Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2017

Andreas Reh - In between heaven and hell

Andreas Reh In between heaven and hell.jpg

 

 

Charles Bukowski

charles bukowski_n.jpg

 

 

18:58 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Auteur inconnu - Membre du groupe Indians of All Tribes, occupant l'ancienne prison d'Alcatraz Island - 1969

Members of the Indians of All Tribes group, occupying the former prison at Alcatraz Island, 1969_n.jpg

 

 

26/04/2017

Auteur inconnu - Hameau de La Blaquière - Larzac

blaquiereblog5.jpg

 

 

Dennis Lehane

 

La politique, pour lui, c'était un peu comme une chouette cabane dans les arbres : une fois à l'intérieur avec les petits caïds du voisinage, il suffisait de retirer l'échelle pour laisser en bas tous les crétins. 

in Ténèbres prenez-moi la main

 

 

19:02 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (1)

Arno Rafael Minkkinen

Arno Rafael Minkkinen.jpg

 

ZOOLOGIQUE ?

Les singes font des signes mais les cygnes font-ils des singes ?

 

cg in Bonzaïs hallucinogènes (Gros Textes 2017)

 

 

 

Viviane Forrester

Nous vivons au sein d'un leurre magistral, d'un monde disparu que des politiques artificielles prétendent perpétuer. Nos concepts du travail et par là du chômage, autour desquels la politique se joue (ou prétend se jouer) n'ont plus de substance : des millions de vies sont ravagées, des destins sont anéantis par cet anachronisme. L'imposture générale continue d'imposer les systèmes d'une société périmée afin que passe inaperçue une nouvelle forme de civilisation qui déjà pointe, où seul un très faible pourcentage de la population terrestre trouvera des fonctions. L'extinction du travail passe pour une simple éclipse alors que, pour la première fois dans l'Histoire, l'ensemble des êtres humains est de moins en moins nécessaire au petit nombre qui façonne l'économie et détient le pouvoir. Nous découvrons qu'au-delà de l'exploitation des hommes, il y avait pire, et que, devant le fait de n'être plus même exploitable, la foule des hommes tenus pour superflus peut trembler, et chaque homme dans cette foule. De l'exploitation à l'exclusion, de l'exclusion à l'élimination... ? 

in L'horreur économique par – 1996

 

 

18:58 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

25/04/2017

Crina Prida

crina prida 500.jpg

Au sentiment d’encombrement répond le désir de se dépouiller sur tous les plans, se dépouiller de tout ce qui n’est pas essentiel. La sensation est très forte, impérative. La terre, les plantes, l’eau, l’air, le corps, le cœur. Ce n’est plus un temps de création, mais de lâcher-prise. La fructification se fera d’elle-même, ou pas. Peu importe. Lâcher les peurs, lâcher la honte et la culpabilité qui n’ont aucun motif réel. Vieux poisons bien incrustés. Il en faut des cycles et des saisons pour se nettoyer en profondeur et il faut marcher, arpenter les chemins. Faire circuler le sang dans les veines du monde.

cg in le livre des sensations

 

 

 

 

Hélène Desplechin

Hélène desplechin a7.jpg

 

 

Yves Artufel

 

Je vais jusqu’à l’horizon pousser ma brouette de décombres. Après on avisera.

 

 

 

 

22:13 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Don McCullin

Don McCullin.jpg

 

nous secouerons la pesanteur

pour fuir l’étreinte des goudrons

 à l’envers des fleurs

roulerons dans les taillis

sous les horizons tranchants

comme des rasoirs

à la gorge du ciel

 

cg in Aujourd'hui est habitable

 

 

 

Auteur inconnu

169_n.jpg

 

 

Alexis de Vilar

Alexis de Vilar.jpg

 

 

« D'ombres » lu par Patrice Maltaverne

 

D'OMBRES COUV small.jpg« D'ombres » est un recueil de courts poèmes en vers libres datés des années 1990 à 2013, qui vient d'être autoédité par Cathy Garcia à l'enseigne de « A tire d'ailes ».

Il s'agit ici surtout d'un recueil d'infortunes, portraits de SDF et de morts solitaires. Cependant, se contenter de dire cela serait ne voir dans « D'ombres » que son aspect réaliste.

En effet ces poèmes sont plus que cela, avec leur mise en scène, presque gothique parfois, et renvoient davantage à une « exaltation », certes, ténébreuse, qu'à la répétition d'un même abattement.

J'y ai souvent trouvé aussi le rythme des chansons, avec des vers coupés courts, parfois répétés, mis en apposition.

 

Ci-après deux poèmes extraits de « D'ombres » :

 

« le roi des taupes

sur le parvis de sa raison

gît sa cervelle abattue

jusqu’à oublier son nom

craché là au coin d’une rue

le souffle des rames

les croûtes et les rats

sa bonne étoile, qu'il dit

brille au cul des bouteilles

il parle aux corbeaux

que personne ne voit

je suis le roi des taupes,

qu'il dit, et je vous enterre »

 

 

«ressac

le chant des choses communes

déborde des fosses et coule

samedi dimanche

quotidien limé

parfaitement vernissé

marquer les jours d'une voix blanche

troupeau vertige

sur falaises de craie

en bas la mer Virginia

sur un pupitre de buis noir

mourir c’est s’ouvrir un peu

montrer le battement rouge

du cœur »

 

Les illustrations (des encres, dont celle de la couverture) sont également de Cathy Garcia.

 

http://poesiechroniquetamalle.blogspot.fr/2017/04/dombres...

 

 

 

 

 

 

 

24/04/2017

CORTAR CABEZAS (Toño fM y Raúl Lago)

CoRTarcabezas_n500.jpg