Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2015

Franz Marc - Rêve

franz marc-reve.jpg

 

C’est bon ce retour du soleil, ce doux vent, le jeu de l’ombre et de la lumière dans les feuilles au dessus de moi qui rend le monde léopard. Ce besoin que j’ai quasi viscéral de plantes, de terre, de vie bruissante, secrète, animale, ce besoin d’eau, du mouvement de l’eau…

 

cg in Journal 2007

 

 

 

 

31/01/2015

Chine - Dynastie Han (206 av. à 220 ap. J.-C.)

art chinois Dynastie Han (206 av. à 220 ap. J.-C..jpg

La nervosité me guette mais je connais les moyens de l’apaiser. C’est l’esprit qui créé cet état alors c’est l’esprit qu’il faut calmer. Pour cela le corps est un instrument exceptionnel. L’esprit est le cheval, le souffle est le cavalier. Seul le cavalier peut maîtriser le cheval.

 

cg in Journal 1999

 

 

 

Franz Marc - horse in a landscape - 1910

franz marc horse-in-a-landscape-1910.jpg

 

Je ne me sens bonne à rien sinon à cavaler comme si j’allais mourir demain.

 

cg in Journal 2007

 

 

29/01/2015

Anne Moore - Unexpected-Consequences

Anne Moore Unexpected-Consequences-864.jpg

 

 

Causes et conséquences. Arrêter la machine, c’est possible, mais ce courant qui prétend être finalité, alors qu’il n’est pas le courant, seulement de l’agitation. Plus j’ai mal, et plus je grimpe pour échapper à la souffrance, mais plus on grimpe, moins on peut tricher. Il est des lieux où tout est transparent. Combien de voiles encore à déchirer ?

 

cg in Journal 2009

 

 

 

27/01/2015

Cambodge - Prasat Kravan 11e siècle, style du Baphuon (1050-1100)

Cambodge , Prasat Kravan 11e siècle, style du Baphuon (1050-1100)jpg.jpg

 

 C’est un lieu propice à la création, à la réflexion aussi. Juste trouver comment, peut-être pas le pourquoi, mais au moins un sens, une saveur. C’est un lieu propice à la contemplation aussi. Juste éviter d’être trop fixé sur le nombril. C’est vrai, j’ai besoin d’espace intérieur et extérieur. Je me sens moins enfermée dans la solitude parfois qu’avec les autres. Ceux que l’on ne connaît pas intimement, les étrangers pas assez étranges, faux miroirs, faux-semblant, faux-culs aussi souvent. Bref, espace de repli, espace de vagabondage, espace d’inspiration et d’expiration.

 

cg in Journal 2007

 

 

 

25/01/2015

Constantin Brâncuși - La Muse endormie - 1910

Constantin Brâncuși La Muse endormie 1910.jpg

 

Depuis septembre, je n’ai pas écrit un seul poème. Ma tête est ailleurs et ma muse fait la gueule. A croire qu’elle n’aime pas les hommes. Pas ceux qui me détournent d’elle en tout cas.

cg in Journal 1995

 

 

 

24/01/2015

Dimitri Tsykalov

Dimitri Tsykalov 8.jpg

 

Chacun sa chance de prendre racine et vivre encore, sous une autre forme…

 

Mourir, renaître, mourir…

 

CG in Journal 1999

 

 

 

22/12/2014

Trine Sondergaard

Trine Sondergaard -Interior8_n.jpg

 

 

Viendra le jour où je n'aurai plus besoin de tout ça, plus de paravents ! J'ouvrirai grand les fenêtres pour laisser pénétrer le soleil, la musique assez forte pour que les voisins de la terre entière l'entendent !

Que mon ange ne me lâche plus, qu'il devienne coursier plus rapide que l'éclair, nous avons des choses à faire ! Au diable l'hôpital et le temps qui passe, j'ai tout le temps qu'il faut !

cg in Journal 1996

 

 

21/12/2014

Hengki Koentjoro

Hengki Koentjoro Photography_n.jpg

Je veux aller jusqu’au bout, je veux savoir jusqu’où je peux aimer.

 

cg in Journal 1995

 

 

04/12/2014

Tanaka Ryohei

tanaka ryohei.jpg

 

 

 Le moment de la mort, qu’il soit pendant nos premiers mois ou à quatre-vingts ans passés n’est qu’une formalité car nous sommes déjà morts. Ce qui est curieux, c’est la formidable paix que me procure cette pensée là ! Un soulagement, un repos pour un temps jusqu’au prochain sursaut de terreur, ceux-là même qui nous poussent à combler nos vies de toutes les façons possibles.

 

Combler surtout ce que nous appelons passé et futur, afin ainsi d’oublier que nous mourrons, que nous sommes déjà morts. Oublier ce qui nous appelle pourtant, une joie cachée au cœur de l’instant présent et nulle part ailleurs.

 

cg in Journal 1999

 

 

 

 

 

01/12/2014

Jean-Michel Fauquet

Jean-Michel Fauquet2_n.jpg

 

La solitude me permet de retrouver la paix, avant ce que je pourrais appeler un cataclysme intérieur. Le temps ne me laisse pas le temps. Je dois me réadapter sans cesse et me voilà sur le point de commettre un meurtre qui me pèse...

Tuer un peu de moi, pour que le reste reprenne de plus belle. Un bon coup de sécateur.

Mais il y a des vieilles branches dont j'ai du mal à me séparer, peut-être me sont elles plus utiles que ce que je crois.

 

cg in Journal 1996

 

 

 

30/11/2014

Olivier Mattelart

Olivier Mattelart_n.jpg

Ma folie n’a de comparable que ma douceur.

 

cg in Journal 1995

 

 

29/11/2014

Katia Chausheva

Katia Chausheva Photography_n.jpg

 

Je ne veux plus être seule ! Je ne veux plus fréquenter des façades !

Je ne peux plus faire semblant de remonter la pente. Tout en moi a dégringolé au plus noir.

Bien sûr « je sais bien que » et « je sais aussi que » mais l’intellect est impuissant face au raz de marée qui me submerge. Je suis en manque, quel qu’en soit l’objet, je suis toujours manipulée par le manque !

Je ne m’aime pas, je ne me sens pas aimée et je me cache. Fuite dans l’impasse.

 

cg in Journal 1999

 

 

27/11/2014

Sune Jonsson - Zanaga, Kongo Brazzaville - 1962

sune jonsson Zanaga, Kongo Brazzaville 1962 0.jpg

J’aime les autres mais j’ai vraiment besoin de préserver un espace pour moi toute seule à l’extérieur comme à l’intérieur de moi-même. Un espace pour mon ombre, mon âme sœur, pour ma rencontre avec dieu. Je n’aime pas écrire ce mot, un mot peut être compris de dix mille façons alors que ce qu’il y a derrière est unique.

cg in Journal 1995

 

 

 

 

 

25/11/2014

Aimery Joëssel - héritage #33

Aimery Jossel Héritage #33_n.jpg

 

Jaillir, vivre. La source stagne au plus bas et dans les eaux stagnantes, pataugent les reptiles de l’esprit. Je me veux geyser, je veux jaillir, mais j’ai peur sans doute de mon coup de talon. Flamenco ? Trop de feu brûle, trop d’eau noie, trop d’air dissipe, trop de terre, enterre. Déterrez-moi, je vous le demande, déterrez-moi, je n’en peux plus de creuser.

 

cg in Journal 2010