Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/12/2013

Maurice Nadeau


***

Dans le monde, les poètes, les prophètes et les révolutionnaires introduisent le scandale. Ils apparaissent au moment où le scandale est nécessaire, où les hommes sentant se fermer sur eux et s’ossifier rapidement la carapace des civilisations, des manières de vie et de penser, se poussent à l’ouverture qui demeure encore, afin de respirer, et si possible de tendre les bras au dehors dans un appel au secours. Qu’une bouée passe à portée de leurs mains, ils la saisissent et s’y suspendent, jusqu’à faire tomber le sauveteur parmi eux. 
 
in Sade ou l’insurrection permanente

***

Jean-Paul Sartre

 

 

 

 ***

Ce sont les enfants sages, Madame, qui font les révolutionnaires les plus terribles. Ils ne disent rien, ils ne se cachent pas sous la table, ils ne mangent qu'un bonbon à la fois, mais plus tard ils le font payer cher à la Société. Méfiez-vous des enfants sages ! 


in Les mains sales


***




 

 

 

 

Giuseppe Ungaretti

 

***


J'ai été
une flaque de ténèbres

À cette heure je mords
l'espace
comme un enfant la mamelle

À cette heure je suis saoul
d'univers. 


in Vie d'un homme

***

 

23/12/2013

Eugène Guillevic

 

   

 ***

 

Je connais l'étrange
Variété du noir
Qui a nom lumière.

in Sphère


***

 

 

 

 

 

 

 

  

C.G. Jung

 

 

 ***

Rien n’a été fait tant que l’individu dans son particulier ne s’est pas transformé. 


***








 

Eugène Guillevic

 

 ***

Celui qui s'en va seul
Cherche pour beaucoup d'autres.

in Sphère


***

 

Saint-John Perse


***

Et si un homme auprès de nous vient à manquer à son visage de vivant, qu’on lui tienne de force la face dans le vent !

***

 

 

Eugène Guillevic


***

Je m'étais endormi
Dans les destins de l'herbe.

 Je n'en avais plus. 


  in Sphère

***

Eugène Guillevic


***

Dehors,
L'air qui s'ennuie
Devient le vent.

in Du domaine

***

 

Eugène Guillevic

 

***

 Il y a des jours
Où les plaies

 Te reprochent
De les accepter.

in Du domaine

***


22/12/2013

Emil Michel Cioran

 

***

 

Nul être soucieux de son équilibre ne devrait dépasser un certain degré de lucidité et d'analyse.

in La tentation d'exister

***

 

 

 

 

 

 

 

 

Natsume Sôseki

 

***

Lune solitaire
Abandonnée à la nuit
Qui donc vous regarde 

***

Luis Sepúlveda


***

Comme disent les Shuars: le jour, il y a l'homme et la forêt. La nuit, l'homme est forêt. 

  in Le vieux qui lisait des romans d'amour

***

Milan Kundera


***

Le rôdeur de la côte qui brandit, frénétique, une lanterne à bout de bras, ce peut être un dément. Mais la nuit, lorsque les vagues malmènent une barque déroutée, cet homme est un sauveur. La planète où nous vivons est la zone frontalière entre le ciel et l'enfer. Nulle action n'est en soi bonne ou mauvaise. Seule, sa place dans l'ordre la fait bien ou mal. 
 

in La plaisanterie

***

 

21/12/2013

Han Shan


 ***

je balaie le sol, allume de l'encens et ferme la porte pour dormir
la natte, comme des rides dans l'eau, la tenture comme de la fumée
ici en étranger, je me réveille, où suis-je?
je soulève le store de la fenêtre à l'ouest, les vagues rejoignent le ciel

***



Han Shan (9ème siècle environ), fameux ermite zen, célébré par la beat generation, qui inspira même les Beatles "The fool on the hill". Han Shan ("la montagne froide"), du nom de la montagne éponyme sur laquelle il vivait, dans une grotte, est l'archétype de l'ermite chinois excentrique, insouciant et illuminé. C'est sur des bambous, des arbres, des rochers et les murs des villageois qu'il a inscrit ses poèmes.