des Tibétains, provoquant l'arrivée des autorités sur son lieu de création.

Plus de 100 Tibétains se sont immolés par le feu ou ont tenté de le faire depuis 2009, symbole du désespoir de cette minorité face à la domination de Pékin. La crainte est telle de nouvelles immolations qu'à Pékin, les policiers qui surveillent la place Tian Anmen pour la réunion annuelle du Parlement sont équipées d'extincteurs.

La plupart des Hans acceptent le discours officiel, qui affirme oeuvrer pour le développement du Tibet tout en combattant les immolations.

Les Tibétains "demandent simplement la liberté de religion et le respect", affirme Liu, dans son atelier aux murs de briques, installé dans une communauté d'artistes à l'est de Pékin.

"Mon premier objectif est de commémorer leurs actes", explique-t-il. "Et aussi de faire connaître la vérité sur le Tibet à travers ces peintures, parce que, en Chine surtout, personne ne sait ce qui se passe là-bas".

L'artiste Liu Yi, le 21 février 2013 dans son atelier près de Pékin [Ed Jones / AFP]
L'artiste Liu Yi, le 21 février 2013 dans son atelier près de Pékin
 

Liu peint ses portraits à partir de photos fournies par une écrivaine tibétaine, mais il traite ses 40 sujets comme s'il les connaissait personnellement, insistant sur certaines histoires: le premier immolé, le plus jeune, la première femme...

"Celle-ci était mère de quatre enfants, celui-là avait un bébé de un an", détaille-t-il, se faufilant entre les visages sombres aux traits puissants qui, sans recours à la couleur, tracent des expressions paisibles mais des regards intrépides.

Depuis 15 ans, de plus en plus de Chinois Hans se convertissent au bouddhisme tibétain -- comme c'est le cas de Liu -- sans pour autant prendre fait et cause pour leur combat politique, explique Robbie Barnett, expert de la question tibétaine à l'université de Columbia à New-York.

Conversion au bouddhisme tibétain

Certains artistes ont trouvé l'inspiration dans les superbes paysages montagneux du Tibet. Quelques passionnés sont allés à la rencontre du dalaï lama, le chef spirituel tibétain en exil en Inde, qualifié par Pékin de "séparatiste" et accusé d'encourager les immolations.

L'artiste Liu Yi, le 21 février 2013 dans son atelier dans les environs de Pékin [Ed Jones / AFP]
L'artiste Liu Yi, le 21 février 2013 dans son atelier dans les environs de Pékin
 

"C'est très risqué et inhabituel pour un artiste han comme Liu d'entreprendre un tel projet publiquement. A ma connaissance, il n'y a pas de précédent", relève M. Barnett.

La Chine a massivement investi dans les régions tibétaines pour améliorer les conditions de vie mais contrôle étroitement les monastères, bannit les images du dalaï lama et condamne lourdement toute personne déclarée coupable d'encourager une immolation.

Pour les opposants, le développement au Tibet a surtout bénéficié aux Hans, au détriment de la culture et de la religion tibétaines.

Selon les statistiques officielles, le nombre de Hans dans la région autonome du Tibet a augmenté de 56% entre 2000 et 2010, et de 92% la décennie précédente, tandis que celui des Tibétains a progressé de seulement 12% et 15% pour les mêmes périodes.

En incluant les zones tibétaines d'autres provinces chinoises (Sichuan, Qinghai, Gansu et Yunnan), les Tibétains se retrouvent aujourd'hui en minorité sur leurs terres, selon le gouvernement en exil à Dharamsala.

Liu espère éveiller les consciences avec sa dernière série de portraits, même s'il sait qu'il n'a aucune chance d'être exposé en Chine, pas plus que sa série consacrée à des opposants connus, dont les victimes de la répression de la place Tiananmen en 1989 ou ceux qui incarnent pour lui la "conscience de la Chine", tel le prix de Nobel de la paix Liu Xiaobo, emprisonné depuis 2010.

 

Ses portraits d'immolés lui ont valu trois visites en dix jours des autorités, qui ont tenté de confisquer les oeuvres.

"A moins qu'ils ne me mettent en prison, tant que je suis libre, je continuerai à peindre", assure-t-il. "Je n'ai pas peur. Qui suis-je, comparé aux immolés?"

AFP
 
 
 
 

Liu Yi immolés tibétains.jpg

 

Heidi Taillefer

Heidi Taillefer Nkondi 2000.jpg

Nkondi, 2000

 

heidi_taillefer_visionary_painting_monalisa1.jpg

Partly Shroudy, 2001

 

heidi taillefer Detritus-of-Devotion.jpg

Detritus of Devotion, 2012

 

 

http://www.heiditaillefer.com/