Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2021

Warren Buffet, la quatrième fortune du monde

Il y a une lutte des classes depuis vingt ans, et ma classe l’a gagnée. Nous sommes les seuls à avoir vu leur taux d’imposition baisser de manière spectaculaire. En 1992, les 400 personnes qui ont payé le plus d’impôts aux États-Unis avaient un revenu moyen de 40 millions de dollars. L’an dernier, le revenu moyen de ces 400 personnes étaient de 227 millions, soit cinq fois plus. Durant cette période, la proportion de ce qu’ils ont payé sur leurs revenus est passée de 29% à 21%. Grâce à la baisse de ces impôts, ma classe a gagné la guerre : ce fut un vrai carnage.

2011

 

11:49 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (1)

Ted McDonnell - L'enfer des mines de charbon - Philippines

ted McDonnell Philippines l'enfer des mines de charbon..jpeg

 

Manille, gigantesque pieuvre suffocante ! Buildings géants, atmosphère irrespirable et bidonvilles tentaculaires. Pas une ville, un enfer ! L'Espagnol catholique a laissé sa marque austère et Manille à des résonances latines. Les Philippins sont moins discrets que les Cambodgiens. Ici, le culte de l'américanisme sévit. Nuit et jour des gens font la queue devant l'ambassade pour obtenir un visa doré. La responsable de la fondation ERDA* essaie de me joindre depuis que nous sommes arrivés, ils ont bien eu le message et j’espère que les enfants de Sabana pourront venir voir le spectacle. J’en serais vraiment très heureuse !

 

Inégalités extrêmes, dégueulasses ! Je pense à Sao Paulo, à Rio. Les gens dorment partout, n’importe où, des jeunes, des vieux, des familles, des bébés… La misère et son escorte : saleté, maladies, détresse, violence, prostitution… Injustifiable ! Ici, donner devient une obsession. Ce que je peux, ce que j’ai, de l’argent, de la nourriture, une main, un sourire, ce que nous sommes venus faire ici, avec nos rêves et nos histoires. Une fois de plus l’injustice me bouleverse, ne me laisse pas en paix. Donner, ne serait ce qu'un regard, faire ce geste vers l'autre, car il est un peu de moi et je suis un peu de lui et j’emmerde ceux qui me prennent pour une apprentie-Teresa, malgré que je ne puisse pas leur en vouloir. Il y a eu un soir ce môme, à qui il manquait une jambe, un enfant mutilé comme il y en a tant. Ce gamin pourtant était plus entier que moi ! Je lui ai donné un sachet de riz encore chaud, les restes de notre repas dans un bon restau indien… et il m’a offert une danse de joie, une danse si spontanée et un sourire si radieux que ça m’a fauché, je ne le méritais pas.

 

Puis, il y a eu ce « banquet » improvisé à la sauvette dans le parc, en sortant sous le nez des convives et des gardiens, divers plats et petits fours de la fête donnée par l’ambassade après le spectacle. Double plaisir : de prendre là où il y a trop, pour donner là où il n’y a rien. C’était facile et ça nous a fait du bien, à nous les trois ou quatre robins des rues de la compagnie. Loin de faire la majorité… Juste le champagne qui était un peu déplacé… mais tous ces gens, j’en ai même réveillé certains, je n’étais pas sûre qu’ils apprécieraient, ils ont mangé ce soir là, réunis tous ensemble autour de ce pique-nique incongru et c’est ce qui compte. Je me souviens en particulier de cette mère avec ses deux jeunes garçons, de sa douceur, sa lucidité, son intelligence, la façon dont elle parlait de sa situation et de la corruption de son pays. Je me souviens du plaisir que j’ai eu à bavarder avec elle et de ma rage impuissante quand les agents sont venus vider le parc pour la nuit et lui ont refusé le droit de rester, elle et ses deux enfants. Qu’est-ce que je croyais ? Qu’ils allaient m’écouter ? Elle savait, et moi j’ai cru l’espace d’un instant pouvoir changer le monde.

 

Les premiers typhons de l'année passent sur les Philippines, nous essuyons la queue de Maguy. Nous annulons un peu vite la deuxième et dernière représentation. Les enfants de Sabana ont-ils pu voir la première ?

 

Les journaux déposés devant la porte de ma chambre grand luxe déplorent le sort des sans-abri… Je n'aime pas cette ville.

 

 

(* ERDA France Philippines, association luttant depuis 1976 pour la protection et la scolarisation des enfants aux Philippines, a fondé depuis entre autre des écoles maternelles et un collège technique, le Collège Erda Tech ainsi que deux centres d’accueil, Sabana, un centre de reconversion des enfants de la zone de l’ex--montagne fumante et Tuklasan, un centre pour les enfants des rues. Une fois rentrée en France, Chantal VC, une jeune juriste belge travaillant dans les prisons pour enfant à Manille, avec qui j’avais été mise en contact par ERDA et que j’ai eu le plaisir de rencontrer le soir où nous n’avons pas pu jouer, m’apprendra plus tard que les enfants étaient venus à la première représentation, le vendredi soir et qu’ils avaient adoré. J’ai été et le suis encore, extrêmement ravie !)

 

cg, mai 1999

in Calepins voyageurs et après ?

 

 

 

 

 

Martin Caparrós

(…)

Alors que 200 milliards de dollars atterrirent sur le marché alimentaire, 250 millions de personnes tombèrent dans l’extrême pauvreté. Entre 2005 et 2008, le prix de la nourriture augmenta de 80 % (…). Quelques gouvernements tombèrent, les prix finirent par chuter, des millions de personnes basculèrent dans l’extrême pauvreté et le monde eut plus d’affamés que jamais dans son histoire. Ils atteignirent pour la première fois le milliard de personnes.

 

Un milliard d’affamés.

 

(…)

« La nourriture est le nouvel or », écrivit alors un journaliste du Washington Post, dans une formule qui fit mouche : elle signifiait surtout que ce n’était plus un bien de consommation mais un bien de thésaurisation et de spéculation, et pas n’importe lequel : le bien dont le prix avait le plus augmenté durant les dernières années.

 

Pour beaucoup, cela signifiait qu’ils avaient cessé d’en manger.

 

(…)

Elles s’appellent Archer Daniel Midlands, Bunge, Cargill, Louis Dreyfus et on les appelle, cela va de soi, ABCD. Elles contrôlent à elles quatre 75 % du marché mondial  des grains : les trois quarts des grains de la planète. En 2005, leur chiffre d’affaires s’élevait à 150 milliards de dollars ; en 2011, à 320 milliards.

 

(…)

« Aujourd’hui, le ravitaillement alimentaire mondial doit non seulement se battre contre une offre moindre et une demande accrue de grains réels, mais les financiers ont en outre créé un système qui augmente artificiellement le cours futur des grains. Résultat : le blé imaginaire détermine le prix des céréales réelles, puisque les spéculateurs — autrefois un cinquième du marché — sont aujourd’hui quatre fois plus nombreux que les acheteurs et les vendeurs réels. Aujourd’hui les banquiers et les spéculateurs sont assis au sommet d’une chaîne alimentaire : ce sont les carnivores du système, ils mangent tout ce qu’il y a en dessous » (…).


in La faim, éd. Buchet-Chastel, octobre 2015

 

 

 

10:14 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Charles Bukowski

BPnglzi1iNPNbSKFxVsqOZE__1I@585x615.jpg

 

 

09:05 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Alejandro Jodorowsky

Nous ne sommes pas des anarchistes qui nous rebellons contre Dieu, la Science ou l’État. Pas du tout. Un combat pareil n’apporte au pauvre que des coups de bâton et une pluie de balles… L’État, et à travers lui, le capital, peut prendre toutes les formes, il a gagné la bataille pour deux ou trois siècles. Rien ne viendra changer le cours de l’Ère industrielle. Les vers ont commencé à dévorer le fromage et nul ne peut les arrêter. La production ne cessera pas avant la dégradation complète de la planète. Peu y survivront. Dans un futur proche les pauvres auront peut-être de meilleurs costumes, ils seront mieux logés et nourris, mais ils continueront à être pauvres ; c'est-à-dire qu’ils seront de plus en plus endettés vis-à-vis du pouvoir, et que s’ils n’y laissent plus leur sang et leurs poumons, ils devront payer avec quelque chose d’aussi précieux que leur rire, et leur intelligence aussi. Le pauvre deviendra un imbécile casé et grave. La conclusion évidente ? L’essentiel est de survivre ! Que l’effondrement de la société ne nous détruise pas…

 

(…) Mais venons-en au fait : le pouvoir n’est pas créatif et les riches s’ennuient. Ils possèdent tout sauf eux-mêmes. C’est logique. Pour se trouver soi-même, il faut tout lâcher et eux, au contraire, s’approprient tout. Vous me suivez ?

 

in L’arbre du Dieu pendu

 

 

 

 

08:37 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (1)

08/01/2021

Paul Cupido

Paul Cupido 0.png

 

Toutes les sagesses et philosophies humaines convergent vers un même point, alors ouvrons bien nos écoutilles, toutes ! Et acceptons à quel point nous sommes ignorants mais servons-nous aussi de tous ces flambeaux posés depuis le début du monde pour éclairer notre voie d'humanité ! À l'échelle cosmique, notre temps ne tient même pas dans une fraction de secondes....

in Ourse (bi)polaire, 2018

 

 

 

Angélique Ionatos - Début du monde

 

 

13:52 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Alain Etchepare - Roc du Merle - 2017

Alain Etchepare Roc du Merle 2017.jpg

 

 

Vladimir Holan, poète tchèque (1905-1980 )

SOUVENIR

Après avoir combien d'heures en long et en large
sans en trouver des pimprenelles, nous sommes
sortis des bois,
et nous nous sommes arrêtés à midi juste dans les
bruyères.
L'air était sec jusqu'au fer blanc. Nous regardions
vers l'autre pente, couverte d'une épaisse végétation,
de différents buissons et arbres. Ils étaient stupéfaits
comme nous.
Je voulais justement demander quelque chose,
quand parmi cette masse immobile, droite, ensorcelée
jusqu'à frémir de froid,
un arbre,
et cela dans un seul endroit,
commença soudain à frissonner,
comme un accord de sixte, mais qui n'eût émis aucun son.

Tu aurais dit un cri de l'allégresse du cœur,
et donc l'aventure elle-même,
mais cet arbre se mit ensuite à murmurer,
comme murmure l'argent parce qu'il noircit,
comme tressaille la jupe d'une femme qui touche
les vêtements d'un homme en lisant des livres dans un asile.

Mais cet arbre se mit ensuite à trembler et à s'agiter,
mais comme s'il était tremblé et agité par quelqu'un
qui eût regardé jusqu'au fond de l'abîme aux yeux 
noirs de l'amour ...
c'était pour moi
comme si j'avais dû mourir à l'instant même ...

"N'aies pas peur," dit mon père, " c'est un tremble ! "
Mais encore aujourd'hui je me souviens comme il a pâli
quand nous y sommes arrivés un peu plus tard
et quand nous avons aperçu sous lui une chaise vide ....

 

Traduction : Dominique Grandmont

 

 

 

Fiona Watson - L'arbre aux Murmurations

Fiona Watson_ L' arbre de Murmuration.jpg

 

Je la cherche cette complicité mille fois fantasmée ! Je la cherche dans les reflets changeants du ciel, sur le tableau noir des nuits étoilées, dans le murmure du vent, le frisson des feuilles, le mouvement de l'eau et la chanson des alcools rares.

 

cg in Calepins voyageurs et après ?

 

 

07/01/2021

Abdurehim Heyit - Karşılaşınca

 

 

 

23:35 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Lene Kilde

Lene Kilde - béton et fil de cuivre_o.jpg

 

Ils savent tous tendre la main

Tous ces peuples qui chavirent

Avec des armes sur leur sein 

Leurs enfants jouent dans les rues

Qu'il tombe de l'eau ou des bombes

Ils aiment tous courir pieds nus

Même s'ils trébuchent sur des tombes

 

cg in Guerres et autre gâchis, Nouveaux Délits éd., 2014

 

 

 

Eilan Akabar - Warigazaz

 

 

 

 

23:08 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Guelb er Richât, la structure de Richat (ou dôme de Richat), surnommée « l'œil de l'Afrique »

ISS-42_Richat_Structure.jpg

 

 

Sali Sidibe - Ntanan

 

 

 

22:34 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)