Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2021

Lene Kilde

lene kilde3.jpg

 

 

Corinne Atlan

 

La Sagesse n’est pas dans les livres, elle est dans le vent et l’espace. Pas dans le plein mais dans le Vide. Pas dans les lettres mais dans les espaces entre les lettres. Le silence, et non la parole, est la conscience de l’univers. 

 

in Le Monastère de l’aube 

 

 

20:38 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Winslow Homer - West Wind

Winslow Homer_-_West_Wind.jpg

 

 

Traction Brabant 88 - Valère Kaletka

 

"Par un hasard de matins bondissants", un des poèmes de Valère Kaletka publié dans le n°88 de la revue Traction Brabant. 

https://traction-brabant.blogspot.com/


Lu par moi-même.

 

 

 

11/05/2021

Félix Vallotton - Cagnes le Soir -1924

Félix Vallotton - Cagnes le Soir 1924.jpg

 

 

Colette

 

Rien ne mène, 

Je le sais, 

À l’amour. 

C’est lui 

Qui se jette 

En travers de votre route.

 

in La vagabonde

 

 

 

21:39 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Kalyi Jag - Avile le roma luma maj

 

 

 

 

19:52 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

10/05/2021

Marc Chagall

Marc Chagall1.jpg

 

 

Félix Leclerc

Félix Leclerc_n.jpg

 

 

21:14 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Ulali · Mother

 

 

15:39 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Harmonia Rosales

Harmonia Rosales .jpg

 

 

Hommage à Solitude par Mathilde Larrere

Solitude_n.jpg

 
« Puisqu'on va nous rabattre les oreilles sur Napoléon aujourd'hui, ma participation à la commémoration sera le récit de la vie d'une "femme debout" contre le rétablissement de l'esclavage : Solitude.
Le ventre rond des dernières semaines de la grossesse, les mains posées sur les hanches, le regard ferme, la statue de la « mulâtresse » Solitude est fièrement campée au carrefour giratoire de la Croix, Abymes, Guadeloupe.
Solitude naît en Guadeloupe aux environs de 1772, fruit du viol de sa mère, Bayangumay, par un marin blanc, sur le bateau qui la déporte aux Antilles. Ce qu’on appelait la "pariade", quand les commandants des bateaux négriers livraient les femmes aux matelots ivres avant l’arrivée.
La petite fille, prénommée Rosalie, enfant d’un homme libre, n’en est pas moins esclavagisée, une disposition qui date du Code noir de 1685.
Pendant plus de vingt ans, elle connaît les lourdes punitions, la privation de liberté, l’oppression et les violences sexuelles. Mais en 1793, l’esclavage est aboli en Guadeloupe par le commissaire de la République, ce que confirme un décret du 4 février 1794. La vie des anciens esclaves reste difficile, faute de la moindre politique d’aide, d’indemnisation, de dons de terre. Pire, des pratiques de travail forcé se substituent rapidement à l’esclavage.
Rosalie rejoint alors une ancienne communauté de « marrons », ainsi que l’on nommait les esclaves qui s’étaient échappés des plantations avant l’abolition, avec lesquels elle vit quelque temps dans les mornes.
Mais en 1802, Napoléon Bonaparte rétablit l’esclavage.
En Guadeloupe, les anciens esclaves se révoltent à l’appel de Louis Delgrès : « À l’univers entier, le dernier cri de l’innocence et du désespoir » (10 mai 1802). Celle qui se fait désormais appeler Solitude, alors enceinte de quelques mois, rejoint, les armes à la main, la révolte. Nombreux périssent dans les combats.
Parmi les rares survivants, Solitude. Capturée, elle n’est pas exécutée immédiatement, en raison de sa grossesse. Solitude accouche le 28 novembre 1802, d’un petit garçon qui naît esclave.
Solitude est pendue le lendemain. Les sources disent que la foule était nombreuse, et silencieuse.
Les femmes ont été particulièrement actives lors des révoltes de 1802 contre le rétablissement de l’esclavage par Napoléon : les « femmes debout », les « femmes courages ».
Si Solitude est la plus connue, elle ne fut pas la seule. On pourrait aussi citer Heva, à la Réunion, Claire en Guyane française, ou encore Sanité Belair, Défilé ou Claire Heureuse à Haïti, souvent éclipsées dans les récits par leurs compagnons, mais de plus en plus reconnues.
Voilà.
Plutôt que de penser à Napoléon, je préfère penser à Solitude et toutes celles et ceux que Napoléon a remis dans les chaînes ignobles de l'esclavage qu'il a rétabli. »
 
 
Mathilde LARRERE
Maitresse de conférences en histoire contemporaine
 
 
 
 
 
 
 

Jack Kerouac

Trinquons à ces folles. Les mésadaptées, les rebelles, les faiseuses de trouble. Des chevilles rondes dans des trous carrés. Celles qui voient les choses différemment. Elles ne sont pas portées sur les règlements. Et elles n’ont aucun respect pour le statu quo. Vous pouvez les citer, être en désaccord avec elles, les glorifier ou les vilipender. La seule chose que vous ne pouvez pas faire, c’est de les ignorer, parce qu’elles changent les choses. Elles inventent. Elles imaginent. Elles guérissent. Elles explorent. Elles créent. Elles inspirent. Elles poussent la race humaine vers l’avant. Peut-être faut-il qu’elles soient folles. Parce que celles qui sont assez folles pour penser qu’elles peuvent changer le monde, ce sont celles qui le font.

 

 

 

15:16 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (1)

07/05/2021

Iannis Xenakis - Theraps (1976)

 

 

15:29 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Le rapport sexuel n’existe plus de Philippe De Jonckeere

couv-rapportsexuel-bnf.jpgéditions Inculte, 3 février 2021 – décembre 2020. 300 pages, 18,90 €.

 

Qu’un homme puisse éjaculer à la vue d’une pantoufle ne nous surprend pas, ni non plus qu’il s’en serve pour ramener le conjoint à de meilleurs sentiments, mais personne assurément ne peut songer qu’une pantoufle puisse servir à apaiser la fringale, même extrême, d’un individu.

Jacques Lacan (1901-1981, psychanalyste français)

 

 

Entre autofiction et séance de psychanalyse étalée sur près de 300 pages, dans Le rapport sexuel n’existe plus, l’auteur est son propre personnage, endossant son propre nom et une partie en tout cas de sa vraie vie. Le fait que le récit prenne place en 2022 et s’achève en 2024 invente une distance temporelle avec ce qui semble pourtant être un véritable journal intime. Récit à visée thérapeutique pour guérir la douleur d’une déception amoureuse, dont l’auteur — cinquantenaire, se décrivant lui-même comme obèse et obsédé par l’arrivée de l’andropause qui vient alourdir le bilan d’une vie sexuelle de plus en plus fantasmatique — n’arrive pas à se défaire. Autoflagellation, autodérision, décorticage hyperlucide de son manque de lucidité, c’est grâce à son grand humour que l’auteur/personnage se rattrape toujours et parfois in extremis avant la chute dans le pathétique.

Philippe De Jonckeere, informaticien, personnage donc de l’auteur Philippe De Jonckeere, et c’est là que réside l’originalité parfois inconfortable de ce roman — où commence la fiction ? Où s’arrête-t-elle ? —, cherche à travers ce processus d’écriture à autopsier une relation affective que son imagination a rendu bien plus forte et réciproque qu’elle ne l’était en réalité, le but étant de parvenir à en faire le deuil, mais il y a aussi la possibilité que la personne en question, la cause de ses souffrances, lise le roman une fois publié, ce qui rend le deuil impossible puisque cela demeure une énième tentative, même masquée, de faire perdurer le lien. Donc le but du roman lui-même se mord la queue finalement.

Un roman comme une tentative de mise à jour :

« Internet c’est étonnant parfois. On dit souvent que c’est une mémoire, c’est tout le contraire, c’est une fiction dont les mises à jour gomment les données les plus anciennes, elles les écrasent, comme on dit en informatique. Car, comme vous savez, je suis informaticien. »

C’est très intéressant sur le plan du questionnement du pourquoi de l’écriture et du pourquoi nous faisons les choses dans la vie en général. L’intention affichée et l’intention sous-jacente. Tout lecteur peu disposé à réfléchir en profondeur sur ses propres fonctionnements psychologiques posera sans doute assez vite ce livre. Lecteur qui se retrouve happé dans ce processus très intime, témoin et même complice malgré lui d’une autoanalyse, où on retrouve notamment des narrations de rêves et des citations de Lacan, comme par exemple : « On finit toujours par devenir un personnage de sa propre histoire » ou « La vérité a la structure d’une fiction » et qui a inspiré le titre même de ce roman.

Une plongée dans la micro-réalité la plus intime du personnage de l’auteur donc, qui ainsi dévoile le moindre ressort de ses pensées, divaguant entre fantasme et réalité dans un roman qui lui-même sème le doute chez le lecteur quant à ce qu’il est en train de lire. Parfois, ce dernier peut se sentir de trop dans ce monologue intérieur, qui à force de détails des plus anodins et de ressassements, peut devenir même lassant et puis il est rattrapé, parce que c’est drôle aussi, impudiquement et férocement drôle, parce qu’il peut aussi se reconnaître – plus encore si le lecteur est un homme cinquantenaire en perte de confiance et tourmenté par les premiers signes de l’andropause. Sujet d’ailleurs rarement abordé en littérature ou dans la vraie vie même et qui est ici largement exposé. « Soixante-neuf fois le mot andropause. Vous pouvez vérifier. »

Dans « Le rapport sexuel n’existe plus », il est question de sexe bien-sûr, mais plus encore de solitude, de manque d’affection et d’élévation, de stimulation intellectuelle et sensorielle et il est beaucoup question de musique, de jazz en particulier, car celle autour de qui tourne tout le roman — en plus du nombril malmené, vieillissant et inquiet de son auteur — est une contrebassiste. Musique, cinéma, poésie, littérature et le sentiment d’impuissance face aux drames du monde forment aussi le canevas du récit bien plus que les problèmes d‘érection.

« Le rapport sexuel n’existe plus » est donc une sorte de journal de bord, journal hyper détaillé d’une obsession érotico-sentimentale, qui use et abuse du pouvoir thérapeutique de l’écriture pour se sonder en profondeur, se traquer dans les recoins, s’avouer ses plus inavouables faiblesses, disséquer ses pensées, comportements, fuites et addictions, et remonter ainsi peu à peu la pente de la dépression. Un lecteur ne connaissant pas du tout le travail de l’auteur et ses livres précédents ne saura pas si l’objet de ce roman est réellement ce qu’il prétend être, mais en comprenant la démarche de cet auteur qui, pensant ne pas savoir écrire, s’est obstiné à le faire — un réflexe de survie à sa propre histoire — on ne peut que saluer le courage de cette extrême mise à nu qui épargne en même temps le lecteur du fardeau excessif de pathos, grâce à cette distance que permet un sens aigu de l’humour et de l’absurde.

C’est bon de lire une voix d’homme osant aborder ses fragilités de mâle et en déconstruire les clichés, osant afficher ses peurs, sa sensibilité jusque dans ses accès les plus larmoyants, ses manques, ses obsessions et ses petites hontes intimes, qui ne craint pas de montrer des aspects peu glorieux de lui-même.

 

Cathy Garcia Canalès

 

 

philippejonckheereOFF.jpg1951, Robert Frank prend une petite fille en photo dans les rues de Paris. Cette petite fille sera ma mère. Né le jour de la 1964ème commémoration du massacre des innocents. Entrée en 1986 à L’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs à Paris où je perds un peu de temps faute de recevoir l’enseignement que j’étais venu y chercher. Les professeurs de photographie sont des photographes stricto sensu, c’est dire. En 1988, deux ans d’études à The School of the Art Institute of Chicago, où je reçois notamment l’enseignement de Barbara Crane, Joyce Neimanas, Ken Josephson, Karen Savage et Bart Parker, je rattrape amplement le temps perdu aux Arts Décos. En 1990, je suis l’assistant de Robert Heineken, j’assiste à des miracles tous les jours. Fin 1991, retour en France, les choses vont mal. En 1993, à la suite d’un deuil, je commence à écrire, force est de constater que je ne sais pas écrire, mais je m’obstine, comme en toutes choses. 1995, Mai de la Photo à Reims, seule exposition d’envergure, l’exposition est censurée. Ça foire, comme en toutes choses. En 1995, je pars à Portsmouth en exil. Je fais les trois huit, travail alimentaire, sommeil, travail dans l’atelier ou travail alimentaire, travail dans l’atelier, sommeil, ou travail dans l’atelier, travail alimentaire, sommeil. En 1998, retour en France, je ne fais plus de photographie, presque plus, je continue d’essayer d’écrire, je fais des petits progrès. J’habite à la campagne. En 1999, j’achète un ordinateur personnel, j’apprends à m’en servir en apprenant à écrire, de même que j’apprends à écrire en apprenant à me servir de mon ordinateur. 1999 : Naissance de Madeleine Hannah De Jonckheere. En 2000, je construis un site Internet, le Désordre. C’est très long. Je me couche souvent très tard. Ça foire pas mal, mais je m’entête. En 2002, je reçois le prix multimédia de la Société des Gens de Lettres, ça ne foire pas tout le temps. En 2002, je tiens le journal de cette existence désordre, le bloc-notes du désordre, étonnant succès. En 2004, je reçois des lettres très encourageantes d’éditeurs mais qui ne proposent pas de projet d’édition. Ça foire encore un peu. Finalement, Adèle est née le 9 avril 2004, Nathan est enfin diagnostiqué autiste et mon père est opéré du cœur, les trois plus ou moins le même jour, c’est tout moi. Le journal de cette aventure est publié en 2008 par François Bon sur publie.net. En mai 2009, je participe à la grande rétrospective du Terrier au Nova de Bruxelles. Fin 2009, je travaille à l’iconographie et à la réalisation du numéro 109 de Manière de Voir (Monde diplomatique) : Internet, révolution culturelle. Depuis fin 2010, je travaille au spectacle Formes d’une Guerre avec l’écrivain François Bon et les musiciens Dominique Pifarély et Michele Rabbia. En 2012, Publication de Robert Frank, dans les lignes de sa main, Publie Papier. Philippe, film d’animation de trois minutes sur une musique d’Elémarsons. Un an de prises de vue, trois minutes d’animation. On ne rit pas. Invité envouté de Marie Richeux sur France Culture pour son émission Pas la peine de crier du 10 septembre 2012. En 2013, nouveau spectacle avec François Bon en lecteur de mon texte intitulé Contre et Dominique Pifarély, violon. Succès critique et salle (presque) pleine. Le rapport sexuel n’existe plus est son troisième roman publié aux éd. Inculte après Une fuite en Egypte (2017) et Raffut (2018). Les trois sont clairement autobiographiques.