Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2016

Blixa Bargeld - Soul desert

 

 

09:01 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Izabella Ortiz - Naissance de l'arbre-lézard

Izabella Ortiz naissance de l'arbre-lézard.jpg

 

 

Pavan K. Varma

 

Il n’y a qu’aux êtres condamnés qu’est donnée la lucidité de voir à quel point ce qui leur avait paru important n’est que foutaise.

 

in Les Falaises de Wangsisina

 

 

 

00:09 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Peggy Colemane - Green Heron

Peggy Colemane Green Heronn.jpg

 

 

Amir Khusro

 

Ô Khusro, la rivière de l’amour suit sa propre loi

Ceux qui l’ont traversée s’y sont noyés à coup sûr

Ceux qui s’y sont noyés l’ont traversée

 

 

 

00:05 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

19/05/2016

Rachel Davis - Près de Shamen Rock, Olkhon Island - Russie

Rachel A. davis Lake Baikal, Irkutskaya Oblast, Olkhon Island Russia_n.jpg

Chacun porte son temple en soi. Chacun est sa propre offrande.

 

cg in Journal 1999

 

 

 

18/05/2016

William Hyde - the woods of Westermain - Surrey

William Hyde the woods of westermain Surrey.jpg

 

 

G.K. Chesterton

 

Les contes de fées sont les seules institutions démocratiques

 

 

11:47 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Nikos Economopoulos - Gipsy girl - Shantytown of Lamia, Thessalie, Grèce - 1994

Nikos Economopoulos GREECE. Thessaly. Shantytown of Lamia. Gypsies. 1994..jpg

 

 

17/05/2016

Aretha Franklin - Ain't No Way

 

 

20:27 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Anaïs Nin

 

Et à l’intérieur de cette femme, il y avait toujours une enfant sans père, une enfant qui n’était pas morte quand elle aurait dû mourir et il y aurait toujours le fantôme de la petite fille qui pleurait à l’intérieur, qui pleurait la perte d’un père. 

 

 

20:27 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Norman Ackroyd

Norman Ackroyd 0.png

 

 

Tomas Tranströmer



 En mars –79

Las de tous ceux qui viennent avec des mots
 Des mots, mais pas de langage,
 Je partis pour l'île recouverte de neige.
 L'indomptable n'a pas de mots !
 Ses pages blanches s'étalent dans tous les sens.
 Je tombe sur les traces de pas d'un cerf dans la neige
 Pas des mots, mais un langage.

in Baltiques, 1983 / traduction Jacques Outin

 

 

 

13:52 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Nikolai Platonovich Andreev - Moonlight night - 1924

Nikolai Platonovich Andreev • Moonlight night 1924.jpg

 

 

Céline Renoux

 

Souvent je voudrais échapper à l’enfant que j’étais
mais il arrive toujours un moment où elle regagne le terrain perdu
j’ai beau accélérer pour qu’elle s’essouffle,
creuser la distance pour ne plus l’entendre,
elle finit chaque fois par me rejoindre
et moi par la reprendre
sans doute parce-qu’elle n’est pas finie,
que quelque chose très tôt s’est brisé,
a freiné la courbe et l’élan.
Je voudrais que le barrage cède
je voudrais pleurer un bon coup
j’écris simplement là où je voudrais pleurer.
J’écris où le sang s’écoule,
ruisselle le long des cuisses
j’écris du fond de l’enfance
et du creux de mon ventre
j’écris pour me rapprocher du point de vertige
J’écris sur l’ourlet brûlant de la bouche de l’enfant
j’écris parce-que j’ai décidé de perdre la mémoire
J’écris où il me faut sans cesse revenir
J’écris avec toujours ce mouvement de la mer
qui berce et gronde,
monte et redescend,
se jette pour mieux s’éloigner
j’écris lorsque les vagues sont trop grandes
j’écris pour être moins terrifiée
j’écris parce-que tu ne m’as pas dévorée entièrement
j’écris depuis l’intérieur du labyrinthe
j’écris du fond de mes poches trouées
par poignées de silence
j’écris sur la trame usée du jean
ou l’encre bleue pâlit.
J’écris parce-que je suis mal faite
qu’il y a des vices de forme
un défaut d’origine

 

 

http://lafilledesastres.com/