Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/08/2018

Daniel De Bruycker & Maximilien Dauber

 

Nous ne comprenions rien –

en ces lieux, dit quelqu'un

‘comprendre’ n’est pas le mot juste.

 

in Exode

 

 

 

11:19 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Guénane

 

L’horizon   les dents du vent

aimantent les solitaires

les rêveurs de rupture

ceux qui ne craignent de se rencontrer 

 

in Ma Patagonie

 

 

 

11:08 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

02/08/2018

Murièle Modély

 

vibrant et lumineux comme le mot racine

dissimulé dans ta première dent de lait

 

in Tu écris des poèmes

 

 

 

11:13 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

27/07/2018

Roberto Juarroz

 

Le poète est un marginal et un exilé : c est dans cette position-là, précisément, qu'il peut s adresser à l'homme. Le poète n'enseigne rien : il crée, et il partage. La poésie consiste à être, et c'est en cela qu'elle offre l'ultime planche de salut en un monde qui se noie. 

 

 

 

13:18 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

26/07/2018

Estelle Gillard

 

 

Les rues luisantes

Étaient une mise en scène

La lune une mystification

Le chant des oiseaux un artefact

Mes poèmes étaient bidon

Et moi en toc

 

in Traction Brabant 76

 

 

 

19:26 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

15/07/2018

Günther Anders

« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d’Hitler sont dépassées. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes.

L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif.

Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser. On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux.

En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté. Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu’il faudra entretenir – sera celle d’être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur.

L’homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu’il est : un veau, et il doit être surveillé comme doit l’être un troupeau. Tout ce qui permet d’endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l’éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu. Toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutiennent devront ensuite être traités comme tels. »

in L’Obsolescence de l’homme, 1956

 

 

 

01:20 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

06/07/2018

Guénane

 

le même vent te précède

te suit  te délie

t’enracine d’un revers

le vent est libre

les souvenirs aussi

 

in Ma Patagonie

 

 

 

10:18 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Guénane

 

Terre des feux éteints

des rêves consumés

 

in Ma Patagonie

 

 

 

09:59 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

03/07/2018

Éric Barbier

 

Sur le coteau un troupeau paisse l’herbe maigre jusqu’à mordre de jeunes soleils.

Tout semble paisible, rien n’est silence.

 

 

 in D’un silence inachevé

 

 

 

14:42 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

29/06/2018

Arthur Rimbaud

 

Glaciers, soleils d’argent, flots nacreux, cieux de braises !
Échouages hideux au fond des golfes bruns
Où les serpents géants dévorés des punaises
Choient, des arbres tordus, avec de noirs parfums !

 

in Le bateau ivre

 

 

 

19:53 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

25/06/2018

Isabelle Le Gouic

 

La mer y est nomade,

rouge,

sous un ciel détrempé.

 

Elle palpite

comme au sursaut des veines.

Des hublots sont ouverts sur nos âmes sereines.

Nous avons effacé les tempêtes.

 

 

 

 

 

09:22 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (1)

24/06/2018

Éric Barbier

 

 

Parler d’une voix inhumée parmi des cahiers de marbres éblouis.

 

 

in D’un silence inachevé

 

 

 

22:16 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

HD Marinella

 

à y regarder de près

toute chose que le jour t’apporte

est mystère et étrangeté

appel au silence

 

& terreur d’écorché vif

 

in Traction Brabant 78

 

 

 

 

 

 

 

 

21:52 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Marguerite Yourcenar

 

L’homme a peu de chances de cesser d’être un tortionnaire pour l’homme, tant qu’il continuera à apprendre sur l’animal son métier de bourreau. 


in Les Yeux ouverts

 

 

 

 

 

21:48 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

17/06/2018

Shunryu Suzuki

35238074_1886820094681691_9042970482571214848_n.jpg

 

 

 

12:48 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)