Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2012

Brûler de l’intérieur, Ahmed Kalouaz, photographies d'Alain Cornu

Note parue sur : http://www.lacauselitteraire.fr/bruler-de-l-interieur-ahm...

 
Littérature jeunesse/ado
 
Brûler de l'intérieur, Ahmed Kalouaz
 
"photo roman" Thierry magnier, octobre 2012, 88 p. 9,50 €

 

Un concept original que ces photos romans, qui n’ont rien à voir avec les romans-photos. Ici photos et roman sont présentés séparément, d’abord les photos, dès la première page, on entre dans l’image, une photo par page. Ici des vues horizontales de bord de mer, plages du Nord en morte saison, des maisons, des rues, vides pour la plupart, une chaise de maître-nageur où s’accrochent des algues, une caravane à gaufres fermées… Des photographies très esthétiques d’où l’humain semble quasi absent et qui ouvrent la porte à l’imagination. Puis démarre l’histoire qui, en contraste peut-être, met l’accent surtout sur l’humanité, ce qu’elle a de plus beau en elle : l’altérité. Le concept de ces photos romans veut que l’auteur écrive une histoire à partir d’une série de photos dont il ignore tout. Pour le lecteur qui a d’abord, lui aussi, regardé ces photos, au fur et à mesure de sa lecture, surviennent tout d’un coup des impressions de déjà vu, des images se superposent, se mélangent à ses propres images, les souvenirs des protagonistes sont aussi les siens : il a vu. Cela donne une texture toute particulière à l’histoire.

Ici c’est celle d’un moment de vie d’une famille qui vit en Provence. Sophie, la narratrice, adolescente et fille unique, s’interroge sur cette étrange maladie qui menace son père, le burn out, un incendie qui couve déjà depuis un moment et menace de tout emporter.

« Le travail de papa débordait sur la vie à la maison (…).

Moi j’aimais bien l’idée d’un père héros défendant les pauvres du monde entier, mais j’avais aussi envie d’un dimanche calme avec lui, dans les Alpes ou en Auvergne, pour admirer au-dessus d’un étang le vol des bernaches, des colverts. (…) Lorsque miraculeusement, il rentrait un peu plus tôt, c’était chargé de dossiers, et quand maman le lui reprochait, il répondait :

– C’est pas juste des feuilles et du papier qu’il y a là-dedans, mais des hommes et des femmes ».

Son père mène un combat, depuis longtemps, contre l’injustice, il se démène pour aider les exclus, les réfugiés, les sans-papiers, les blessés de la société, il est tellement pris par ce combat qu’il ne parvient plus à prendre du temps avec sa propre famille, pour partager avec eux aussi un peu de cet amour de l’autre qui le consume. La mère de la narratrice est originaire du Nord, de la Côte d’Opale et elle aimerait bien y retourner un peu, y emmener la famille en vacances, et que ce père, au bord de l’explosion, accepte de souffler un peu, faire une pause.

« Il se prenait pour un dur à cuire, alors qu’elle ne rêvait que de l’entraîner de temps en temps, même en morte-saison sous les nuages bas que le vent charriait, vers l’écume venant maquiller les galets, le sable gris. (…) Et moi je m’imaginais, dans le chenal, (…) marchant sur la dune en leur tenant la main jusqu’à la fameuse cabane à gaufres ».

Sophie a des souvenirs de ces lieux, ces plages du Nord, la maison de la grand-mère, elle aimerait y retourner elle aussi, mais quand son père dit qu’ils iront, elle ne le croit pas, elle ne le croit plus. Aussi, un jour, elle enfourche sa bicyclette avec en tête l’idée de « partir à l’aventure, fuir contre mon gré cette maison où le feu couvait dans la tête de papa ».

C’est ainsi que Sophie va faire deux très belles rencontres. Il y a d’abord Marcelle, une vieille dame originaire du Nord elle aussi, qui a passé une bonne partie de sa vie à Lyon, à photographier les gens de la banlieue, des gens comme celles et ceux pour lesquel(le)s son père se bat aujourd’hui. Tous les murs de sa maison, où elle invite Sophie à manger, sont pleins de ces photos plus admirables les unes que les autres et une amitié instantanée va naître entre ces deux femmes, l’une à peine à l’aube de sa vie et l’autre qui arrive au bout de la sienne, bien remplie et porteuse d’un trésor de cinq mille photos. Sophie voit son père différemment au travers des yeux de Marcelle. Et puis elle rencontre aussi sur le chemin du retour, Justine, qu’un chagrin d’amour a lancée sur les routes et qui a transformé sa douleur en force pour faire le tour de France à pied avec un cheval et un âne. Ces deux rencontres vont insuffler une énergie nouvelle à Sophie, lui élargir ses horizons, et pendant qu’elle apprend ainsi à prendre un peu de recul, à découvrir que la vie recèle bien des surprises, bien des trésors, son père, grâce à un acupuncteur et l’aide de sa femme, retrouve un peu d’énergie pour prendre lui aussi un peu de recul. C’est ainsi qu’un peu plus tard, il fera la surprise d’emmener toute la famille dans le Nord, voir si la cabane à gaufres est toujours sur la plage.

C’est donc une belle histoire très émouvante, parcourue d’un grand souffle d’humanité, que les photos d’Alain Cornu ont inspirée à Ahmed Kalouaz, qui rend hommage également dans ce texte à une autre photographe, Marcelle Vallet, décédée en février 2000 à l’âge de 93 ans.

Marcelle Vallet est une des rares femmes photographes et reporters à Lyon dans les années cinquante. Témoignage d’une vie et d’une époque, ses photographies prises jusque dans les années 70 font partie des collections de la Bibliothèque Municipale de Lyon : un ensemble de quelques 5000 pièces, dont plus de 1700 clichés négatifs, que Marcelle Vallet a donnés à la Ville de Lyon en juin 1994.

 

Cathy Garcia

 

AVT_Ahmed-Kalouaz_7873.jpgAhmed Kalouaz est un écrivain français né en 1952 à Arzew, en Algérie. Il a publié plus d’une trentaine d’ouvrages (poésie, nouvelles, roman, théâtre, textes pour la jeunesse). Ses romans adultes et jeunesse sont maintenant publiés au Rouergue : Paroles buissonnières, Le Bruit des Autres, 2012 ; Les chiens de la presqu’île, Le Rouergue, 2012 ; Je préfère qu’ils me croient mort, Le Rouergue, 2011.

Alain Cornu, photographe, est né en 1966 à Decize (Nièvre). Il vit à Paris. Formé à l’école de l’image aux Gobelins à Paris.

27/11/2012

Livre d'artiste n°2 : Au Fond du Tiroir

Poèmes et collages

couv small.jpg

 LivrArt n° 2

 

 

Achevé à St Cirq-Lapopie,

le 27 novembre 2012

 

couv dos small.jpg

 

 « Une poupée d'osier et quelques fleurs séchées

Un coffret poussiéreux, des souvenirs qui traînent

Un parfum de rose depuis longtemps fané.

Quelques fioles teintées, un livre refermé

Des crayons de couleurs, des pages inachevées

Un silence ponctué de chutes et d'automne

Le manège éraillé d'un tourne-disque aphone. »

 

 

 

Format 13x19

 

45 pages

 

 

Réalisé partir d’un album photo récupéré et détourné

Une œuvre originale par page (collage, encre, pastels)

Ouvrage unique, certifié authentique et signé par l’auteur.

 

 

Contient un véritable trèfle à quatre feuilles

 

 

300 €

+ 10 € pour le port (envoi en recommandé)

 

CCI27112012_0002small.jpg

 

CCI27112012_0003small.jpg

 

CCI27112012_0004small.jpg

 

CCI27112012_0005small.jpg

 

CCI27112012_0011small.jpg

 

CCI27112012_0015small.jpg

 

CCI27112012_0016small.jpg

 

CCI27112012_0017small.jpg

 

CCI27112012_0018small.jpg

 

CCI27112012_0019small.jpg

 

CCI27112012_0021small.jpg

 

CCI27112012_0022small.jpg

 

CCI27112012_0023small.jpg

 

25/11/2012

Gutenberg's Heirs - The Sequel par Walter Rulhmann

 

gaan detail.jpg

Gahan (détail) cg - 2009 

 

Où comment les geeks croient encore aux sorcières :

http://poetandgeek.blogspot.fr/2012/11/gutenbergs-heirs-s...

 

11:55 Publié dans ENTRETIENS | Lien permanent | Commentaires (0)

Nous les femmes

Aujourd'hui c'est ma fête et c'est aussi la journée pour attirer l'attention sur les violences faites aux femmes pour que plus jamais jamais jamais ça... Stop !

 

Nous les femmes.JPG

Nous les femmes, Cathy Garcia -2011

11:48 Publié dans MESSAGES | Lien permanent | Commentaires (0)

21/11/2012

Ailleurs simple, éditions Nouveaux Délits, décembre 2012

 


A tous les voyageurs mobiles ou immobiles


                               
Poèmes de Cathy Garcia

Illustrations de Jean-Louis Millet
 
 
 

 

  
 
ABSENCE


Chemin cagneux
Soleil de chevrotine
Vent cailloux
Poussière

Une maison blanche
Un chien
Endormi

Sous le ciel cru
L'ombre d'un serpent
L'arbre tordu

Au vent claque
Une boîte
Aux lettres

Et sur la table branlante
De l’unique pièce
Juste un courrier
De sable
 

 
                      

267b détail2.JPG




Composé et imprimé sur beau papier recyclé

par


 Éditions Nouveaux Délits
Létou 46330 St Cirq-Lapopie

 
 
 
COUVSMALL.jpg
 
 
Tirage limité et numéroté

40 pages


 13 €

Port offert pour toute souscription avant le 1er décembre 2012
Chèque à l'ordre de l'Association Nouveaux Délits





Il n'y a pas d'ailleurs
Où guérir d'ici.

Eugène Guillevic


23:48 Publié dans MES LIVRES | Lien permanent | Commentaires (1)

Cairns

cairns cerclé.jpg

à feuilleter sur : http://www.zen-evasion.com/livre31/Default.html

17/11/2012

Quelques photos de l'Exposition Indignation "Hommage à Liborio Noval - Limoges

A la Grange aux Calèches, du 16 au 23 octobre 2012

052.JPG

 

008.JPG

003.JPG

006.JPG

009.JPG

Pouch

013.JPG

Pouch

 

011.JPG

Pouch

026.JPG

Marylène Philippe, chiffonière et Lionel Lefèvre, plasticien

 

027.JPG

Marylène Philippe, chiffonière et Lionel Lefèvre, plasticien

 

028.JPG

Lionel Lefèvre

 

055.JPG

André Bielen - Lou Florian

 

059.JPG

André Bielen - Lionel Lefèvre

 

033.JPG

034.JPG

Patrick Vogel

 

039.JPG

037.JPG

Yves Bordes

005.JPG

 

007.JPG

020.JPG

Cathy Garcia

 

 

Photos(c)Cathy Garcia

 

13/11/2012

Je serai de nouveau au Supermarché de l'Art de Rignac

Le supermarché de l'art à l'espace culturel de Rignac fête ses 10 ans!

smart2012.jpg

Vendredi 23, samedi 24 et dimanche 25 novembre 2012

Il vous propose d'acheter, comme dans un supermarché, des oeuvres d'art à des prix abordables parmi un choix d'une centaine d'artistes. Ouverture des portes le vendredi de 18h à 21h, samedi non stop de 10h à 19h et dimanche de 10h à 12h30 et de 14h à 19h.

 

 J'y présenterai 15 gribouglyphes.

 

 

 

 

Office de Tourisme du Pays Rignacois

 

Place du Portail-Haut 12390 RIGNAC

06/11/2012

Hommage à Liborio Noval. Exposition Indignation à Limoges

Hommage à Liborio Noval, réalisé le 16 octobre 2012 à Limoges, lors du vernissage de l'exposition "Indignation" à la galerie d'art: "La Grange à Calèche". Une collaboration fructueuse entre l'association "Bigousse" Art et Citoyenneté, et Art@Live International. Liborio Noval était l'un des talentueux photographes de Che Guevara...

 

05/11/2012

L’autre vie de Valérie Straub, de Stéphane Padovani

 Note parue sur : http://www.lacauselitteraire.fr/l-autre-vie-de-valerie-st...

 

L'autre vie de Valérie Straub, Stéphane Padovani

2012, 60 p. 5 €

Quidam Editeur

 

 

Valérie Straub « n’aspire plus qu’à la tranquillité des pierres ». Elle a passé plusieurs dizaines d’années en prison pour des idées mises en application de la manière la plus violente. Elle a tué pour ces idées-là, pour un idéal de justice, pour un monde meilleur, elle était jeune, rebelle, déterminée. « Ce combat, il t’a fallu quand même le mener jusqu’au bout, jusqu’à la mélancolie, jusqu’à une certaine forme de folie, au fond d’une prison ». Et quand elle en sort, c’est pour entrer dans un monde qu’elle ne reconnaît plus.

« Les gens t’ont oubliée. Ne reste vaguement que le bruit superficiel de tes éclats, d’armes ou de voix, dans un espace social replié comme un linge dans une armoire de réfectoire ».

Une ancienne compagne de cellule, Isa, va l’accueillir et l’aider à faire ses premiers pas, et la femme de son petit frère qu’elle avait à peine connu et qui est décédé, vient lui confier un journal qu’il n’a écrit, tout au long de ses années, que pour elle. Un journal plein d’amour mais aussi de questionnements, face au vide, que cette sœur inaccessible et constamment en révolte avait laissé suite à son arrestation. Valérie ne sait pas trop ce qu’être libre pourra bien vouloir signifier dans une société qui a poursuivi son cours vers quelque chose qu’elle et ses compagnons d’armes avaient combattu de toute leur âme.

« Pourquoi t’es-tu battue ? Le monde que tu souhaitais n’est pas advenu, n’aura jamais été que dans les interstices d’espoir, des alliances clandestines traquées par la violence d’État. C’était un monde déjà perdu au moment même où tu l’entrevoyais ».

Mais elle aspire cependant à la paix, à un peu de bonheur si jamais cela était encore possible, le chat écorché accepterait bien quelques caresses. Elle a beaucoup lu, étudié, médité lors de ses années d’incarcération. Elle a tué et elle a payé. Mais peut-on vraiment payer sa dette de mort ? Le cercle de la violence est un cercle infernal et chaque acte n’en finit jamais de porter à conséquence. Les peuples de la vendetta connaissent bien ça. Une agression en pleine rue va le lui rappeler alors qu’elle est sur le point de commencer à travailler avec son amie Isa, dans une pépinière. Elle se sent bien là-bas, chez ces espagnols, chez Pablo, sa sœur Clara et ses trois enfants. Elle s’y sent bien au point de ne plus les quitter, et très vite entre Pablo et Valérie, quelque chose de beau et de bon commence à lui faire oublier toutes ces années passées à l’ombre.

« Mon histoire est là à présent, sous les mains de Pablo et dans les miennes, dans les intervalles qu’il me reste à parcourir. Et je me dis que je n’aurais pas trop d’une troisième vie pour me rejoindre ».

Mais peut-on vraiment payer sa dette de mort ? Valérie Straub aspire à la paix mais elle n’est pas le genre de femme à se dégonfler devant son destin.

Un destin que vous découvrirez en lisant ce livre, court mais intense. Une écriture fluide et envoûtante pour un clin d’œil courageux à ces idéalistes, les gauchistes comme on dit, extrémistes certes, mais on sait bien que l’ennemi qu’ils combattent ne l’est pas moins, et qui ont choisi un jour ou l’autre la manière la plus directe, la plus brutale, et la plus vaine aussi, pour tenter de changer le monde.

Vraiment un très beau texte, fort et poignant, que l’on pourrait peut-être résumer ainsi : courage, dignité et désespoir.

Soulignons au passage aussi l’éditeur, Quidam, qui encore une fois, publie un texte de grande qualité, dans un ouvrage bien réalisé, pour un prix dérisoire.

 

Cathy Garcia

 

 

 

stéphane padovani_.jpgStéphane Padovani est né en 1966 à Courbevoie et a vécu en région parisienne jusqu’en 1999, dans différentes banlieues, où il a commencé à enseigner. 1995 : premières publications en revues. Il a obtenu la bourse « découverte » du CNL et animé quelque temps un atelier d’écriture en maison d’arrêt. Il vit et enseigne désormais en Bretagne. Il est aussi l’auteur de L’Homme de bois (2002) et Chiens de guerre (2004), tous deux chez Bérénice. Aux éditions Quidam, il a publié en 2007 La Veilleuse, où il poursuit, sur un fil toujours tendu, des itinéraires intimes pris dans la marche du monde.

04/11/2012

Je sauve le monde quand je m’ennuie de Guillaume Guéraud

Note parue sur : http://www.lacauselitteraire.fr/je-sauve-le-monde-quand-j...

Je sauve le monde quand je m'ennuie, Guillaume Guéraud

illustrations nb de Martin Roméro, collection zig zag, Ed. Le Rouergue, octobre 2012, 96 p. 7 €

 

Voilà un petit livre bien drôle et plein d’énergie qui prend le parti des rêveurs, des têtes en l’air, des touchent pas terre. Le pouvoir de l’imagination versus les tables de multiplication. Eugène, alias le Capitaine Sans-Gêne, s’est donné pour mission de sauver le monde des méchants, et de protéger tout particulièrement Lisa.

« Lisa est la plus jolie fille de toute l’école. Elle est forte en tout. Et tout le monde est amoureux d’elle. Même moi ».

Hélas, même Kévin, qui est « le gros costaud de la classe. Tout le monde veut être son ami. Sauf moi ».

Et en réalité, ou plutôt de l’autre côté de la réalité, en vérité, Kévin a été mis à terre et massacré bien plus d’une fois, par le capitaine Sans-Gêne, alias le cavalier le plus intrépide, le chevalier plus fort que les Jedi, le meilleur joueur de foot de la galaxie…

Et pas un méchant ne lui résiste, lui qui a pour matelot pas moins que Jack Sparrow en personne, qui lui doit d’ailleurs la vie. Pas un méchant non, qui ne soit réduit en bouillie, étranglé, défenestré, coupé en tranches etc. Nul ne résiste à l’incroyable et invincible Capitaine Sans-Gêne, ni le professeur Charbonax, ni « Le Caméléon Foutraque. Le Noctambule aux Yeux Jaunes. Le Réfrigérateur de la Mort. Le Millionnaire Suceur de Sang. Le Kamikaze en Fauteuil Roulant. Le Cuisinier Cannibale des Caniveaux. La Poubelle Atomique. Le Curé au Crucifix Coupant. Le Scorpion Nucléaire des Neiges ». Même Harry Potter, « ce pleurnichard de la baguette. Ce sorcier de mes fesses (…) Je lui fauche sa baguette à la noix, je lui crame les poils de son balai. Et il suffit que je lui fasse une grimace, pour qu’il se mette à sangloter ». Faut dire que Lisa elle est un peu amoureuse de cet Harry Potter et ça… Ce n’est pas possible ! Parce que Lisa, en vérité, enfin de l’autre côté de la vérité, en réalité, elle est folle amoureuse du Capitaine Sans-Gêne, qui l’a sauvée des androïdes de l’espace, arrachée à la forteresse des pandas géants au Japon. Lisa, elle danse sur les plages des Caraïbes avec un collier à fleurs, et avec elle il fait le tour du monde !

Seulement voilà, à force de courir les mers et foncer au travers des étoiles, Eugène a peu de temps, et il faut le dire peu de goût, pour des choses aussi insipides que rester sur terre et tout particulièrement en classe… Et Madame Charbonneau, la maîtresse, est du genre rabat-imaginaire, si bien que les parents d’Eugène doivent prendre les choses en main, direction le spécialiste. Eugène a déjà vu un saxophoniste, comprenez un orthophoniste, un air opiniâtre (un neuropédiatre) et voilà qu’il doit maintenant voir un messie contorsionniste (un pédopsy comportementaliste) : le docteur Le Singe (Lessage). Et la sentence tombe :

« Eugène a juste besoin de s’évader… diagnostique Le Singe.

(…) “Juste besoin de s’évader” ? Mais on en a tous besoin !

(…) – Oui, mais votre fils est capable de le faire ».

Capable !

« Il a dit ça comme si c’était un pouvoir que j’étais le seul à posséder. (…) Et comme si tout le monde devait m’envier.

Ce gars-là me plaît bien. Il faudra que je le mette dans une de mes histoires ».

Et c’est ainsi que de retour en classe, alors que Lisa danse sur des pétales de fleurs, que Kévin et Harry Potter briquent le pont, Le Triton, le fameux vaisseau du capitaine Sans-Gêne, va pouvoir mettre le cap sur les îles Galápagos et leurs trésors flamboyants !

 

Cathy Garcia

 

Guillaume-Gueraud_author_full.jpgGuillaume Guéraud, né en 1972 à Bordeaux, est un écrivain français. Il a d’abord suivi des études de journalisme et a travaillé dans divers quotidiens régionaux. Il vit actuellement à Marseille. Il est notamment l’auteur du roman policier Affreux, sales et gentils qui a remporté le prix Fnac des jeunes lecteurs en 2006. Il réalise aussi de petites leçons d’écriture « impertinentes » qu’il appelle des autofilms, réalisés avec son téléphone portable. Il les publie sur le site de partage de vidéo YouTube.

 

Bibliographie :

Cité Nique-le-ciel, roman, Éditions du Rouergue, Coll. doAdo, 1998

Chassé-croisé, roman, Éditions du Rouergue, Coll. doAdo, 1999

Les Chiens écrasés, roman, Éditions du Rouergue, Coll. doAdo, 1999

Coup de sabre, roman, Éditions du Rouergue, Coll. doAdo, 2000

La plus belle fille de la planète, roman, Milan Jeunesse, coll. Milan poche cadet, 2001

Dernier western, roman, Éditions du Rouergue, Coll. La brune, 2001

Apache, roman, Éditions du Rouergue, Coll. doAdo, 2002

La belle est la bête, album, Ill. Claire Franek, Éditions Thierry Magnier, Coll. Petite Poche, 2002

Arrête ton cinéma, roman, Éditions du Rouergue, Coll. Zigzag, 2003

Ça va déménager, roman, Éditions Thierry Magnier, Coll. Petite Poche, 2003

Couscous clan, roman, Éditions du Rouergue, Coll. doAdo, 2004

Ma rue, album, Ill. Anne von Karstedt, Éditions du Rouergue, Coll. doAdo. Image, 2004

Arc-en-fiel, roman, Ill. Goele Dewanckel, Éditions du Rouergue, Coll. Varia, 2004

Manga, roman, Éditions du Rouergue, Coll. doAdo Noir, 2005

La plus belle fille de mes rêves, roman, Milan Jeunesse, coll. Milan poche cadet, 2005

Affreux, sales et gentils, roman, Éditions Pleinelune, 2006

Je mourrai pas gibier, roman, Éditions du Rouergue, Coll. doAdo Noir, 2006

Va savoir comment ?, album, Éditions Sarbacane, 2006

La plus belle fille de tous les temps, roman, Milan Jeunesse, coll. Milan poche cadet, 2007

Ça va mal finir, roman, Éditions Thierry Magnier, Coll. Petite Poche, 2007

La Brigade de l’œil, roman, Éditions du Rouergue, Coll. doAdo Noir, 2007

Raspoutine, album, Ill. Marc Daniau, Éditions du Rouergue, Coll. Varia, 2008

Le Contour de toutes les peurs, roman, Éditions du Rouergue, Coll. doAdo Noir, 2008

La Grande Bagarre, roman, Milan Jeunesse, coll. Milan poche cadet, 2008

Oméga et l’ourse, album, Ill. Béatrice Alemagna, Éditions du Panama, 2008

Déroute Sauvage, roman Éditions du Rouergue coll. DoAdo Noir 2009

Anka, roman Éditions du Rouergue coll. DoAdo Noir 2012