Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2019

Khalil Gibran

 

Nul ne peut atteindre l'aube sans passer par le chemin de la nuit.

 

 

 

 

20:16 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

14/09/2019

David Besschops

 

Le reste du temps il s'enrobait d'un peignoir de chloroforme et se couchait sur de la vieille ouate devant les soleils tournant de l'œil à la télévision

in Placenta

 

 

23:46 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

12/09/2019

Andrzej Saramonowicz

 

Il est incroyable de voir la quantité de personnes qui sont complexées par leur corps et combien si peu le sont par leurs pensées

 

 

 

19:58 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

06/09/2019

Marina Tsetaieva

 

La corde s'effiloche, semble t-il
Et moi, je ne suis qu'un petit funambule
Et moi, ombre de l'ombre de l'autre
Somnambule aux deux lunes sombres

 

13 juillet 1914

 

 

 

20:27 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

05/09/2019

Dan Katchongva, dernier leader hopi du Clan du Soleil d'Hotevilla (1860 env. - 1972)

 

La nature nous parlera avec le souffle puissant du vent. Il y aura des tremblements de terre, des inondations et des feux étranges en différents endroits causant de grands désastres, des changements dans les saisons. Le temps aussi changera et la vie sauvage disparaîtra. La famine apparaîtra sous différentes formes. La corruption et la confusion grandiront parmi les leaders et les peuples à travers la terre entière, et les guerres surgiront comme des vents puissants.

 

 

 

 

08:47 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

03/09/2019

Jg Tartar(e)

 

Le migrant est ce frère qui parie contre la mort. Il quitte tout et repart de zéro. Il n'est pas victime de la détresse mais avocat de l’espoir, il n’appelle pas la charité mais le partage. Figure de proue de l’humanité promise aux pires défis, son exemple est crucial. L’ignorer est un suicide. 

 

 

 

12:06 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Marlène Tissot

 

l’économie, c’est pas une crise, tu sais

juste une puberté monétaire

les hormones à fleur de bourses

et ceux qui en tiennent les cordons

ne pensent qu’à baiser leur prochain

 

in Un jour, j’ai pas dormi de la nuit

 

 

 

 

 

11:52 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

26/08/2019

Marlène Tissot

 

ne t’approche pas trop

je suis un terrain glissant

 

in Un jour, j’ai pas dormi de la nuit

 

 

 

14:02 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

21/08/2019

P.P.Pasolini

 

le dernier des désastres, le désastre de tous les désastres

 

à propos de la société de consommation in Écrits corsaires

 

 

 

11:06 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

18/08/2019

Théodore Monod

 

Comment s’éveille-t-on aux beautés incomparables de ce jardin bordé de nuit ? Comment éprouve-t-on l’urgence d’agir pour ceux qui souffrent ? Pouvons-nous être touchés ? Avons-nous le don des larmes ?

in Révérence à la vie, 1999

 

 

 

 

11:33 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

12/08/2019

Marc Tison

 

On a tordu le ciel qui était beau

 

in des nuits au mixer

 

 

 

20:40 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Marlène Tissot

 

inutile de spéculer sur l’avenir

on finira tous par se faire acculer

 

in Un jour, j’ai pas dormi de la nuit

 

 

 

 

19:40 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

05/08/2019

Catherine Gil Alcala

 

Le soleil se lève sur la sidération du paysage dévasté,

les rats et les goules aux dents longues accourent au dîner des cendres.

 

in Zoartoïste

 

 

 

19:54 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Éric Barbier

 

 

L’herbe est si sèche – semaine sans pluies,

que le vol de deux martinets pourrait l’enflammer.

 

in D’un silence inachevé

 

 

 

12:46 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

04/08/2019

Murièle Modély

 

parfois on colmate     
on fait un enfant ou deux, et      
on utilise leurs rires ou leurs larmes comme plâtre       
cela marche un temps, puis ils grandissent 
ils s'en vont sur les chemins tracer leurs propres entailles    
avec des pierres coupantes
alors on reste un peu triste        
sauf les dimanches   
quand on se retrouve tous ensemble à table       
à tenter de remplir à la cuillère ou d'une phrase  
nos trous

 

 

 

10:49 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)