Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2014

l'oeil & la plume : calepins voyageurs et après ? fragment juillet 1998

 

orchestreromcontrast690.jpg
texte de cathy garcia                                                                                                                  collage  jlmi  2014

 

Des larmes se déchirent sur l'archet d'un violon discordant mais voici que du brouillard, montent des accords de fête. Vieux trombone et percussions tanguent sur les pas d'un accordéon. Cortège fragile, si vite dissipé par les accords graves et lourds du piano. Des lumières flottent dans le néant, c'est la noria des atomes. Des créatures de boue et de nuit se redressent, dégoulinantes. Lentement les unes après les autres, elles se lèvent et commencent à marcher.

L’aube originelle se fraye un chemin au travers des ténèbres contractées, elle en émerge enfin, écorchée, écarlate. La pluie se mêle à la lumière. Noces sanguines pour baigner la nouvelle-née. Une flûte insolente marque le début d'une danse. La nuit grouillante de cauchemars est refoulée à l’angle de l’oubli. Les fleurs ont remplacé la boue, c'est la naissance de l'amour ! Une guitare romantique glisse des lueurs de bonheur dans les regards tout juste éclos. Les doigts se frôlent en tremblant, tout à la joie de l'éveil. Les hanches se balancent au rythme d'une houle langoureuse qui monte à la gorge pour jaillir, champagne, en rires empourprés. Instant magique, unions des cœurs sous les eaux caressantes d'une seule et même chanson, celle du temps qui nous reste à vivre, berçant nos tendres illusions et portant sur nos lèvres l’étrange sourire de ces enfants, qui disparaissent avant même d'avoir vécu. Le vertige des années qui glissent sur une partition ponctuée de silences. Le vieux musicien sait que sa musique tient à un fil. Au fil ténu d'une respiration, le premier chant du monde, mais les vieux musiciens au fond des bars sont fatigués. Leur regard fiévreux brille. Au fond des verres gisent des larmes d'alcool. Tout se trouble. Il est tard et la musique s'estompe.

 

En ligne sur : http://jlmi22.hautetfort.com/

 

 

 

07/03/2014

Ushi Wo - November

Uschi Wo.jpg

 

Tous petits canaux rectilignes entre les champs, fossés bourbeux rêvant aux canards sauvages qui viennent parfois rider leur surface. Au milieu d'un pré, encore droit, un arbre mort, un autre fracassé, la tête dans l'eau.

 

cg in Calepins voyageurs et après ?

 

 

 

28/02/2014

Andrea Kantrowitz

Andrea Kantrowitz..jpg

 

Peu d'amants possèdent le pouvoir de donner chair au rêve...

 

cg in Calepins voyageurs et après ?

 

 

 

23/02/2014

Tim Navis - Lake Champlain, Vermont, Usa

tim navis Lake Champlain, Vermont.jpg

 

Coucher de soleil pas très loin de Barcelone. J'ai vu défiler de beaux paysages, mer bleu, terre rouge, oliviers, yuccas magnifiques... J'aimerais m'étendre au pied d'un arbre. Une solitude ramassée m’enténèbre. Elle a pris racine en moi, il y a sans doute fort longtemps. Elle me serre, m'étouffe et personne ne comprend. Je suis lasse des hommes, nous ne parlons pas le même langage.

 

 

cg, juillet 1998 

in Calepins voyageurs et après ?

 

 

 

 

 

 

 

 

18/02/2014

Manuela Thames

Manuela Thames.jpg

 

La vie. Brève et fulgurante étincelle dans la nuit. Se couler dans le cafard comme dans un suaire, tout en volupté. S'enrouler dans les draps noirs de la dissolution.

La mort est le lieu d'où l'on vient et auquel chacun doit retourner, entre les deux est un voyage nommé existence, serpent qui se mord la queue, palais des miroirs… Une éclipse, une sale blague !

 

cg, Geleen, Hollande, août 1997

in Calepins voyageurs et après ?

 

 

 

 

15/02/2014

Cathy Garcia - Gorlitz, Allemagne

18 Gorlitz.jpg

 

Nous sommes un microcosme de l'humanité, dans toutes ses splendeurs et ses déchéances. Chacun son armure, chacun son étoile, chacun sa quête. La mienne s'entrelace avec une autre et je savoure les moments où l'amour vainqueur nous baigne de lumière.

 

cg, Juillet 1997, en route pour Gorlitz, Allemagne

in Calepins Voyageurs et après ?

 

 

 

 

 

 

11/02/2014

Ryan Deboodt

 

ryan deboodt 312.jpg

 

Il y a ce rêve étrange et puissant que j’ai fait cette nuit : une cérémonie  - baptême ? - avec le sacrifice d’un jeune coq, un village étranger à la frontière de nulle part, des couvertures indiennes (Amérique latine) aux couleurs trop pâles, le sentiment d’être la bienvenue, le bonjour d’une fillette indienne, le petit coq écrasé sous le pied de l’homme, étranger lui aussi, qui officie à la cérémonie et le petit chat épargné. C’est la nuit tout le temps. Mon dégoût, le coq ensanglanté qui me fixe, face à moi, tout près, il semble en transe. L’acceptation, il accepte et je dois accepter aussi, son sang plein ma bouche, je recrache sans cesse et je me retrouve sur un lit, draps blancs, en pleine rue. C’est la nuit toujours, des gens passent, des touristes poussant une poussette, atmosphère tranquille et je leur dis de ne pas s’inquiéter, je ne vomis pas… tout en recrachant sans cesse ce sang, son goût, tiède, poisseux, rouge, si rouge ! Mon repère c’est ma 104, je la vois depuis mon lit, garée, blanche, immatriculée 81… Ce rêve me poursuit, il m’a laissé une très forte impression, ni agréable, ni désagréable, juste dérangeante. Un étrange sentiment de solitude.

 

cg, juin 2000

 in Calepins voyageurs et après ?

 

 

29/01/2014

Stéphane Passet - Quartier de Péra, Istanbul - autochrome - 1912

Stéphane Passet Peking Quartier de Péra Istanbul 1912.jpg

 

Istanbul et ses minarets au couchant, l’appel des muezzins dont l’écho se répercute d’un quartier à un autre. Celui de l’aube me surprend la première fois, je ne sais plus où je suis et impossible de me rendormir. Les rives du Bosphore, Ste Sophie, la Mosquée Bleue, la Corne d’Or, les broussailles électriques sur les façades sales, les vieilles maisons tout en bois et plusieurs couches de vestiges chargés d’Histoire.

 

cg, novembre 2000

in Calepins voyageurs et après ?

 

 

 

 

28/01/2014

Cathy Garcia - On ze road - Far West syle

On ze road - Far West syle.JPG

 

J'ai faim et la route défile vers demain. Parfois je l’appréhende, parfois je m'en moque et souvent je me sens simplement pleine d'amour.

 

  

 cg, février 1997, sur la route pour Udine, Italie

 in Calepins voyageurs et après ?

 

 

27/01/2014

Sphie Zénon - Cambodge

 

sophie zénon cambodge.jpg

 

Nous quittons ce continent à peine effleuré du regard. J’ai dans la tête des colliers d'orchidées mauves, des tresses de jasmin et le parfum incroyable des fleurs de frangipanier. Une tournée où peut-être après tout, nous ne sommes jamais vraiment descendus de l'avion... La mémoire a déjà commencé son travail de charognard.  Elle ne laissera que des os parfaitement blancs, des souvenirs, essence de nos illusions.. Un nectar à déguster plus tard quand bien des pages auront été tournées. Les retours m'effraient toujours un peu. C’est la toute dernière ligne qui m'éloigne de l'Asie, immense, immense, pour me ramener à mon petit chez moi.

 

cg, juin 1999

 in Calepins Voyageurs et après ?

16/01/2014

Sarolta Bán

sarolta ban photomanipulation12.jpg

 

Vision furtive d’un nid vide perché sur une branche au-dessus du périph, sourde tristesse. Fuir, vite ! Fuir la vorace capitale, la tête dévoreuse aux dents d'acier. Impossible de décrire le paysage, il n'y en a pas, juste le décorum d'un cauchemar. Si l'enfer est pavé de bonnes intentions, le paradis pousse entre les pavés.

 

cg, novembre 1997

 in Calepins voyageurs et après ?

 

 

 

 

 

 

15/01/2014

Sampo Kiviniemi - Hooded Crows

 

Sampo Kiviniemi Hooded Crows.jpg

 

Me voilà pleine de mélancolie. Piégée par la douceur de vivre, mais ce n’est pas grave, juste un incident parmi tant d’autres. Peur de l’amour, peur de ne pas savoir, peur du trop ou du trop peu, bêtises !  Décentrée. Ne pas, ne plus se perdre dans l’autre. La lumière enchante les sous-bois, arbres, odeurs, parfums lourds d'arrière-saison… J’ai donc bel et bien ramené un cafard !

 

Novembre 2000, au retour d'Istanbul

cg in Calepins voyageurs et après ? 

 

 

 

 

 

14/01/2014

Sally Gall - Between Worlds - 1997

 

sally Gall 1995 1997 Between_Worlds.jpg

 

Difficile de faire le vide. Tout me porte à croire pourtant que le vide est la seule chose dont nous ayons réellement besoin.

Plus les années passent, plus je prends conscience de la perversité de quelques pièges inévitables. Cela me remplit de tristesse, mais c'est aussi un coup de fouet au cœur… Pas une seconde qui ne soit extraordinaire ! Pur mystère de vivre !

 

cg, février 1997, sur la route de Bergamo, Italie

 in Calepins voyageurs et après ?

 

 

 

 

26/12/2013

Pierre Verger - Symbiose

pierre verger symbiose_7.jpg

 

Je n'oublie pas la mer qui m'a vu naître.

 

cg in Calepins voyageurs et après ?

15/12/2013

Cathy Garcia - Phnom Penh - Cambodge - 1999

Cambodge3.jpg

 

Phnom Penh, Cambodge

 

Jamais auparavant je n’avais éprouvé aussi fortement ce sentiment : celui d'être une étrangère. Expérience que je souhaite à tout le monde au moins une fois.

 

Phnom Penh ! Capitale aux ruelles de terre, jonchées de détritus, de bouis-bouis enchevêtrés, parfums, relents et miasmes douceâtres. Des rues transformées en marécage à la moindre pluie, la moindre pluie étant torrentielle. Atmosphère lourde, parfois suffocante. Mototaxis et autres petits véhicules, en nombre incalculable, vrombissent dans un formidable désordre, soulevant des nuages de poussière, tassés sous les chargements divers jusqu’aux plus invraisemblables : cochons, matelas, empilement de plats cuisinés défiant l’équilibre...

 

Phnom Penh et ses étals de fruits multicolores, si appétissants mais parfois risqués... Tant pis ! Les gens sont vêtus simplement, couleurs neutres. Manches et pantalons longs protègent des morsures du soleil et des moustiques, quoiqu’en ville il n’y ait pas de quoi être parano. Cela évite aussi probablement de se brûler sur les pots d'échappement des meutes de mototaxis, ce que je n’ai pas manqué de faire à deux reprises, une pour chaque mollet… Les têtes se protègent du soleil avec toutes sortes de couvre-chefs dont le fameux krama, foulard à petits carreaux en divers coloris vendu un dollar les dix sur les marchés.

 

Il n’est pas nécessaire de s'agiter partout pour voir, simplement s'asseoir dans un coin et affûter son regard afin de le rendre le plus dépouillé possible de toute image préconçue. S’asseoir au pied d’une colline miniature où se dresse un temple, observer l’éléphant triste qui en fait le tour pour les rares visiteurs. S’arrêter auprès d’un arbre de légende, au tronc immensément large, qui abrite dans l’entrelacs de ses racines, d’un côté un temple miniature où fument des bâtonnets d’encens, et de l’autre un petit bouddha en lotus sur un socle, orné de couleurs si vives à dominance rose, que l’on pourrait croire à une pâtisserie orientale. Il y a aussi une grande coupe peinte, en forme de fleur de lotus et des offrandes. Surtout ne pas y toucher. Respecter ce qui est sacré pour autrui, même si nous ne comprenons pas, nous pouvons au moins saisir la beauté, elle transcende les cultures. Moi, j’y cherche les traces de ce que je ne connais que par des lectures et quelques années de yoga. Je cherche.

 Cambodge4.jpg

 

Parcourir lentement un cimetière vaste et vivant comme un village, passer la main sur la pierre lisse des innombrables stupas aux formes admirables. Certains ont été peints en blanc ou safran flamboyant. Contre une bâtisse, il y a de longues barques retournées en attente d’être réparées, leur coque rouge est joliment décorée de motifs polychromes. Il y a du linge étendu un peu partout, des jarres immenses pour recueillir l’eau. Bouddha omniprésent, en lotus, en pierre ou en peinture, toujours paisible, sourit parmi les volées d’enfants pépiant. Sentiment d'une paix presque trop palpable, d'une douceur qui cacherait mille petites violences... De jeunes moines safranés vivent là. J'en croise un, tout juste adolescent, qui fume une cigarette. Peut-être une cigarette « Alain Delon », pour lesquelles certains murs de la ville font de la publicité. Nos stars nous étonneront toujours…

 

 Cambodge6.jpg

Dans les rues, le jour, la nuit, de petits princes en guenilles aux sourires éblouissants ramassent des restes de nourriture dans des poches en plastique. Il y en a un que j’ai revu plus d’une fois et que je n’oublierai pas, pas plus que je n’ai oublié certains gamins de Sao Paolo, Rio ou Belo Horizonte. Il y a cette gamine aussi, sale, turbulente et pleine de vie qui traîne toute la journée avec des garçons de son âge du côté du stade, c’est elle la plus effrontée. Elle me fascine, une petite « rom » cambodgienne ! Sept ans, huit ans ? Trop fière pour accepter des friandises de la part d’un homme étranger, même s’il parle sa langue, mais déjà femme en acceptant de garder mon chapeau. Il lui va si bien et je la vois les jours suivants, galoper pieds nus avec le chapeau sur la tête, elle ne le quitte plus. Et moi c’est son regard de sauvageonne qui ne me quitte plus ! Je ne peux m’empêcher de me demander ce que la vie lui réserve… 

 

Il y a aussi ces enfants qui jouent toute la nuit pendant que leurs parents dorment sur le trottoir, un jeu avec des chaussures, les règles semblent très précises. Je peux les voir de la fenêtre de ma chambre. Je les observe, longtemps. Il y a encore cette adolescente vietnamienne qui vend des hamacs filets, chaque jour devant la porte de l’hôtel. Elle non plus, je ne l’oublierai pas. A tous les coins de rue, le regard s’éblouit sur des jeunes filles d’une beauté incomparable, sans artifice. La pauvreté n'est pas exempte de dignité, c’est la misère qui est inacceptable ! Des hommes, des femmes, des enfants mutilés, il y en a beaucoup, les mines... De fabrication française peut-être ? Ces gens là mendient dans les rues. Que pourraient-ils faire d'autre, dans cette société encore essentiellement rurale, où les mains et la sueur sont les outils de la survie ?

 

Donner ! Donner car « tout ce qui n'est pas donné est perdu » mais plus je donne et plus il y en a à qui donner, de quoi en avoir le vertige. Je n’ai pas la prétention de sauver le monde, je n'ai pas de mauvaise conscience à mettre en paix, simplement un peu d’amour et la chance d’être née du bon côté.

  

Cambodge5.jpg

 J'ai vu les rizières où les enfants se baignent, frêles tiges de peau brune, pleines de joie et de soleil. J’ai vu les buffles couleur parchemin et les paysans avec leurs grands chapeaux de paille, qui lentement à travers les siècles et les rizières, s’acharnent à pousser la charrue. Juste de quoi assurer la subsistance d’une famille mais jamais plus et trop souvent pas assez… J’ai passé ma main sur les côtes douces et efflanquées d’un bufflon, couché au milieu d’un chemin, dans ce hameau, ce campement dans la forêt près des rizières, où une jeune adolescente rêve de vivre à la ville et ne choisira probablement pas son mari ; où les enfants s’inquiètent de ces étranges étrangers venus acheter des feux d’artifices artisanaux fabriqués là en famille pour les fêtes populaires. Insolite est un mot trop faible pour décrire la situation. Unique ! Je ne suis pas prête d’oublier.

 

J’ai vu aussi le large Mékong, -ai-je fait un vœu ?- ses eaux boueuses, ses rives sauvages où les bateaux amarrés m’évoquent d'anciennes gravures. Ces bateaux dispersés tout au long, où s’entassent les familles et où les filles attendent le client, parfois un étranger de passage… Combien y a t'il de petites fleurs trop vite fanées en Asie, quand bien même les femmes là-bas seraient différentes des Occidentales ? Elles seules pourraient répondre, mais qui les interrogera ?

 

 Cambodge1.jpg

 

Un repas chez l’attaché culturel, nous sommes nombreux, Français et Cambodgiens. Soirée chaleureuse, émouvante, fort agréable, dont je repartirai pieds nus, mes tongs bleu électrique ayant dû plaire à quelqu’un d’autre. Ennuyeux mais cocasse, même si j’ai certainement râlé sur l’instant. A l’occasion de cette soirée, rencontre avec la musique et la danse traditionnelle. Je suis fascinée par la souplesse des doigts des fillettes, dessinant une trame où érotisme et sacré se rejoignent. Plaisir d'essayer bien-sûr, mais je ne peux éviter de penser à nouveau au violent contraste qui existe entre la beauté de cet art et le sexe rapide, banalisé, vendu tout au long des routes défoncées, des chemins de boues et sur les rives troubles du Mékong où patauge la misère.

 

Phnom Penh. Dépaysement total accompagné parfois d'étranges solitudes, d’amibes musclées et d’une herbe locale puissante, utilisé comme condiment dans la cuisine khmère et vendue discrètement par de vieilles femmes sur les marchés. Et par-dessus tout, ce qui frappe aux yeux et frappe au cœur, c'est le sourire ! Ce sourire empreint de douceur et de patience qui fleurit sans cesse sur les visages des Cambodgiens, un sourire qui recouvre de bien profondes douleurs. L’impossible oubli d’un génocide dont ils préfèrent ne pas parler. La haine vaincue se dissout au fin fond des forêts mais les traces griffues de l'Histoire ne s'effacent pas comme ça.

 

  

Cg, mai 1999

 in Calepins voyageurs et après ?