Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/12/2013

Pompoko - Isao Takehata - 1994

 

HENRI de Yolande Moreau -2013

04/12/2013

RÊVES D'OR (LA JAULA DE ORO) de Diego Quemada-Diez


Prix Un Certain Talent - Un Certain Regard 2013
Sortie en salles le 4 décembre 2013

 

23/11/2013

Nosferatu & Erik Satie

05/11/2013

Ulzhan de Volker Schlöndorff (2007)

29/10/2013

Sâdhu – Seeker of truth de Gaël Métroz (2013)

 

Comment vivre une ascèse du cœur sans que l’écho de l’humanité ne rebondisse constamment contre nos murs ? Comment contourner la dictature du mental, sortir du fonctionnariat de notre ego ? Sommes-nous capables de rester dans ce monde sans être emportés par lui, de vivre cette société qui s’attache davantage à la cohérence d’un parcours qu’à la vérité d’un être ? Comment passer de la méditation à la médit-action ?
« Sadhu – seeker of truth », dernier long-métrage du réalisateur Suisse, Gaël Métroz, est avant tout la rencontre entre deux hommes en quête intérieure, le réalisateur et son protagoniste. Fidèle à sa démarche de cinéaste pratiquant l’immersion solitaire, généreux, jamais intrusif, le Valaisan a marché pendant 18 mois sur les pas de Suraj Baba, un ermite indien en rupture, au terme de huit années d’isolement consacrées à la méditation, dans une grotte aux sources du Gange. Caméra à l’épaule, épousant tous les détours du chemin, perdu dans l’immensité minérale, dans un décor ample jamais montré à l’écran (cols de l’Himalaya, Kumbh Mela à Haridwar, vallée du Mustang, les lacs sacrés du Tibet …), ce film s’annonce déjà comme un formidable rendez-vous céleste avec soi-même. C’est l’histoire d’un silence que l’on cultive comme une plante, à l’abris du vent, au plus près de la lumière … et des images en parfaite harmonie avec le sujet. Alors que le monde bouge à une vitesse vertigineuse, ici la nature, majestueuse, s’impose comme le béton de la vie et le voyage se poursuit à l’intérieur, à l’écoute d’une voix immatérielle, dans un dialogue juste et réfléchissant où l’on ressent une filiation avec tout ce qui vit.

Né à Darjeeling, en Inde, Suraj Baba est issu d’une famille bourgeoise. Il a tout quitté, pour mener la vie dépouillée de renonçant. Cela faisait huit ans qu’il s’isolait dans une grotte, vivant de méditation et d’offrandes à 3200 mètres dans l’Himalaya lorsqu’il a rencontré Gaël. « La première fois que je l’ai vu, il réparait le chemin qui menait de sa grotte au Gange (…) On a roulé des pierres ensemble, on s’est apprivoisé pendant un mois. Au fil des semaines, je me suis installé dans sa grotte voisine. J’ai compris qu’il se sentait piégé par son érémitisme et n’osait plus revenir au monde après tant d’isolement ». Les premiers jours il parlait si peu que Gaël ignorait même qu’il connaissait l’anglais. Le temps passant, il a eu la chance de devenir lentement son confident, la caméra aussi …
Véritable éloge du rien, une fois de plus, c’est le déshérité qui nous comble. La force du personnage tient aussi dans son grand tourment : un homme divisé entre la marche pieds-nus et ses baskets, entre l’eau des glaciers et l’alcool des bars de Katmandou, à la recherche d’un équilibre entre occident et orient, entre société de consommation et dépouillement, entre vie familiale aisée et solitude austère, entre réussir dans la vie et réussir sa vie.
Depuis six ans, Gaël Métroz a rencontré bon nombre de sâdhus sur les routes d’ Inde et du Népal, il a effectué plusieurs pèlerinages à leurs côtés tant cette philosophie du dépouillement le captivait. Durant les trois mois qu’il a effectué à la recherche du personnage principal de son film, sa fascination pour ces ascètes est devenue affection. A la poursuite du sâdhu trop idéal, il a finalement croisé le chemin de Suraj Baba qui détruisait en lui-même le mythe du sâdhu. « En doutant même de son statut de saint homme, il est devenu pour moi le vrai sage. Un homme en quête », confie le Suisse. Un être d’une candeur curative, qui s’exprime ici les paumes ouvertes, devenant malgré lui un maître à penser à l’endroit, à panser en soi …

 

Durant ces longs mois de tournage, ils dorment tous deux au bord des rivières, se nourrissant d’offrandes des pèlerins, Suraj voyageant avec sa petite besace, sa guitare et ses sachets de thé, Gaël le suivant avec ses 30 kg de matériel à travers les plaines gangétiques. Leur rencontre, renforcée par l’occasion unique de se rendre à la Kumbh Mela, l’un des plus grands maelström religieux de la planète (70 millions de pèlerins) a finalement décidé Suraj à réaliser son vieux rêve et à faire face définitivement à tous ses démons. Un pélerinage qui allait devenir le plus long de leurs vies. « Le scénario de mes documentaires, c’est la vie. Et la vie est beaucoup plus avare de scénari que nos esprits, il faut donc attendre que les nœuds se fassent, se défassent, cela prend du temps. Là, il a fallu 18 mois, s’il en avait fallu 18 de plus et bien je les aurais passés ». – G.M.
Arrivés à la Kumbh Mela, dans une promiscuité étouffante, les images tentent de capter cette effervescence floutée par les fumées de chillum et d’encens. Les sâdhus, réunis par chapelles, ont de la peine à comprendre ce duo excentrique, formé d’un jeune occidental et d’un sâdhu qui refuse tout attachement à une quelconque école. Et c’est à ce moment aussi que le film bascule : … l’ouverture aux larmes du chemin, lorsque tout ce que l’on savait sur le monde éclate en morceaux. La désillusion n’en est que plus violente et ouvre de nouveaux questionnements. Véritable crise de foi. Comment préserver cet embryon de « zénitude » ? Comment accueillir l’autre en soi, tout en étant conscient des frontières que sont nos propres épidermes et l’air qui les séparent. « C’est le voyage personnel qui m’intéresse, plus que l’Inde mythique – je voulais faire un film moins instructif, qu’affectif » – G.M. Et ce n’est pas le moindre avantage de ce film, servit par une bande originale sublime, une élévation superbe où cithare et guitare bluesy fusionnent sans s’observer. Un glissement progressif qui donne la réplique à un gracieux silence qui en dit long. Des moments de mutisme souvent plus éloquents qu’un flot de paroles.

Un film qui ramasse dans ses filets tous les tourments spirituels de notre condition, mesurant au passage le pouls de notre propre humanité et relançant enfin ce cœur dilaté, tendre, vulnérable et neuf qui, à lui seul, peut transformer le monde. On en ressort chargé de cette précieuse confiance en la texture du monde et dopé par un sens nouveau du pèlerinage : offrir une sépulture à son passé et voyager, le coeur à tout, la tête à rien … sans maux inutiles.
Avec cette perle, Gaël Métroz plane loin au-dessus du lot.
Sortie en salle, le 6 novembre prochain.

 

 

SADHU-AFFICHE-web.jpg

 

 « L’esprit créé le gouffre, le cœur le franchit » – Sri Nasargadatta

 

 


Gaël Métroz en quelques mots
Né le 28 novembre 1978 à Liddes (Suisse), Gaël Métroz obtient une licence en littérature française, philosophie et histoire de l’Art à l’Université de Lausanne, en 2004 avant d’être récompensé par plusieurs prix littéraires, dont le Prix de la Sorge en 2004 et le premier Prix Nicolas Bouvier en 2008. Après avoir écrit et mis en scène la pièce L’Enfant Déchu, il décide de se focaliser sur les métiers d’auteur-réalisateur et de journaliste.

Il tournera autour du monde afin de donner le temps au voyage de s’exprimer en parcourant plusieurs pays, comme l’Ethiopie, le Soudan, l’Egypte, la Birmanie, la Turquie, l’Iran, le Pakistan, l’Afghanistan, la Chine, l’Inde, le Népal… En qualité de journaliste, il publie ses carnets de route autant à la télévision (Passe-Moi les Jumelles, TSR), à la radio (Un Dromadaire sur l’Epaule, RSR), que dans la presse écrite (Le Nouvelliste, La Liberté, L’Express, L’Impartial, Le Journal du Jura, Le Courrier, L’Illustré…). En 2008, il réalise son premier long métrage cinéma « NOMAD’S LANDsur les traces de Nicolas Bouvier », primé entre autres par le prestigieux Golden Gate Award pour le meilleur documentaire au Festival international du film de San Francisco. Aujourd’hui, il présente son deuxième long métrage intitulé « SADHU – SEEKER OF TRUTH », portrait d’un saint homme hindou qu’il a suivi pendant 18 mois dans l’Himalaya. 

 

 

 

 

 

 

 

19/10/2013

La Fontaine du Bonheur

 

 

18/10/2013

Le Gone du chaâba de Christophe Ruggia - 1998

 

Ce film est adapté du roman d'AZOUZ BEGAG, lui-même fils d'immigré algérien.

 

Voir un document filmé à sa sortie ici : http://www.youtube.com/watch?v=xYk1fcDp5FI

11/10/2013

La Part des Anges de Ken Loach - 2012

01/10/2013

Life in a day, un documentaire de Ridley Scott et Kevin Macdonald

19/09/2013

Dance of Darkness, un documentaire d'Edin Velez

 

Un documentaire expérimental, autour de la danse butoh au Japon.

voir : http://edinvelez.com/articles/display/Dance-of-Darkness

 

 

 

 

04/09/2013

Jean Painlevé- Poche de l'hippocampe mâle, 1931

jean-painleve-poche-delhippocampe-male-1931.1259275986.thumbnail.jpg

 

Jean Painlevé, né le 20 novembre 1902 à Paris 7e1, où il est mort le 2 juillet 1989, est un réalisateur, scénariste et traducteur français. Son père Paul Painlevé, mathématicien, fut président du Conseil à trois reprises. Painlevé s'est distingué par des documentaires scientifiques et est à juste titre considéré comme l'un des pères fondateurs du cinéma scientifique. D'abord méprisé par le monde scientifique, qui juge indigne et peu sérieux le cinéma en tant qu'outil d'observation scientifique, il est bientôt remarqué par les surréalistes et notamment André Breton qui admire la vision plastique et évocatrice de ses films. De sa rencontre avec Jean Vigo naît une réelle amitié et une collaboration artistique en tant que scénariste. Investi dans la lutte antifasciste, il réalise Le Vampire comme parabole de l'histoire européenne de son temps, stigmatisant ainsi l'esprit de prédation. Après la Seconde Guerre mondiale, il participe à la création de l'union mondiale des documentaristes. Il s'oppose à la création du Festival de Cannes et à son cortège de récompenses, pour lui lieu symbolique des petits arrangements et luttes de chapelles. Son œuvre se caractérise par le souci de l'exactitude descriptive de ses sujets et par le désir profond de partager l'émotion et l'émerveillement face au « mystère » de la nature que ses films contribuent à dévoiler. Jean Painlevé est l'un des fondateurs de l'Institut de cinématographie scientifique et de la Commission supérieure technique de l'image et du son. Le film Le Vampire, court métrage en noir et blanc de moins de neuf minutes, tourné en 9 millimètres, artistique de par ses prises de vue, expérimental, car genre nouveau et scientifique à la fois, est un documentaire montrant la technique utilisé par le vampire (la chauve-souris), pour se nourrir. On le voit d'abord marcher à quatre pattes pour s'approcher de sa proie, un petit rongeur, puis lui lécher le nez lui transmettant ainsi un anesthésiant, puis le mordre à la joue pour en boire le sang en le lapant. (Source : Wikipédia)

 

 

 

 

09/08/2013

La Parade de Srdjan Dragojevic (2013)

Ce film serbe drôle et terrible à la fois raconte l'histoire d'un groupe d'activistes homosexuels de Belgrade qui veut organiser une Gay Pride, malgré les menaces de groupes skinheads. Cette comédie se base sur des faits réels et a connu un grand succès dans les pays de l'ex-Yougoslavie. Il a reçu trois prix au festival de Berlin en 2012.

 

 

 

04/07/2013

Syngué Sabour - Pierre de patience d'Atiq Rahimi

Syngué Sabour - Pierre de patience est l'adaptation du livre du même nom écrit par Atiq Rahimi en 2008 et lauréat du Prix Goncourt la même année. L'auteur adapte donc lui-même son ouvrage. A noter que le cinéaste en est à sa deuxième adaptation d'un de ses livres, puisqu'il avait déjà tourné Terre et cendres en 2003, adaptation de son roman sorti en 2000. Ce film a remporté le Prix Regard vers l'avenir dans la section Un certain regard au Festival de Cannes 2004.

 

MAGNIFIQUE !!!

Wadjda de Haifaa Al Mansour (2013)