Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2021

Geenss Archenti

Geenss Archenti.jpg

 

 

21:14 Publié dans WISDOM | Lien permanent | Commentaires (0)

Revue Nouveaux Délits - numéro 69

 

COUV 69.jpg

Avril 2021

 

 

Numéro 69, numéro chaotique, comme me l’a soufflé un certain Martin ? Fort possible, et en retard comme un lapin d’Alice ! Lapin de Pâques sans aucun doute à la recherche d’un mystérieux œuf noir très cosmico-alchimique, dont j’ai rêvé tout récemment, ce qui n’a pas empêché mon ordinateur de faire un séjour chez son docteur, entre autres contretemps et bifurcations d’agenda sanitaire… Bref, difficile de trouver l’inspiration et plus encore la concentration pour un édito, entre les vagues virales, les tsunamis de fatigue et les clapotis du sens. Quelque chose me murmure à l’oreille qu’il faut se calmer, respirer et faire ce qu’on peut, juste le faire au mieux, sincèrement. En ces temps plus que confus, la poésie me semble plus désirable que jamais et concevoir cette revue continue à faire sens, donc voilà — plus chaotique qu’érotique — un numéro 69 très éclectique ! Puissiez-vous y trouver de quoi nourrir votre jardin intérieur. C’est la saison des semis, alors semons, mettons les mains dans la terre et la langue dans les mots, restons à l’écoute de ces petites voix qui murmurent à nos oreilles et ne trichons pas avec l’essentiel.

cgc

 

  

L’impossible est un univers clos. Néanmoins, nous en possédons la clé et, comme nous le soupçonnons depuis des millénaires, la porte s’ouvre sur un champ d’infinies possibilités. Ce champ, il nous appartient plus que jamais de l’explorer et de le cultiver. La clé n’est ni magique ni symbolique. Les Grecs anciens la nommaient « poésie », du verbe « poiein », construire, façonner, créer.

Raoul Vaneigem

 

ND69-2a.jpg

illustrations de JL Millet

 

 

Sommaire et plus ici : 

http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/archive/2021/...

 

 

et aussi l'édito du n°68 de janvier dernier que je n'avais pas posté :

 

Eh bien 2020 est passé comme un éclair, et on se demande bien après ça, qu’est-ce que cette nouvelle année va bien pouvoir nous concocter dans le grand chaudron fou de la vie ? Virus, guerres, comète, suicides collectifs, extra-terrestres, zombies, miracles ? Qu’est-ce qui va encore nous secouer, nous bousculer, nous jeter à terre ? On n’a aucune prise sur les événements extérieurs mais on peut cependant choisir le meilleur en toutes circonstances, aussi infime soit-il. Il n’y a pas que des mauvaises et sombres nouvelles, il y a des jaillissements surprenants, des résurgences de joie, des illuminations bienfaisantes, une créativité fière et indomptée qui se fout des autorisations et s’il y a bien une énergie qui a le pouvoir de transformer le plomb en or, les larmes en sourires, la colère en création, c’est celle de l’amour. L’amour quand on ne lui met aucune barrière, condition, précaution. Lui aussi fait des vagues, des vagues puissantes et douces, qui inondent le cœur, nettoient l’âme et tout se met à briller ! C’est tellement bon, on oublie à quel point c’est bon. Et gratuit ! Aimer ! Rien ne peut nous empêcher d’aimer, ni confinement, ni distanciation sanitaire, ni crise économique, lois liberticides, rien ni personne ne peut nous interdire d’aimer et de nous aimer nous-mêmes aussi. Pas plus que de danser d’ailleurs ou chanter, jouer, rire ! Il ne s’agit pas de faire n’importe quoi et d’emmerder les autres, mais de rester suffisamment souples pour inventer toujours de nouvelles formes d’expression de cette vie qui bat en nous son rythme vivace. Et si les circonstances s’acharnent à souffler sur les flammes, ne jamais oublier que notre flamme intérieure à chacune, à chacun, possède son propre point d'allumage spontané. Alors résister, oui, mais pas comme des bestiaux acculés qui encornent les murs, mais juste comme une évidence – en vie danse ! – parce que nous sommes des êtres fondamentalement libres, potentiellement capables d’aimer avec une force qui pulvérise toute peur, toute sclérose ; la force de l’eau que rien n’arrête, et qui même retenue par de monumentaux barrages, fomente en secret son évasion par le ciel.

Alors, que l’an 2021 nous guérisse de toutes nos peurs, de tous nos maux et protège la Terre de toutes nos sinistres folies, et soyons souples, forts et porteurs de vie, partout où nous sommes, partout où nous passons, comme une eau aimante !

 

CGC

 

 

 

 

 

 

Camille Claudel - Femme accroupie - vers 1884

Claudel_Femme-Accroupie_Nog.jpg

 

 

 

 

Stephan Schillinger

 

De la souffrance vient la sensibilité dont naît l’intelligence..

Tout le monde parle de savoir-vivre, mais personne du savoir-souffrir..

Ce qui importe ce n’est pas le poids qui t'accable, c’est comment tu te courbes pour ne pas casser..

Ce n’est pas le bruit qui t’abasourdit, c’est comment tu écoutes les murmures du monde..

Ce n’est pas la force du vent qui t'emporte, c’est comment tu hisses tes voiles..

Ce n’est pas la hauteur des vagues qui te frappent, c’est comment tu t’y laves..

Ce n’est pas l’absence de lumière qui t'entoure,

c’est comment tu chantes dans le noir..

Ce n’est pas ce que tu perds, c’est comment tu ouvres ton cœur pour la suite..

Ce n’est pas la quantité de larmes que tu verses, c’est comment tu souris en pleurant..

Ce qui importe, ce n’est pas l’intensité du feu que tu traverses..

C’est comment tu danses dans les flammes.

 

 

 

09:11 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

01/04/2021

Mandarines de Zaza Urushadze (2013)

 

"En 1990, la guerre fait rage en Abkhazie. Un village ne compte comme seuls habitants qu’un vieil homme, Ivo, et un producteur de mandarines, Markus, - tous deux d’origine estonienne - qui refuse de quitter sa plantation alors que les fruits sont presque mûrs. Le conflit est de plus en plus proche mais Ivo décide de venir en aide à Akhmed, un Caucasien blessé, et le cache chez lui. Markus, à son tour, découvre un Géorgien laissé pour mort sur le champ de bataille. Il l’emmène lui aussi chez Ivo. Deux combattants de camps opposés se retrouvent alors sous le même toit…"

 

 

 

Viktor Pelevine

 

Au-dessus de moi, par delà le treillis noir des fils électriques,

le ciel pendait tout près de la terre.

 

in La mitrailleuse d’argile

 

 

 

22:31 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Dans la revue WAM, une belle chronique à propos d'"à la loupe", par Didier Trumeau

revue WAM mars 2021_n.jpg

 

revue WAM 2_n.jpg

 

Pour lire, cliquez sur les images

juste une précision, les quatre recueils mentionnés de la tétralogie sont toujours disponibles !

 

COUV.jpg

http://cathygarcia.hautetfort.com/archive/2020/05/25/vien...

 

*

à propos de WAM, publié par l’éditeur du Contentieux, Robert Roman :

https://www.dechargelarevue.com/WAM-no-1.html

 

 

Auteur inconnu

 

poisson d'avril.jpg

 

Saison des sauts

 

Les saisons sous les ponts

Tissent des vents bleus

Ensablent les mémoires

Dessèchent les instants

Soie coton et brindilles

 

Les monstres lèchent

Le tranchant du parapet

Lancent aux passants égarés

De fines aiguilles de pluie

 

Les poissons dévorent la pierre

Usent le temps

L’abîment en eau de prière

 

Un homme aveugle

Se jette dans le vide

Lové sur lui-même

Fragile coquille

 

in Mystica perdita, à tire d'ailes 2009