Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2018

Federico Mastrogiovanni

La stratégie de nombreuses compagnies pétrolières multinationales consiste à soutenir les gouvernements autoritaires de pays riches en ressources énergétiques. En retour, les gouvernements doivent s’engager à laisser se développer, dans les zones de gisements importants, un haut niveau de violence et de terreur, avec un grand nombre d’assassinats et de disparitions, afin de faciliter le déplacement forcé des populations qui y vivent.

 

in Ni vivants, ni morts – La disparition forcée au Mexique comme stratégie de terreur

 

 

 

11:42 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Federico Mastrogiovanni

Mais on ne peut plus ignorer les inégalités sociales, terribles au Mexique. La pauvreté du pays a été délibérément aggravée, la richesse se concentre entre les mains de quelques-uns et il y a des millions de pauvres. En même temps, on renforce l’armée et la police, parce qu’on sait que la réaction populaire peut éclater à tout moment. (…) Les personnes non seulement sont marginalisées, mais elles sont jetables.

 

in Ni vivants, ni morts – La disparition forcée au Mexique comme stratégie de terreur

 

 

 

11:35 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Marc Tison

 

Le sommeil t’attend. Tu n’en veux pas. Pourtant les draps frais sentent si près la mélancolie de l’enfant. Cet état qui t’apeure.

Comme un licol sur l’encolure d’un mustang.

in Des abribus pour l’exode

 

 

 

11:31 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

06/02/2018

Murièle Modély

 

Tu écris des poèmes

lorsque tu sens le réel se dérober

dès l’instant où personne ne te comprend

et vice et versa où tu ne comprends personne.

 

in Tu écris des poèmes

 

 

 

11:43 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Sébastien Ménard

 
On roule sous la pluie comme des monstres. Chemin perdu. Tout est beau. Froid. Humide. Et doux.
 
 
extrait de Je suis un monstre des chemins
 
In Traction Brabant 75
 
 
 
 

11:34 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (2)

04/02/2018

Marc Tison

 

Il y a tant d’espaces délabrés que tu revisites plein d’espoir, incrédule.

L’avant ne s’est pas peint d’éternité.

 

in Des abribus pour l’exode

 

 

 

12:17 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

03/02/2018

Marc Tison

 

Toute disparition fera un renouvellement.

 

 in Des abribus pour l’exode

 

 

 

23:23 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

02/02/2018

Paul Cosquer

 

Notre pas, ce qu’il déplace, est silencieux

 

in Nous, les poètes

 

 

 

18:18 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

01/02/2018

Louis Calaferte

 

Haïssez celui qui n’est pas de votre race
Haïssez celui qui n’a pas votre foi
Haïssez celui qui n’est pas de votre rang social
Haïssez, haïssez, vous serez haï.
De la haine, on passera à la croisade,
Vous tuerez ou vous serez tué
Quoi qu’il en soit, vous serez les victimes de votre haine
La loi est ainsi :
Vous ne pouvez être heureux seul
Si l’autre n’est pas heureux, vous ne le serez pas non plus,
Si l’autre n’a pas d’avenir, vous n’en aurez pas non plus,
Si l’autre vit d’amertume, vous en vivrez aussi,
Si l’autre est sans amour, vous le serez aussi.
Le monde est nous tous, ou rien.
L’abri de votre égoïsme est sans effet dans l’éternité.
Si l’autre n’existe pas, vous n’existez pas non plus.

 

 

 

19:33 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Marc Tison

 

Les notes juteuses - qui touchent le corps – se sont tirées des clips maniérés. Parties continuer la fête ailleurs. (…) Nous appelons alors musiques les dérangements sonores qui habillent les cliquetis des caisses enregistreuses des supermarchés.

 

in Des abribus pour l’exode

 

 

14:41 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

31/01/2018

Marc Tison

 

Les animateurs des émissions d’actualité et de divertissement des chaines de télévision ont des trous dans leurs mots. A travers passent d’immenses tristesses de rien. Alors les téléspectateurs tombent dedans.

Ceux qui n’ont pas de parachute s’écrasent méchamment le dedans de la tête.

 

in Des abribus pour l’exode

 

 

 

21:20 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

29/01/2018

Sébastien Ménard

 

Nos peaux sels soleils et sales. On pose une carte sur la table. On prononce le nom des villes. Le nom des lieux. On cherche le nom des vents. On monte un campement. Graminées. L’eau est tiède. Les lendemains ont le nom des routes. Tout s’embrase.

 

in Je suis un monstre des chemins

 

 

 

21:24 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Murièle Modély

 

le poème et toi vous êtes beaucoup de noir sur un peu de blanc

 

 in Tu écris des poèmes

 

 

 

15:10 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

27/01/2018

Jean Bédard

 

Partout où nous posons l’œil, nous rencontrons un savoir dense qui fait le cosmos. Nous seuls, les hommes, ne savons pas nous comporter et dédaignons de l’apprendre.

Pourtant, certains jours, le corps que nous méprisons de façon si hautaine nous rappelle à l’ordre. Alors que nous flânons dans les vastes solitudes de notre inconnaissance, nous gaussant des coqs et des ânes, notre corps fait soudain appel à nous.

in Marguerite de Porète

 

 

 

 

16:08 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Allen Ginsberg

 

Les corps chauds

brillent ensemble dans l'obscurité,

la main s'avance vers le centre

de la chair, la peau tremble

de bonheur et l'âme vient

joyeuse à l’œil

 

in Song

 

 

14:53 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)