Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2016

La vache de Mohamed Hamidi (2016)

 

 

Vincent Prieur

Vincent Prieur -France-_n.jpg

 

 

François Cavanna

 

L'humour est forcément désespéré.

Ou alors, ce n'est plus de l'humour, c'est une berceuse.

 

 

Glenn Barr

Glenn Barr_n.jpg

 

 

Kate Braverman

 

Elle s’interroge quant aux poètes qui mettent leur tête dans le four et des tuyaux pleins de monoxyde de carbone dans leur bouche. Peut-être est-ce un acte suprême d’alchimie, la transmutation du gaz et du poison en une substance qui absout. Sur la cuisinière dansent des flammèches bleues. Le genre de choses qui ancrent les univers. Pour les poètes, c’est toujours l’hiver. Ils sont debout au bord du parapet des ponts nocturnes. Leurs orteils pointés vers l’immense néant bleu. Le monde se fige et retient son souffle. A nouveau nous sommes des enfants. Les définitions bleues et fraîches nous les savons comme un enfant sait qu’il ne doit pas traverser la route ni toucher la flamme. Pourtant nous la touchons. 

  in Bleu éperdument

 

 

 

Vincent Prieur

Vincent Prieur -b.jpg

 

 

Janis Joplin - Codine ( 1965 )

 

 

Christopher Swann - Regarder les baleines dans les yeux

christopher swann-baleine oeil.jpg

 

 

Eiríkur Örn Norddahl

 

toute violence nous prive d’humanité. Que nous soyons celui qui frappe ou celui qui encaisse les coups.

 

in Illska

 

 

29/06/2016

Auteur inconnu

phare.jpg

 

 

 

Erri de Luca

 

Bien des jours avant de voir la mer, elle était une odeur,

une sueur salée, chacun imaginait sa forme.

 

in Aller simple

 

 

 

Vincent Prieur

Vincent Prieur -France-0n.jpg

 

 

Pierre Desproges

 

Un jour j'irai vivre en Théorie, car en Théorie tout se passe bien.

 

 

Auteur inconnu

Stenen Kussenn.jpg

 

Je me sens un peu comme sur le haut d'une montagne. J'aimerais oublier, en cet instant même, tout ce qui me concerne, n'être plus que pure existence, sans passé, sans futur. Le rôle que je joue dans ma vie me semble parfois trop lourd, une entrave qui m'empêche d'être, tout simplement. Plus je vieillis, et plus j'ai conscience de ce besoin viscéral de "sauvagerie", d'un mode de vie plus dénudé, au propre comme au figuré. Me reste à transformer ce désir en force, à l'intégrer à la réalité, alors  peut-être...

cg in Journal 1997

 

 

 

Vincent Prieur

Vincent Prieur -France-71_n.jpg