Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2020

Revue Nouveaux Délits numéro 67

 

 

COUV.jpg

Octobre 2020

 

Ensauvagement, en voilà un terme galvaudé encore, quand il sert à définir une spirale ultra-médiatisée de violence. Pourquoi ne pas dire simplement enviolencement ? Si la société s’ensauvageait littéralement, on verrait le béton disparaître sous la verdure. On devrait plutôt parler au contraire de dénaturation, d’artificialisation, d’abrutissement, de dégénérescence… Et souvent même, on devrait se taire ! Il y a en effet tant et trop à dire, et le bruit ambiant est déjà tellement fort, tellement cacophonique, que je préfère m’ensauvager justement et me taire, ou siffloter, ou miauler ou braire ou turlutter… Turlutter oui, comme les alouettes ! Chanter comme les baleines, feuler, grincer, barrir, ricaner comme les hyènes, sûr que ce n’est pas l’envie de mordre qui manque parfois… Mugir, hennir, rugir, glapir, tout plutôt qu’user des mots en dégradant et souillant leur sens. Aussi me voilà affamée de poésie, de celle qui justement ensauvage le langage, le croque et le recrache baigné de sucs, illuminé de l’intérieur par des processus qui échappent à toute explication, tout contrôle, tout dogme, toute rationalisation. Même la noirceur n’est qu’un des innombrables aspects de la lumière quand on passe sa langue par le trou de la poésie, la noirceur n’a rien à voir avec la cruauté. La cruauté n’est pas sauvage, n’est pas l’apanage des bêtes, ni même des brutes, c’est un désir vicié, une froide volonté de faire souffrir, d’humilier, de détruire l’autre. C’est de la cruellisation dont on devrait s’inquiéter, de celle qui s’attaque aux enfants, aux animaux, aux femmes, aux plus fragiles, et qui n’a rien à voir avec la violence de celui qui se défend comme il peut et souvent très mal et à tort d’une autre violence, moins visible, mais toute aussi agressive dans ses effets.

Et si une des clés pour rééquilibrer, soigner et pacifier nos sociétés était un ré-ensauvagement justement de la Terre ? Renouer, hommes, femmes et toutes nuances intermédiaires, avec la puissance femelle qui sacralise, protège et nourrit ? Sacraliser, du latin sancio : « rendre inviolable ».

CG

 

Sommaire et plus ici :

http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com/

 

 

22/09/2020

Ghyslaine et Sylvain Staëlens

Ghyslaine et Sylvain STAËLENS 87.jpg

 

 

 

Glenn Brady

glenn brady 0.jpg

 

 

 

21/09/2020

Philippe Léotard - Lonesome piéton

 

 

08:25 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (1)

Choi So Young

Choi So Young 904_n.jpg

 

 

 

Pascal Campion

Pascal Campion_o.jpg

 

 

 

07:43 Publié dans FAÇADES | Lien permanent | Commentaires (0)

Aldous Huxley

 

Pour ceux qui vivent à l'intérieur de ses limites, les lumières de la ville sont le seul luminaire du vaste ciel. Les réverbères des rues éclipsent les étoiles, et l'éclat des réclames de whisky réduit même le clair de lune à une inconséquence presque invisible. Ce phénomène est symbolique ; c'est une parabole en action. Mentalement et physiquement, l’homme est ainsi l’habitant, pendant la majeure partie de sa vie, d’un univers purement humain, et en quelque sorte « fabriqué-maison », creusé par lui-même dans le cosmos immense et non humain qui l’entoure, et sans lequel ni cet univers, ni lui-même ne pourraient exister. À l’intérieur de cette catacombe privée, nous édifions pour nous-mêmes un petit monde à nous, construit avec un assortiment étrange de matériaux – des intérêts et des « idéals », des mots et des technologies, des désirs et des rêveries en plein jour, des produits ouvrés et des institutions, des dieux et des démons imaginaires. Là, parmi les projections agrandies de notre personnalité, nous exécutons nos bouffonneries curieuses et perpétrons nos crimes et nos démences, nous pensons les pensées et ressentons les émotions appropriées à notre milieu fabriqué par l’homme, nous chérissons nos folles ambitions qui seules donnent une signification à une maison de fous. Mais pendant tout ce temps, en dépit des bruits de la radio et des tubes à néon, la nuit et les étoiles sont là - juste au-delà du dernier arrêt des autobus, juste au-dessus du dais de fumée illuminée. C’est là un fait que les habitants de la catacombe humaine trouvent trop facile, hélas, d’oublier ; mais, qu’ils oublient ou se souviennent, cela demeure toujours un fait. La nuit et les étoiles sont toujours là.

 

in Les portes de la perception 

 

 

07:43 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (1)

20/09/2020

Mazzy Star - Blue Light

 

 

 

 

 

22:27 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Blanche Hoschedé-Monet - intérieur à Giverny - 1922

Blanche Hoschedé-Monet - intérieur à Giverny 1922.jpg

 

 

 

22:23 Publié dans INTIMITÉ | Lien permanent | Commentaires (0)

Germaine Tillion

 

L'humanité se compose de deux minuscules minorités : celle des brutes féroces, des traîtres, des sadiques systématiques d'une part, et de l'autre celle des hommes de grand courage et de grand désintéressement qui mettent leur pouvoir, s'ils en ont, au service du bien. Entre ces deux extrêmes, l'immense majorité d'entre nous est composée de gens ordinaires, inoffensifs en temps de paix et de prospérité, se révélant dangereux à la moindre crise.


in Le diable est-il libéral ?, 2001

 

 

 

22:13 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

øjeRum (Paw Grabowski)

øjeRum.png

 

 

 

Diane Dufresne - Survoltée

 

 

 

 

21:47 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Ingo Arndt

Ingo Arndt -animals-05.jpg

 

 

 

Jeanne Moreau

 

La vie, c'est ce qui vous arrive

alors que vous étiez en train de prévoir autre chose.

 

 

 

 

21:43 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Auteur inconnu - La grenouille noire (Breviceps fuscus) - Afrique du Sud

grumpy-faced Black Rain Frog n.jpg