Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/04/2014

Charles Baudelaire

 

Je préfère au constance*, à l’opium, aux nuits,
l’élixir de ta bouche où l’amour se pavane
Quand vers toi mes désirs partent en caravane,
Tes yeux sont la citerne où boivent mes envies. 

 

 

*constance, issu d'un nom propre de lieu (Constantia) et désignant le produit d'un vignoble d'Afrique du Sud, près de la ville du Cap de Bonne-Espérance. 

21:26 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Viviane Forrester

 

Reste au grand nombre un dernier rôle à remplir, éminent : celui de consommateurs. Il convient à chacun : n'arrive-t-il pas, même aux plus défavorisés de manger, par exemple, des nouilles aux noms célèbres, plus honorés que leurs propres noms ? des nouilles cotées en Bourse ? [...]

 

Consommer, notre dernier recours. Notre dernière utilité.

 

in L'horreur économique - 1996

 

 

 

 

 

 

 

 

  
 

 

 

18:19 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

16/04/2014

Louise-Agnès Cottereau

 

Et l’envol des oiseaux,

L’ennui des longues pluies

Sur le sommeil des eaux

 

 

 

11:39 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Sébastian D.

 

je loue des nuages si vous voulez vous asseoir ! Y'a un risque de se casser la gueule ! mais bon faut assumer ! je vous dépose en poésie ensuite une fois sur le nuage faut faire sa vie.

 

 

 

 

11:17 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Georges Cathalo

 

Au marché des petits bonheurs,

on choisit toujours la taille au-dessus

 

 

11:00 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

15/04/2014

Sébastian D.

 

qui est vivant ? qui est mort ? les fantômes dansent pour la dernière fois, je les regarde de ma salle d'attente futuriste et je me souviens d'une phrase de MR COCTEAU les poètes se souviennent de l'avenir

 

 

 

 

 

13:31 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Henri-François Guitard

 

Il n’est de plus douce caresse que ta morsure,

 Il n’est de plus bel espoir que tes yeux

Et tous ceux qui ne connaissent

Ni la joie, ni l’aventure,

Ni la soie de tes cheveux

Ne me comprendront pas. 

 

 

13:03 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Alfred de Musset

 

Je cherche un étranger vêtu de noir

qui me ressemblait comme un frère… 

 

 

 

12:58 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Dialogues avec l’ange

 

L’un espère dans le futur. L’autre en a peur.

 

Ainsi il n’y pas de présent parce que l’homme est ou bien dans le passé –ou bien dans le futur.

 

Passé. Présent. Futur.

 

Tous les trois ne font qu’un seul fleuve. Inséparablement unis –mouvement, mouvement de la matière fine. Quelle différence entre regarder le fleuve et être dedans ! L’Homme est le maître du fleuve aussi. 

 

 

 

 

12:47 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

14/04/2014

Oscar Wilde

 

Vivre est ce qu'il y a de plus rare au monde.

La plupart des gens existent. C'est tout.

 

 

12:11 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Eric-Emmanuel Schmitt

 

Y a-t-il une mère qui, lorsqu'elle tient ce petit bout de chair rose contre elle, lorsqu'elle regarde ces grands yeux clairs qui ne voient que depuis quelques jours, y a-t-il une mère qui a le courage d'annoncer l'avenir et son cortège d'horreurs ? Le premier acte d'amour d'une mère est le mensonge.

in Golden Joe in Théâtre 2

 

 

 

11:47 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Jacques Sternberg

 

Nulle part, à aucune latitude, il n’est jamais l’heure, il ne peut être que la minute ou la seconde et chaque seconde remet tout en question, charriant avec elle de nouveaux espaces, des trombes d’imprévus et des marées d’impondérables.

 

in Agathe et Béatrice

 

 

11:45 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Jean Anouilh

 

L'instant, l'instant unique où on ne sait plus

si c'est la chair ou si c'est l'âme qui palpite...

 

in Eurydice

 

 

11:37 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Henri Gougaud

 

Par malheur, les plus vrais, les plus bienfaisants des sentiments ne peuvent vivre que dans un grand silence solitaire, au plus obscur de nos chairs, de nos sangs, de nos brumes. 

 

in L'Inquisiteur

 

 

11:09 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

13/04/2014

Henri-François Guitard

 

Non, la révolte me tord,

Moi l’on ne m’aura pas, moi je résisterai.

Curieuse façon de s’encourager

Que de penser à tous ceux qui n’ont pas été les plus forts

Je veux les supprimer, ne plus être le jouet

De ces fatalités inexprimées, de ce sort

Que je voudrais étrangler

Ou bien pulvériser en le tenant à bras le corps.

L’idée s’étend, tout devient chaotique.

Ma main s’appesantit en des combats stupides.

Oh ! je voudrais quelques obscur narcotique

Qui me délivre de cette guerre sordide. 

 

 

 

 

14:28 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)