Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2016

Revue Nouveaux délits n°52 - Gabriel Henry

 

"Atelier", un des textes de Gabriel Henry publiés dans le numéro d'octobre 2015.

 

 

 

 

 

 

16/11/2016

Revue Nouveaux Délits n°52 - Jacques Cauda

 

 

"Carnaval", un des poèmes de Jacques Cauda publiés dans le numéro d'octobre 2015.

Lu par Cathy Garcia Canalès.

 

 

 

Revue Nouveaux Délits n°52 - Benoit Jeantet

 

Un des poèmes de Benoit Jeantet publiés dans le numéro d'octobre 2015.

 

 

 

Revue Nouveaux Délits n°52 - Corinne Pluchart

 

Extraits des poèmes de Corinne Pluchart publiés dans le numéro d'octobre 2015.

 

 

 

10/11/2016

Revue Nouveaux Délits n°53 - Tom Buron

 

Un des poèmes de Tom Buron publiés dans ce numéro de janvier 2016.

Lu par Cathy Garcia Canalès.

 

 

Revue Nouveaux Délits n°53 - Sammy Sapin

 

Un des poèmes de Sammy Sapin publiés dans ce numéro de janvier 2016

 

 

 

Revue Nouveaux Délits n° 53 - Denis Wetterwald

 

 

Un des poèmes de Denis Wetterwald publié dans ce numéro de janvier 2016.

 

Lu par Cathy Garcia Canalès.

 

 

 

Revue Nouveaux Délits n° 53 - Mokhtar El Amraoui

 

La becquée, un des poèmes de Mokhtar El Amraoui, publiés dans ce numéro de Janvier 2016.

 

 

06/10/2016

Revue Nouveaux Délits n°55 : Laurent Bouisset

"Un pastis au mezcal", un des poèmes de Laurent Bouisset publiés dans ce numéro :

 

 

 

 

 

Revue Nouveaux Délits n° 55 : Stéphane Casenobe

"RIMBAUD A 160 ANS" un des neuf poèmes de Stéphane Casenobe publiés en CAPITALES selon les souhaits du poète, dans ce dernier numéro de l'année.

 

 

 

 

 

 

05/10/2016

Revue Nouveaux Délits n° 55 : Sandra Lillo

 

 

Revue Nouveaux Délits n°55 : Lionel Mazari

 

 

 

04/10/2016

Revue Nouveaux Délits n°55 : Luminitza C. Tigirlas

 

 

 

26/09/2016

Deux extraits de Feu de tout bois lus par l'auteur, Murièle Modély

 

 

 

 

 

En savoir plus :

http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/archive/2016/...

 

 

 

 

 

 

15/09/2016

Revue Nouveaux Délits, le numéro 55

DSC03819 s.jpg

 Oct. - Nov. - Décembre 2016

 

Nous sommes chacun comme un écran tout sauf blanc, sur lequel les autres viennent projeter leurs propres films. Parfois les superpositions s’harmonisent plutôt bien, peuvent être source d’inspiration, de joies, d’illuminations, mais trop souvent, cela ne créé que confusion, malentendus, cacophonie, indigestions. Dans ce cas, il est parfois préférable et même nécessaire de baisser l’écran, éteindre les projecteurs. Se recentrer sur soi, pas de façon obtuse et égoïste, mais pour aller chercher en soi cette source où se dissout toute image préconçue. Tout simplement parce que nous sommes chacun bien plus qu’une somme de projections et que nous ne pouvons servir de support permanent à tous ceux qui ne se connaissent qu’au travers d’écrans interposés et qui peuvent de ce fait vite paniquer, se montrer intolérants, vindicatifs, quand ils ne reconnaissent pas leur propre film, leur propre scénario sur les écrans des autres. Les couleurs, la luminosité, le son, ne leur conviennent pas, ils voudraient pouvoir tout régler, contrôler. Chacun de nous le voudrait.

 

Après les éblouissements de l’été, l’automne est la saison pour entamer ce lent repli sur soi, pour nettoyer écran et projecteurs, laisser partir ce qui doit partir, laisser sève et énergies redescendre pour mieux se concentrer, se régénérer, puiser à cette source en nous qui n’a rien à voir avec le mental, les désirs, les peurs et les aspirations égotiques. Une source qui, tout comme la poésie en amont du langage, met en résonance l’intérieur et l’extérieur.

 

Un poème naît du frottement des mots entre eux, le poète peut faire naître l’étincelle qui fera prendre feu au langage tout entier. Éclairer, réchauffer, consumer s’il le faut. Si le sens d’un mot est perverti, la poésie peut le réduire en cendres. Sensations, émotions, sentiments, autant d’argiles à modeler et à cuire. Toutes les formes sont possibles, simplement certaines seront plus solides que d’autres et tiendront plus longtemps, mais tout est voué à se briser et retourner à son état originel. La création est recommencement perpétuel et donc destruction perpétuelle. Le cœur en bat le rythme, la respiration harmonise. Un cycle, un cercle, une spirale.

 

Cette source en nous qui sait, saura alors nous faire jaillir en de nouveaux printemps, à chaque fois plus riches, plus fertiles d’un humus qui nourrit nos racines. D’innombrables racines entremêlées, enlacées, qui font de chacun de nous un être à la fois unique et profondément relié aux autres.

 CG

 

DSC03850.jpg

Nouveaux Délits - Octobre 2016 - ISSN : 1761-6530 - Dépôt légal : à parution - Imprimée sur papier recyclé et diffusée par l’Association Nouveaux Délits Coupable responsable : Cathy Garcia Illustratrice : Dona Vieru Correcteur : Élisée Bec  

 

 

http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/