Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/08/2014

Auteur inconnu

Ali hasan_n.jpg

 

 

Parfois, il y a des courts circuits entre les émotions, les sentiments… ça peut mettre le feu ou plonger l’esprit dans le noir… Pas le noir de l’amertume ou de la tristesse, non, juste la coupure d’électricité, la panne… et je ne sais plus ce que j’éprouve. Je sais juste que marcher se fait en mettant un pas devant l’autre, un pas après l’autre avec un peu d’attention pour voir où on met les pieds, mais toujours un pas après l’autre.

 

cg in Journal 2004

 

 

Spencer Tunick - Burning man Festival

10342444_10151803476347168_8926624912036040242_n.jpg

 

Mon amour est sans concession, mon amour est barbare. Pas assez dilué. J’aime ou je déteste. J’aime et tout doit brûler. Je cherche le diamant de l’homme, un cœur pur, une âme fraîche comme un torrent, une peau douce comme l’aurore. Je cherche un homme fort comme une femme et doux comme un chat.

 

cg in Journal 2008

 

 

 

Ines de la Torre - Le messie féminin

ines de la torre Le messie féminin.jpg

 

Je me sens entière et vaste, plein d’espace dans ma tête, dans mon cœur, bien en ce corps imparfait que je commence enfin de nouveau à accepter, regarder comme mien. Ce corps marqué par la maternité, une maternité difficile mais qui a fait de moi la femme que je suis aujourd’hui. Une femme que je regarde avec amour enfin, confiante dans mes forces comme dans mes faiblesses, parfaitement consciente que je peux souffrir encore, chuter encore et que la vie n’est que recommencement, multitude de morts et de renouveaux.

 

cg in Journal 2005

 

 

 

24/07/2014

Jesus Martinez Flores - Metamorfosis

Jesus Martinez Flores metamorfosis _o.jpg

 

M'accepter telle que je suis, serrer la main à mes monstres et leur donner une chance de métamorphose. Embrasser la bête...

 

cg in Journal 1996

 

 

22/07/2014

Jack Barnosky - Rome dancing girl

jack barnosky Rome dancing girl .jpg

 

Parfois, pourtant, je suis tant étourdie par la profusion de soleil, d'air, de parfums que je me mets à danser au rythme de ces ondulations qui naissent au creux de mon ventre et j'oublie alors tous les dangers tapis dans l'ombre, toutes les griffes prêtes à saisir !

 

cg in Journal 1996

 

 

 

19/07/2014

Marjorie Cameron - Winged angel - 1960

Marjorie Cameron winged angel 1960_n.jpg

 

 

D’une main l'amour nous donne des ailes,

mais dans l'autre, il tient une paire de ciseaux...

 

cg in Journal 1996

 

 

 

 

 

 

Steve Mc Curry - Bouddha couché du Galvihara (XIIè s) - Polonnaruwa - Sri Lanka

Steve Mc Curry       Bouddha couché du Galvihara à Polonnaruwa XIIè s Sri Lanka.jpg

 

Une source pour mes soifs. J’ai besoin d’être étanchée, que les creux se comblent un peu, pour trouver la force et la sérénité afin de structurer la pâte des rêves. Concrétiser. Je sais que cela ne tient qu’à moi et c’est bien là mon défi. De la solitude, il me faut faire un joyau.

 

Cg in Journal 2006

 

 

14/07/2014

Ivan Marchuk

Ivan Marchuk - Tutt'Art@ (5).jpg

 

J’ai voulu affronter la solitude pour trouver un sens à ma vie mais ma vie est un non-sens depuis toujours. Je détruis tout ce que j’ai entre les mains y compris moi-même. Je grimpe, je grimpe et puis attirée par le vide, je me jette à chaque fois de nouveau au bas de l’échelle.

 

cg in Journal 1993

 

 

 

 

Franz von Stuck - Pluton - 1909

Franz von Stuck  Pluto 1909_n.jpg

 

J’écoute Wire. J’attends. Personne ne viendra… Il y a des éclairs dans le ciel, mais pas d’orage. Electricité à fleur de peau. Et je suis seule, encore et toujours. Les éclairs sont de plus en plus violents, c’est beau. Décidément le mois de mai est encore un mois électrique, comme l’an dernier, seulement l’an dernier, tout a carrément court-circuité dans ma tête.

Pas envie d’écrire. Je glande. J’attends. J’attends le vent, la tempête ou la mort… Non. Rien de si grave. Pourtant, selon l’horoscope, le jour est à la gravité cause Pluton…

Sex térioriser, sex primer, sex alter, sex clamer, sex cuser, sex iter, sex ister…

Masse sombre dans la nuit, ils s’avancent sans bruit, clameur sourde qui monte, ça y est le tonnerre a grondé. Je pense au poème d’Aloysius Bertrand sur l’orage.

 

cg in Journal 1993

 

 

 

 

 

 

 

Alphonse Mucha - The moon

alphonse mucha the moon 5_n.jpg

 

C’est à moi d’assumer ou de renoncer à cette femme qui cherche à naître. Femme ancienne et neuve tout à la fois, comme la lune. La fraîcheur m’enveloppe les épaules d’un châle humide, il est temps de rentrer.

 

cg in Journal 2001

 

 

10/07/2014

Siegfried Zademack - Ungenaue Bedrohung

Siegfried Zademack Ungenaue Bedrohung.jpg

 

Garder mon énergie pour ce qui en vaut la peine. La vie m’a prouvée maintes fois que la justice est équilibre, et quel que soit le poids, l’équilibre se rétablit toujours à un moment ou à un autre.

 

cg in Journal 2001

 

 

04/07/2014

Penny Hardy - You blew me away

penny hardy you blew me away ~ scrap metal steel.jpg

 

Tu me déchires, tu m’ouvres les yeux. Pas de ventre, pas d’appel chaud et humide, seulement le vent sec sur le désert, le vent de l’âme. Je sens, je me raconte, je rêve, c’est bon. J’ai trouvé ce que tu cherches, tu devrais m’envier.

 

cg in Journal 2001

 

 

 

 

03/07/2014

Andrew Wyeth - The Helga Pictures (1971-85)0

Andrew Wyeth - The Helga Pictures (1971-85)0.jpg

 

Moi ce que je veux, c’est rêver avec lui, rêver de lui, rêver pour lui, l’aimer comme peuvent aimer les sorcières.

 

cg in Journal 1995

 

 

 

 

02/07/2014

Modest Cuixart i Tàpies - Fred de Maloia - 1990

Modest Cuixart i TàpiesFred de Maloia 1990 .jpg

 

Cette culture détransée a perdu le sens, l’essence, l’essentiel.

La musique nourrit les cellules, comme les parfums, les lumières…

La basse qui avale, engloutit les sons dans une matrice aquatique.

 

 

cg in Journal 2005

 

 

Yuri Pervushin

Yuri Pervushin_500.jpg

 

Mais ce qui est charmant chez moi, c’est aussi de l’immaturité et quand je joue à la mature, je deviens dure alors mieux vaut, effectivement, m’aimer comme je suis, un peu comme on aime les oiseaux, juste pour le plaisir de les voir vivre en liberté, offrant le spectacle d’eux-mêmes sans se soucier de savoir s’ils font bien ou pas. On peut me parler, me regarder, me toucher même contrairement aux oiseaux, mais on ne peut m’enfermer, me nourrir de graines chaque jour identiques, me dicter les moments où il faut dormir, les moments où il faut chanter, car alors je perds mes couleurs, ma voix… Ne restent plus que mes serres et un bec clos et acéré. Je me laisse mourir ou je tue mon geôlier. Symboliquement bien entendu, car je souffre terriblement de blesser les êtres qui m’ont donné leur amour. Je cherche à les protéger de ma tristesse mortelle, je me force même parfois à leur donner l’illusion que je chante encore et que ma foi, les graines de ne sont pas si mauvaises même si je rêve de manger des fleurs…

 

cg in Journal 2001