Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2019

Lilium - Sense & Grief

 

 

 

14:52 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

Louise Forbush

Louise Forbush 7.jpg

 

 

06/10/2019

Nicoletta Tomas Caravia - escaparse casi sin darse cuenta

Nicoletta Tomas Caravia escaparse casi sin darse cuenta.jpg

 

 

 

Kahil Gibran

Vous serez vraiment libres non pas lorsque vos jours seront sans soucis et vos nuits sans désir ni peine,

Mais plutôt lorsque votre vie sera enrobée de toutes ces choses et que vous vous élèverez au-dessus d'elles, nus et sans entraves.

Et comment vous élèverez-vous au-dessus de vos jours et de vos nuits sinon en brisant les chaînes qu'à l'aube de votre intelligence vous avez nouées autour de votre heure de midi ?

En vérité, ce que vous appelez liberté est la plus solide de ces chaînes, même si ses maillons brillent au soleil et vous aveuglent.

Et qu'est-ce sinon des fragments de votre propre moi que vous voudriez écarter pour devenir libres ?

Si c'est une loi injuste que vous voulez abolir, cette loi a été écrite de votre propre main sur votre propre front.

Vous ne pourrez pas l'effacer en brûlant vos livres de lois ni en lavant les fronts de vos juges, quand bien même vous y déverseriez la mer.

Et si c'est un despote que vous voulez détrôner, veillez d'abord à ce que son trône érigé en vous soit détruit.

Car comment le tyran pourrait-il dominer l'homme libre et fier si dans sa liberté ne se trouvait une tyrannie et dans sa fierté, un déshonneur ?

Et si c'est une inquiétude dont vous voulez vous délivrer, cette inquiétude a été choisie par vous plutôt qu'imposée à vous.

Et si c'est une crainte que vous voulez dissiper, le siège de cette crainte est dans votre coeur, et non pas dans la main que vous craignez.

En vérité, toutes ces choses se meuvent en votre être dans une perpétuelle et demi-étreinte, ce que vous craignez et ce que vous désirez, ce qui vous répugne et ce que vous aimez, ce que vous recherchez et ce que vous voudriez fuir.

Ces choses se meuvent en vous comme des lumières et des ombres attachées deux à deux.

Et quand une ombre faiblit et disparaît, la lumière qui subsiste devient l'ombre d'une autre lumière.

Ainsi en est-il de votre liberté qui, quand elle perd ses chaînes, devient elle-même les chaînes d'une liberté plus grande encore.

 

 

 

12:25 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Jolene Casko - Sleeping where ever I want

Jolene Casko Sleeping wherer i want_n.jpg

 

 

 

12:12 Publié dans DREAMZ | Lien permanent | Commentaires (0)

Frida Kahlo

 

 Ne fais pas attention à moi. Je viens d'une autre planète.

Je vois toujours des horizons où tu dessines des frontières.

 

 

 

12:11 Publié dans CITATIONS | Lien permanent | Commentaires (0)

Auteur inconnu

 

 

ABEILLES LATINA_n.jpg

 

dans la brèche

laisser couler le miel

l'âme est une abeille


cg in Des volcans sur la lune


 

 

 

03/10/2019

Mazzy Star - Fade Into You

 

 

 

 

 

20:02 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (1)

Pavel Chmaroff

Pavel Chmaroff ( 1874-1955)_n.jpg

 

 

Erika Giovanna Klien

 

 

 

Erika Giovanna Klien.jpg

 

quelque chose qui semble indestructible

pour avoir déjà été totalement détruit

c’est un sentiment lumineux, étonnant

mais sur lequel on ne peut s’appuyer

un peu comme un vent mêlé de lumière

 

cg in Le baume, le pire et la quintessence

 

 

 

 

Krištof Kintera - My Light is Your Life (Shiva Samurai)

 

Merci à jlmi et son Musée Improbable

http://lemuseeimprobable.eklablog.com/

 

 

 

 

 

11:25 Publié dans WE HUMANZ | Lien permanent | Commentaires (0)

30/09/2019

Revue Nouveaux Délits n°64

COUV.jpg

 

Je ne sais pas si cela vient de ce mois de septembre qui crépite de tensions, de nervosité ou de mon côté hyperactif, multitâche, de mon cerveau zébré en arborescence, de mon mental de Gémeaux capable de non seulement penser à plein de choses à la fois mais de les faire aussi simultanément, tout en réfléchissant, avec gourmandise, à toutes celles que j’ai envie de faire. Créer chez moi est compulsif, faire du lien aussi, transmettre, partager, pas étonnant que je me sois fait piéger par face de bouc.

Je ne sais cependant pas si c’est l’afflux incessant de sollicitations, de données, d’informations, de questions exigeant réponse instantanée, qui nous submergent via toutes les nouvelles technologies  — et encore je n’ai pas de portable (je ne suis pas loin de faire partie des derniers des Mohicans). Je ne sais pas si cela vient des individualités de plus en plus selfisées, de la paperasse à n’en plus finir, pire quand elle est dématérialisée, avec ce tsunami d’identifiants, de codes, de mots de passe, de captcha (attention, marque commerciale déposée) et paradoxalement d’un manque croissant de professionnalisme — wow, j’ai vraiment utilisé ce terme ? — en tous les domaines, car peu importe comment et pourquoi les choses sont faites, ce qui compte c’est le fric, le fric, le fric et les plus pauvres de ramer et suer après ou sombrer dans une hyperactivité pathologique (devrais-je consulter ?) et pour bien d’autres, les « élus », c’est le fricot, le régal, la bombance. Ceux-là aussi sont en Enfer, comme Tantale, mais ils ne le savent pas, tant il leur est doux de se gaver, mais plus ils en ont et plus ils en veulent, jamais rassasiés et la planète n’est pas assez vaste, pas assez nutritive pour leur goinfrerie. S’ils aimaient manger de la chair humaine, c’est certain, ils nous dévoreraient littéralement.

Je ne sais pas si c’est le fait que tant de mes convictions profondes, et qui ne datent pas d’hier, soient aujourd’hui à la une des médias et alors que je devrais m’en réjouir, j’ai pourtant l’impression que cela fait surtout du bruit, de la mode, du tweet et que la meilleure des intentions est récupérée, détournée, avant même d’avoir été énoncée. Je ne sais pas si c’est la sensation de vivre de plus en plus dans un gros fake, une cauchemardesque fête foraine, bien que je fasse partie de celles et ceux — il y en a — qui sont descendu-e-s du manège depuis longtemps.

Bref, je suis fatiguée et je voulais donc dire que je faisais pour ce numéro, une grève d’édito ! Trop tard ? C’est tout moi, incapable de ne pas faire les choses, surtout quand personne ne m’oblige à les faire. Mais j’avoue, encore une fois, ce fut un plaisir de m’adresser à vous, je suis descendue du manège mais pas du bateau, alors ramons les amis, ramons ensemble et chantons, chantons avec nos voix, nos mots, nos poumons, nos tripes. Et apprécions le silence qui suit, le vrai silence : celui qui nous permet de sentir le battement de nos cœurs à l’unisson. Tant qu’on le peut encore.


C.G.

small.jpg



Il faut faire attention : avoir le vent en poupe, c'est l'avoir dans le cul.
Pierre Peuchmaurd in Fatigues

 

 

Sommaire et plus : http://larevuenouveauxdelits.hautetfort.com

 

 

 

 

Petite Poissonne - Fontaine Stravinsky - Paris

Petite Poisonne Paris Fontaine Stravinsky.jpg

 

 

 

Les Hurleurs - Derrière la buée

 

 

 

 

16:22 Publié dans MUSIC BOX | Lien permanent | Commentaires (0)

28/09/2019

Étienne Cabran

 

étienne cabran ragged glory.jpg