Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2016

Revue LICHEN - n° 2 (avril 2016)

Nouveau bandeau lichen.jpg

 

 

Au sommaire de ce numéro 2 :

Éditorial

Avis important aux éventuels candidat(e)s à la publication

El Angelraya : quatre pages des Carnets de traces

Patrick Chavardès : « Bouts rimés », « Dernier mot » et « Décousu »

Carine-Laure Desguin : « Et de traverser le corps »

Colette Daviles-Estinès : six poèmes récents

Khalid El Morabethi : « C cédille »

Cathy Garcia : « Passe passe » et « Février »

Gabriel Henry : « Vrai sommeil » et « Genèse »

Leafar Izen : « Les choses de la nuit », « Les vies gribouillées » et « Visage et figure »

Mark Kerjean : « La proximité des plantes » et « Hors tension »

Robert Latxague : « Plein les yeux » et « Olé ! »

Joëlle Pétillot : « Les petites coutures »

Boris Ryzji : un poème sans titre, traduit du russe par Jean-Baptiste Para 

Clément G. Second : Trois poèmes

Sabine Venaruzzo : « Dernier acte avant la bombe » et « Le démocrate »

Vu et approuvé : rencontre avec Fred Theys 

Guillemet de Parantez : bidouillage sémantique à partir du don de mot.

 

 

 

Skitsofrenis - Kalamata, Grèce - Not alone

Skitsofrenis, kalamata grèce Not alone.jpg

 

 

12:15 Publié dans WE HUMANZ | Lien permanent | Commentaires (0)

Daemonia Nymphe - Nymphs Of The Seagod Nereus

 

 

12:05 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

30/03/2016

Paul Ranson - The Blue Room - 1891

Paul Ranson, The Blue Room, 1891.jpg

 

 

 

Revue Nouveaux Délits, le numéro 54

 

Avril-mai-juin 2016

nu (E).jpg

Avril-Mai-Juin 2016

 

 

Exister est un écartèlement permanent. Entre spleen et idéal pensait Baudelaire, mais savoir vivre c’est savoir accepter sans se résigner, savoir lâcher-prise sans lâcher la main de l’autre. Renoncer au bonheur mirage, ces innombrables projections du système sur l’écran de nos désirs jusqu’au viol même de notre intégrité. Achète, consomme, travaille encore pour acheter, consommer sans poser de question et tu seras heureux. Pas encore aujourd’hui, mais demain, oui c’est certain. C’est prouvé par la science. Demain sera le grand jour, demain tu seras riche, le héros de ta vie, admiré, adulé, envié, car tu le mérites. Avec ce qu’il faut de peur pour avoir besoin de se protéger derrière des remparts d’achats sécurisants.

 

Il y a les belles choses, les savoureuses et ce ne sont pas des choses, mais des êtres et des sentiments, des émotions, des sensations, des échanges, des partages, des solitudes aussi, pleines et débordantes de vie.

 

Il y a les peurs oui, innombrables, envahissantes, les mauvais pressentiments, les ennuis à répétition, les injustices, les coups du sort qui s’acharne et tout ce qu’il faudrait comprendre pour transformer, se transformer soi sans savoir s’il faut avancer ou reculer, s’il faut ci, s’il faut ça…. La mécanique enrayée du mental. L’envie de dormir.

 

L’argent reste le problème omniprésent, omnipotent, un piège infâme, le plus toxique des mirages, la plus cruelle des machettes. Cette peur de manquer, de chuter encore plus bas, cette tache sur soi qui s’agrandit et nous définit plus que n’importe quoi d’autre : pauvre. C’est immonde d’être défini par cette tache, tout le monde le sait, mais rien ne change, une seule chose compte : en avoir ou ne pas en avoir. Dans une société aussi férocement individualiste que la nôtre, ce qui fait lien c’est « en avoir », ce qui ouvre toutes les portes, aussi vaines soient-elles, c’est « en avoir beaucoup ».

 

Une seule planète, plusieurs mondes qui ne se côtoient pas. L’un d’eux est en train de dévorer tous les autres.

 

Cg, extrait de ©Ourse (bi)polaire

 

 

Je suis pauvre et nu, mais je suis le chef de la nation. Nous ne voulons pas de richesse mais nous tenons à instruire correctement nos enfants. Les richesses ne nous serviraient à rien. Nous ne pourrions pas les emporter avec nous dans l’autre monde. Nous ne voulons pas de richesses. Nous voulons la paix et l’amour.

Red Cloud Chef Sioux Oglala

 

 

Migrations.jpg

 

Nouveaux Délits - Avril 2016 - ISSN : 1761-6530 - Dépôt légal : à parution - Imprimée sur papier recyclé et diffusée par l’Association Nouveaux Délits Coupable responsable de tout : Cathy Garcia Illustrateur : Henri Cachau    

http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/

 

 

 

29/03/2016

Projet Zanaky ny lalana - Erick Anthony Raveloson - Antanarivo

Projet Zanaky ny lalana Antanarivo Erick Anthony Raveloson_n.jpg

 

 

Bonga - mona ki ngi xica

 

 

22:32 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Salade sourire sauvage

014.JPG

 

Chou rouge, pommes de terre déjà cuites, mascarpone, moutarde, huile d'olive, vinaigre de cidre, omégasio, tiges vertes d'oignons frais, feuilles et fleurs de pissenlits, pâquerettes, violettes, quelques tête de lamier pourpre en fleurs, deux trois feuilles de pimprenelle, une fleur de calendula...

 

Dans un saladier mélanger deux trois cuillères à soupe de mascarpone, avec une cuillère de moutarde, huile d'olive, un peu de vinaigre et de l'omégasio, rajouter les tiges d'oignons frais, mélanger encore, puis les pommes de terres en morceaux, du chou rouge émincé, les feuilles et les pétales des fleurs de pissenlit et de la fleur de calendula, les violettes et pâquerettes, le lamier et la pimprenelle découpés, bien mélanger. 

 

Dégustez des yeux d'abord, souriez et puis régalez-vous ! 

 

 

 

 

 

Alain-Jean Macé

 

A l’abri du vent

Sur les sablières

Des moineaux couvant

Religieusement

 

in Fi d’ailes (Pages insulaires 26)

 

 

14:26 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Norman Ackroyd - From Malin Head - Tory Island - Irlande - 2009

Norman Ackroyd From-Malin-Head-Tory-Island Irlande 2009.jpg

 

 

Shizue Ogawa

 

Jetez-y les os des vieux

Qui ont des trous

Jetez-y les os transparents des enfants,

Jetez-les vers le berceau des chants

Au fond de la mer, où ils sont nés

Pour tenter de bloquer les vagues

Qui ne cessent de s’agiter.

 

traduit par Michèle Duclos depuis la version anglaise

In Traversée n°68, mai 2013

 

 

 

14:22 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Ray Caesar - Silent partner

Ray Caesar silent partner.jpg

 

 

Saïd Mohamed

 

J’aime les mots qui rabotent la peau.

 

in Souffles

 

 

 

09:31 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Margrethe Mather - Billy Justema in a Kimono - 1923

Margrethe MatherSemi-nude Billy Justema in a Kimono (1923).jpg

Et puis j’ai besoin qu’on me touche pour me prouver que j’existe,

ça me rassure, ça me recentre, me resserre…

 

cg in Journal 1995

 

 

 

Alix Cléo Roubaud

Alix Cléo Roubaud_n.jpg