Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/07/2014

Andrew Wyeth - The Helga Pictures (1971-85)0

Andrew Wyeth - The Helga Pictures (1971-85)0.jpg

 

Moi ce que je veux, c’est rêver avec lui, rêver de lui, rêver pour lui, l’aimer comme peuvent aimer les sorcières.

 

cg in Journal 1995

 

 

 

 

02/07/2014

Modest Cuixart i Tàpies - Fred de Maloia - 1990

Modest Cuixart i TàpiesFred de Maloia 1990 .jpg

 

Cette culture détransée a perdu le sens, l’essence, l’essentiel.

La musique nourrit les cellules, comme les parfums, les lumières…

La basse qui avale, engloutit les sons dans une matrice aquatique.

 

 

cg in Journal 2005

 

 

Yuri Pervushin

Yuri Pervushin_500.jpg

 

Mais ce qui est charmant chez moi, c’est aussi de l’immaturité et quand je joue à la mature, je deviens dure alors mieux vaut, effectivement, m’aimer comme je suis, un peu comme on aime les oiseaux, juste pour le plaisir de les voir vivre en liberté, offrant le spectacle d’eux-mêmes sans se soucier de savoir s’ils font bien ou pas. On peut me parler, me regarder, me toucher même contrairement aux oiseaux, mais on ne peut m’enfermer, me nourrir de graines chaque jour identiques, me dicter les moments où il faut dormir, les moments où il faut chanter, car alors je perds mes couleurs, ma voix… Ne restent plus que mes serres et un bec clos et acéré. Je me laisse mourir ou je tue mon geôlier. Symboliquement bien entendu, car je souffre terriblement de blesser les êtres qui m’ont donné leur amour. Je cherche à les protéger de ma tristesse mortelle, je me force même parfois à leur donner l’illusion que je chante encore et que ma foi, les graines de ne sont pas si mauvaises même si je rêve de manger des fleurs…

 

cg in Journal 2001

 

 

02/06/2014

Stephan Fürnrohr

Stephan Fürnrohr 96.jpg

 

 

Contempler jusqu'à renverser le monde, passer de l'autre côté du fameux miroir. Le verre conjugué à la lumière est une porte, l'eau mariée au ciel est une porte également. Le reflet devient réalité à part entière et l'autre dans le reflet, c'est moi, mais ce n'est pas moi. Cela me ramène encore à l'idée du double dans le miroir qui se met à vivre d'une vie propre. Où finit le conte et où commence le cauchemar?

 

Et si le double du miroir possède lui aussi un miroir ? Et nous voilà, multipliés à l'infini, un sens au mot éternité.

 

 

cg in Journal 1997

 

 

 

 

 

01/06/2014

Aleksandra Waliszewska

Aleksandra Waliszewska 500.jpg

 

Ange ou démon? Je m'égare

et avant tout en moi-même !

 

 

cg in Journal 1997 

 

 

 


 

24/05/2014

Elaine Alibrandi - Onset

Elaine Alibrandi -Onset.jpg

 

La musique jette ses filaments, son fin réseau de capillaires, elle m’appelle… Et puis de nouveau les intuitions. J’ai quelque chose à apprendre ici en ce lieu, à lâcher en ce lieu de retrait, avec la grande ourse à l’aplomb de ma tête. J’entends bêler au loin. Un son étrange.

Rien n’a de sens, tout a un sens.

 

cg in Journal 2005

 

 

13/05/2014

Sophie Wilkins - L'oracle

Sophie Wilkins L'oracle.jpg

 

Tu es la Terre, principe yin redoublé, non mutable. J’enfante. Je suis la masse pressée, compressée de tous les cadavres de la création. Je donne vie et la vie se donne à moi. Que dois–je faire d’un oracle pareil ? Il m’est demandé de tout donner, tout donner puisque de toute façon, tout revient à la terre. Et je suis si seule, si seule dans cet univers. La Terre porte la vie mais qui donc porte la Terre ?

 

cg in Journal 2008

 

 

 

24/04/2014

Xin Li

Xin Li 2.jpg

 

 

Je connais ce sentiment, il n'est pas anodin. C'est une ampoule qui clignote, signifiant que je ne suis plus abordable, plus du tout raisonnable, pas gentille non plus ! Il n'y a plus que la solitude qui peut me calmer, l'éloignement. Je me sens partie si loin, je me sais inaccessible et je ne peux plus stopper le processus. Je fous l'amour à la porte comme un malpropre !

 

cg in Journal 1996

 

 

 

 

 

 

18/04/2014

Remedios Varo Uranga - Find - 1956

Remedios Varo Find 1956 .jpg

 

Je voyage toujours et encore, en partance ou immobile, je voyage, je m’évade, je brode et je brûle. C’est trop, c’est trop pour un seul homme, épuisant peut-être. Qui d’autre que moi peut me suivre ? Survivre, vivre au dessus, comprendre autre chose, ne plus pouvoir retourner en arrière, dans la légalité. Le réduit qui nous est destiné.

 

cg in Journal 2001

 

 

 

Kenji Wakasugi

Kenji Wakasugi0.png

 

Je vogue dans le flou, mes désirs sont flous...

 

cg in Journal 1997

 

 

 

 

 

14/04/2014

József Árpád Koppay

József Árpád Koppay.jpg

 

Je suis la hantise des hommes. J’ai placé Lilith sur le trône. En Lion. Orgueilleuse Lilith, combien de mâles te faut-il encore ? Jamais tu ne seras assouvie, car tu ne cherches que la libération. Et voici un soleil qui vient s’opposer à toi, t’éclairer toi, l’obscure. Un soleil à la peau noire pour t’éclairer, toi, la plus noire des noires. J’en ai marre de toi, tu es cruelle, drapée dans tes douleurs immémoriales. Sans concession. Celui qui te dominera devra être plus cruel que toi et moi j’en ai marre, alors refaisons le rite et que je sois libérée enfin. Pouvoir aimer. Je ne connais pas mes limites, faut-il vraiment les connaître pour ne plus se sentir perdu en soi même ?

 

cg in Journal 2006

 

 

12/04/2014

Hubble Space Telescope - Neptune

neptune hubble Space telescope.jpg

 

Voyage au bout de ma nuit. Journal d’une instabilité psychique. La lune plonge et baise avec Neptune. Rythme. Énergie. Son. Vibration. Euphonies incantatoires. Parfois la route est large et resplendissante, tellement que les yeux se ferment, éblouis. En profiter pour faire pénétrer le vent du large dans les poumons. Se mettre au diapason. Ne l’avais–je pas dis ? « Je trouve la paix sur les ailes d’un délire ». J’explore entre deux avenues de soleil, des catacombes étrangement familières. Je suis au-dessous de la ligne de flottaison. Faire confiance. On ne risque jamais rien de plus que sa vie. Naître, c’est risquer sa vie. Je me fraie un passage entre deux falaises, c’est parfois d’une étouffantes lenteur, puis soudain les rapides et la navigation à l’instinct. Prise de risque oui, mais nulle part où débarquer, alors il faut continuer, louvoyer entre les falaises abruptes, immenses. C’est une naissance longue, compliquée, douloureuse mais qu’importe, il ne s’agit toujours que d’ici et maintenant. Je m’épouvante d’un rien, je me réjouis d’un rien, c’est un genre d’équilibre, de grand écart. La vie n’est-elle pas un grand écart ? Buissonnière d’essence. Il me faut encore changer de peau, ma peau d’âme, la peau intérieure, grand ménage. Une période riche, parfois atrocement dérangeante… La peur jugulante. De nouveau crever d’anciens yeux pour déciller les nouveaux, me traquer dans les moindres recoins. Je suis le pisteur, je flaire mes déjections morales, me suis à la trace de mes compromissions, me fouette l’ego parce que j’aime ça. C’est comme une douche glacée en plein hiver dans la montagne.

 

cg in Journal 2005

 

 

 

11/04/2014

Alain Laboile

Alain Laboile.jpg

 

 

 

J’ai toujours cette image de deux enfants, peut-être les premiers, peut-être les derniers, cheminant en silence, seuls et étrangement unis. Vers quoi marchent-ils ? Sur quel fil invisible sont ils en équilibre ? Lequel a t-il le pas le plus sûr ? Qui lâchera l’autre le premier ?

 

La petite fille qui croit avoir des ailes ou le petit garçon qui préfère marcher en aveugle ? Peut-être ont-ils tous deux des ailes et ils ne le savent pas. Ce sont peut-être des anges, chacun est l’ange de l’autre.

 

cg in Journal 1993

 

 

10/04/2014

Hideyuki Katagiri

Hideyuki Katagiri.jpg

 

Noir d’encre. Cette musique est un appel aux voyages, toujours le voyage, intérieur ou extérieur. Ma maladie, c’est de vouloir me sédentariser alors que mon âme reste nomade. Cette maladie je ne sais si elle est bénédiction ou malédiction. Pourquoi donc, toujours ses choix à faire ? Ces contraires qu’il faut départager ?

 

cg in Journal 2001

 

 

 

 

 

Raphael Macek

Raphael Macek.jpg

 

Je ne pars pas en Asie les mains vides. Je pars avec des bagages de lumière. A moi de savoir les utiliser. La nervosité me guette mais je connais les moyens de l’apaiser. C’est l’esprit qui créé cet état alors c’est l’esprit qu’il faut calmer. Pour cela le corps est un instrument exceptionnel. L’esprit est le cheval, le souffle est le cavalier. Seul le cavalier peut maîtriser le cheval.

 

 

cg in Journal 1999