Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2018

Anne de Bohême, reine d'Angleterre - tête de l'effigie funèbre

Anne de Bohême, reine d'Angleterre, tête de l'effigie funèbre.png

 

 

 

Christian Zucconi

Christian Zucconi_500.jpg

 

 

Cailhol - Odyssée d'une planète

Cailhol Odyssee-d'une-planete.jpg

Ma lèvre tremble, le ciel est tombé en cataracte de verre.

En granit fracassé à la mer.

 

cg in Fugitive (Cardère, 2014)

 

 

 

 

 

 

 

 

09/01/2018

Carol Nelson - Tucson Vib - 2016

Carol Nelson Tucson Vib 2016.png

 

 

Jean Bédard

 

J’espérais pouvoir raconter dans dix mille ans tout ce que j’avais vu, simplement raconter ce roulement des vagues terrestres qui vont successivement, dans une belle lenteur, se renouveler entre les lèvres flamboyantes du soleil couchant.

Je voulais être cet œil, cette mémoire, le parchemin sur lequel cela se trace d’instant en instant. J’étais une âme en pleine commémoration.

 

in Marguerite de Porète

 

 

Felix Vallotton

Felix Vallotton.png

 

 

Beaux voeux reçus de poètes & artistes

 

 

 

voeux 2018.jpg


***

 

3781644337.jpg

 
Jlmi sur une oeuvre de Huguette Caland    Rossinante Under Cover X 2011
 
 
***
 

voeux_2018_1_72dpi.jpg

Alain Cotten
Zinzoline, revue incertaine d'art et de littérature

 
 
***

voeux 2018.jpg

 

La revue Spered Gouez vous adresse  tous ses meilleurs voeux pour 2018


 

 
***
 

carteBhm1.jpg

 

amistats
 
Bernard Mayaudon
 
***
 
HAPPY NEW 18
 
Plombée par le décalage horaire
L'horloge universelle bonifie les heures creuses
 
Rafales d'écriture automatique sur sentiers lumineux
Des Cadavres exquis transitent chimériques
 
Mais où garer les égarés ?
 
HAPPY NEW 18
 
Le Serpent à plume
 
 

braises.jpg

 

 

***

 

Pascale de Trazegnies

lit un de ses poèmes sur une musique d’Alain Kremski ( « Sous les Étoiles silencieuses »).

Avec les peintures de Picha (Galerie Forêt Verte).

 

***

 

quel est ce lieu
où la naissance du monde
écoute à l'intérieur de nous
 
(Zéno Bianu - L'île du dedans")

crte medi2.jpg

Anne Jullien

 

***

 

image001.jpg

 

Lionel Lefèvre

Rendez vous avec « Anicet » sur  vocabullanicet.com

 

***

 

 

Du sort…

 

lui-même inconstant

le sort vacillera sur son erre

ne saura du lendemain projeté

poursuivre sur sa lancée d’une ère

momentanément encalminée…

 

 car il est toujours temps

avant que l’avenir ne s’assigne

suspendre de vains dieux

non seulement l’ire mais le signe

avant-coureur de destinée…

 

celle que suspicieux

en d’inexplicables options

ces bienfaits nous assènent

confondant ellipses et lunaisons

selon nos diapasons…

 

 car il est toujours temps

en cette heure où les vœux courent

d’un manquement à leurs idéaux

modifier ces trajets qui concourent

à des cieux infernaux…

 

 

Henri Cachau

  Avec nos meilleurs vœux  

2018

 

 

 

 ***

 

2018

tout seul on ne peut pas y arriver
il va falloir qu'on s'y mette
que chacun donne de soi
pour que tous les éléments du puzzle

projets santé affaires sentiments

s'ajustent au mieux

pour le reste il suffira d'être nous mêmes



http://www.pierrerosin.fr/
 
 
 
 
***
 
 

Excellente fin d'année 2017, prenez soin de vous en 2018...

 

"Je suis comme un agenda ouvert sur l’écho des paroles

Envolées depuis cent mille années

Je suis comme un dictionnaire en attente de mots neufs,

De mots gourmands de vie, de mots rares et précieux

 

Une échelle et vite, me voilà dans les mots alizés

Dans les mots nuages, dans les mots soleils

Là-haut, dans les nuées, une quiétude, un silence,

une sérénité qui transparait en instant d’éternité

Ici-bas, trop souvent, les mots cages, les mots sourds

Les mots lourds, les mots dévoreurs de vie

 

Entre nous deux, le silence, l’incompréhension, la douleur…

 

Ici-bas, aussi, les mots gestes, les mots regards

Les mots sourires, les mots dialogues

Entre nous deux, l’échange, le partage, la tolérance,

Un silence de douceur loquace…

Ils dorment, les mots, ils dorment au large des bouches

Ils dorment au large des baies des langues

Emportés par le flot et la houle

Ou bercés par le vent timide de la parole.

 

Imagine, voyageur, la splendeur

D’un monde autre que le tien..."

extrait "Voyage au centre du mot" spectacle poético-scientifique d'Yves Béal, Heiko Buchholz et François Thollet - direction d'acteurs Alexandre Del Perugia.

 

 

***

 

lapin-rouge-et-nous.jpg

 

 ***

 

Aujourd’hui je n’ai rien fait
(Hoy no he hecho nada)

Aujourd’hui je n’ai rien fait.
Mais bien des choses se sont faites en moi.
Des oiseaux qui n’existent pas
ont trouvé leur nid.
Des ombres qui peut-être existent
ont rencontré leurs corps.
Des paroles qui existent
ont recouvré leur silence.
Ne rien faire
sauve parfois l’équilibre du monde,
en obtenant que quelque chose aussi pèse
sur le plateau vide de la balance.

Roberto Juarroz (1925-1995)
[« Treizième poésie verticale », 1992]

 

Tibouchi_Voeux2018_HT1.jpg

 

 

***

 

 

 

18:15 Publié dans RESONNANCE | Lien permanent | Commentaires (0)

Requiem NN, un film-documentaire de Juan-Manuel Echavarria (2013)

 

 

ECHAVARRIA Juan-Manuel requiem NN 0.jpg

 

 

Le village de Port Berrío est situé au bord du río Magdalena, en Colombie. Pendant plus de trente ans ses habitants ont retrouvé des corps ou des morceaux de corps des victimes de la violence, jetés dans la rivière pour les faire disparaître. Ces cadavres sans identification, connus comme NN (Ningún Nombre, sans nom) étaient destinés à une fosse commune. Cependant, durant des décennies, les habitants de Port Berrío les ont adoptés, en leur donnant des noms, en décorant leurs tombes et en leur portant de l'eau, des offrandes et des fleurs. Selon la croyance, les âmes de ceux qui sont morts ainsi, récompensent les vivants en leur donnant une protection et en leur accordant des faveurs. Certains des adoptants les baptisent même de leurs propres noms et noms de famille. À travers ce rituel collectif, je pense que les habitants de Port Berrío disent à ceux qui perpétuent la violence : "Dans notre communauté nous ne permettons pas que ses victimes disparaissent; nous ne savons pas qui ils sont, mais nous les faisons nôtres"

Juan Manuel Echavarría, photographe, auteur, réalisateur


 

 

 

ECHAVARRIA Juan-Manuel requiem NN 1.jpg

à propos :


 

ECHAVARRIA Juan-Manuel requiem NN.jpg

 

le film complet :

 

 

 

Loups solitaires, Serge Quadruppani

 

Métailié, collection Noir, 5 octobre 2017

editions-metailie.com-loups-solitaires-hd-195x300@2x.jpg

240 pages, 18 €

 

Des régions désertiques du nord du Mali au Limousin, en passant par l’Italie, Serge Quadruppani nous invite dans un polar d’une brûlante actualité et sans doute pas si rocambolesque qu’il n’y parait. L’auteur prend plaisir cependant à appuyer sur le grand guignolesque de la brutalité des comportements humains, qui font ressortir la sagesse de quelques personnages plus simples, plus droits, plus proches de la nature et des animaux : chat, poules, choucas, ânes, blaireaux, abeilles... qui eux aussi savent faire preuve d’une certaine noblesse.

 

Ce polar est à la fois cruel et drôle, cruel comme le sont les hommes et drôle comme ils peuvent l’être quand il n’y a plus de limite au ridicule de leur arrogance. Il y a une vraie morale qui sous-tend ce polar, entre farce et fable. L’humour avec lequel l’auteur s’empare du sujet ne rend pas moins efficace la critique sous-jacente et soulève des questionnements concernant les nouvelles technologies mises au service de soi-disant guerres menées contre le terrorisme et l’opacité  des agissements de différents services à la solde de pouvoirs, mais aussi concernant notre rapport à la nature et notamment à la destruction méthodique d’animaux qualifiés de nuisibles. Et question méthode, des animaux à l’homme, le pas a déjà été franchi.

 

Pierre Dhiboun, capitaine surentrainé des forces spéciales françaises infiltré dans un groupe djihadiste au Nord du Mali, a soudain déserté sans qu’on sache de quel camp, pour disparaitre de la circulation et réapparaitre dans le Limousin, chez une éthologue anglaise, une séduisante et récente veuve, spécialiste des comportements et routines humaines, qui travaille pour une base militaire aux activités énigmatiques. Pierre Dhiboun est un personnage central, ambigu et intéressant autour duquel plusieurs filets se resserrent et derrière lesquels opèrent différents services plus ou moins officiels, avec toute la discrétion et la bassesse que les magouilles et conflits de pouvoir exigent.

 

Entre le plateau des Millevaches et le bord de Vienne, un territoire peuplé principalement de retraités et de quelques marginaux et fortes têtes, le chemin de deux loups solitaires vont se croiser. L’un des deux est un homme.

 

Serge Quadruppani, auteur de L'Anti-terrorisme en France ou la terreur intégrée (1989), connait son sujet en profondeur, ce qui lui donne une base très solide sur laquelle il peut se permettre d’ironiser car il vise juste et vu la lourdeur justement du sujet, pouvoir en rire un peu est salutaire. La course-poursuite finale est carrément hilarante, un vrai sas de décompression.

 

« Francis n’a aucune idée de ce dont parle ce type en short et chemise ouverte sur le poitrail qui descend de la cabine pour venir contempler, mains aux hanches, le véhicule qui s’enfonce toujours dans la tourbière. Cependant, en raison du trop grand nombre d’erreurs et de contentieux subséquents qui ont marqué ces dernières années son secteur d’activité, il a été entrainé à ne tirer sur les formes de vie incompréhensibles qu’en cas d’hostilité manifeste.

 

(…)

 

C’est ainsi qu’un commando de contractants surentrainés qui a participé à la reprise de Falloujah maison pas maison, affronté les talibans dans la passe de Khyber durant une tempête de neige empêchant toute couverture aérienne et, à cent contre un, les hommes de l’État islamique sur le rivage des Syrtes, fut ce jour là transporté dans la benne à Juju. »

 

Il y  a un parti pris dans ce polar habile qui ne plaira pas à tout le monde, mais c’est ce qui lui donne sa force et son sens. S’il y a un enseignement à tirer des loups solitaires, c’est que ce qui importe pour la survie, plus encore que l’équipement, c’est une vraie connaissance du terrain.

 

Et pour connaître véritablement un terrain, il faut l’aimer et le respecter.

 

 

Cathy Garcia

 

 

 

quadruppani-300x460.jpgNé en 1952 dans le Var, Serge Quadruppani vit dans le Limousin. Après avoir publié des essais, des enquêtes et deux romans historiques, il a surtout écrit des romans noirs. Il a participé à la création du personnage du Poulpe et au lancement de la collection afférente aux éditions de la Baleine, et a créé la collection “Alias” au Fleuve noir. Depuis 1999, avec Giancarlo De Cataldo et Andrea Camilleri, puis d’autres, comme Gioacchino Criaco, Wu Ming, Carlo Lucarelli, Valerio Evangelisti, Sandrone Dazieri, Massimo Carlotto, Marcello Fois, Giuseppe Montesano, il a donné une nouvelle dimension à son activité de traducteur en faisant connaître des auteurs italiens en France. Il dirige la Bibliothèque italienne aux Éditions Métailié. La Nuit de la dinde a reçu le Prix du roman du Var 2003 et le Prix interlycées professionnels de Nantes 2004. L'auteur a également reçu le Prix des lecteurs du festival Quais du polar en 2011 pour son livre Saturne (Éditions du Masque).

 

 

08/01/2018

Harald Sohlberg

Harald Sohlberg.jpg

 

 

Jean Bédard

 

Curieuse mer dans laquelle nous enterrons nos morts, dans laquelle les arbres vont pourrir, où reviennent tous les vivants comme à leur patrie. Elle les retourne au printemps, les ramène à la surface verdissante pour leur ensoleillement, elle les reprend et les remonte dans la lumière afin qu’ils donnent leurs semences dans les ruées de la jouissance, puis qu’ils s’évanouissent sur sa peau terreuse et disparaissent dans ses entrailles.

Un grand roulement de rouleaux qui retournent les ingrédients dans l’obscurité pour les offrir à nouveau à la lumière dans des recompositions sans cesse différentes.

 

in Marguerite de Porète

 

 

 

Peter Kettle - Slain wood

Peter Kettle slain wood.jpg

 

 

 

Michelle Caussat

Dans ma lumière verte

Mes coussins de luciole

Mes bombyx de satin

Dans l’écharpe des rêves

La soie des souvenirs

Et des yeux, des langues me guettent

Jusqu’à l’aurore aux mille oiseaux

Et je foule l’air vif

Du bleu de mes sabots

 

In Traction Brabant 76

 

 

Odilon Redon

Odilon Redon_n.png

 

 

07/01/2018

Documentaire sur l'ethnologue Jeanne Favret-Saada par Aurèle Dupuis (2013)

La sorcellerie, la réciprocité, les croyances, le pouvoir de la parole, ou encore la fragilité des arrangements humains sont autant de phénomènes que Jeanne Favret-Saada, anthropologue et psychanalyste, a vécu dans le Bocage Normand dans les années 1970 et qu'elle continue à analyser avec force. Ce documentaire, essentiellement composé d'entretiens avec Jeanne Favret-Saada, donne un aperçu des réflexions qu'elle a menées sur la sorcellerie, notamment avec Les mots, la mort, les sorts (1977) et plus récemment, avec Désorceler (2009).
Sorti en 2013, ce film a été réalisé par Aurèle Dupuis, historien de formation. Le projet a été élaboré sous la responsabilité de Laurence Kaufmann, professeure de sociologie, et a été soutenu financièrement par l'Institut des Sciences sociales de l'Université de Lausanne.